Blog de Yoananda

Petit anti-manuel de la pensée unique, pour lire entre les lignes

Edito


Bouillant

  • Ukraine : Kiev menace de couper les livraisons de gaz à destination d’Europe. Armes inédites annoncées par Poutine. 28 Août 2014 : Kiev accuse Poutine d’invasion armée, le jour ou la Russie commence à vendre son pétrole en non-dollar (yuan / rouble). 31 Août 2014 : Poutine parle de scission et l’UE de durcir les sanctions. Poutine est en train de gagner à la régulière. Quel coup de pute les US vont-ils tenter ?

Chaud

  • 14 Septembre 2014 2ème Maïdan prévu en Russie à Saint-Pétersbourg aux élections municipales (2ème ville de Russie) ?
  • Irak : La guerre aux portes de l’Arabie Saoudite? 29 Juin 2014 proclamation du nouveau Califat. ISIS gagne du terrain.
  • 31 Juillet 2014 : Monseigneur Ebola !!! Incontrôlable en Afrique, à priori aucun risque pour l’Europe.
  • 13 et 24 Septembre 2014 : re(ma)niement du gouvernement. La Fronde va-t-elle amener à la dissolution ou se coucher on le saura pour le vote du budget en principe (le 24 il devra être adapté après avoir été validé le 13 par Bruxelles).
  • Un autre état islamique en gestation en Afrique ?
  • 1er Septembre 2014 : ça barde au Pakistan. 4 morts, 300 blessés.

Tiède

  • Ukraine : 16 Juin 2014, ayé ! coupures de gaz. A priori sans incidence jusqu’à l’hiver prochain.
  • Israël26 Août 2014Cessez le feu.
  • 30 Novembre 2014 : référendum Suisse sur le rapatriement de son or.
  • 9 Novembre 2014 : référendum sur l’indépendance de la Catalogne. 
  • Novembre 2014 sommet du G20 (renégociation au FMI en vue).
  • 4 Novembre 2014 Élection US de mi mandat, avec la réforme du FMI (et la fin du droit de véto US) en ligne de mire. Ultimatum à Poutine si les républicains gagnent.
  • 18 Septembre 2014 : référendum sur l’indépendance de l’Écosse.
  • Îles Senkaku : 30 Mai 2014 les tensions montent d’un cran et Washington s’en mêle.
  • La neutralité du net en débat et … en danger. C’est l’internet libre tout entier qui est l’enjeu et donc la possibilité de contester.
  • Arabie Saoudite, Koweit, Qatar, Iran : 7 juillet 2014 – le roi des Saoudiens à 90 ans, sous assistance respiratoire et pas de successeur direct. C’est le premier producteur mondiale de pétrole. Je vous fait un dessin ? remous en cours au Koweit.

En préparation

  • Un article sur la tiers-mondisation de la France
  • Un article sur la dynamique de groupe.
  • Un article de prospective : ce qui va changer, ce qui ne va pas changer dans le monde demain
  • D’autres articles sur l’électricité
  • Peut-être un article de synthèse sur les techniques de manipulation.

 

1er Septembre 2014

Dette

Charles Sannat à raison de le rappeler : si notre dette n’est pas encore attaquée, c’est parce que Hollande se soumet (avec Vaseline en prime) a Washington.

Vivrensemblitude

Soa5Uw

Londres est désormais peuplé de 45 % d’autochtones ( anglais « dit de souche » ), Bruxelles comprend 76 % de sa population issue directement ou indirectement de l’immigration, et en île-de-France 60 % de naissances seraient le fait de populations extra-européennes.

L’article vient de "La voie de la Russie". C’est le méchant Poutine qui est derrière, cet ancien du KGB (comme si Bush père n’avait jamais été patron de la CIA, comme si Sarkozy n’avait pas fait de petites fiches pendant son séjour au ministère de l’intérieur). Je suis curieux de voir comment les presstitués ripoublicains et leurs dogmatique "on va vous déraciner pour que vous viviez ensemble quand même pour votre bien" vont réagir parce que ça va faire du bruit sur la toile cette histoire je pense …

Pic pétrolier

Exxon Mobil va-t-il être le grand gagnant de la roulette Russe du pic pétrolier ? La première "Major" à faire faillite ? En tout cas, ça sent le sapin pour eux. On va encore attendre 2/3 ans avant d’être sûr, mais tout ça confirme l’imminence du pic pétrolier.

Après avoir perdu 174 millions d’euros depuis de début de l’année, l’Américain ExxonMobil va vendre ses 322 stations d’essence françaises ESSO. Elles vont être reprises pour 106 millions d’euros par DCC, un conglomérat irlandais déjà présent dans l’énergie. Désormais, les 630 stations Esso françaises appartiendront toutes à des partenaires comme DCC ou Delek, la société israélienne à laquelle Esso a déjà vendu un premier ensemble de stations en 2013

De son côté, Total, le numéro un français, prépare actuellement les esprits à de nouvelles restructurations au sein de ses raffineries françaises. Total perd énormément d’argent toutes activités confondues. Sur le raffinage, les pertes sont même supérieures à tous les gains faits par ailleurs dans l’Hexagone selon son big boss Christophe de Margerie. Traduisez: fermeture de raffineries.

Le soucis avec cette histoire de pic pétrolier, c’est que le jour ou il sera dans les médias, il sera annoncé (si jamais il l’est) avec quelques années de retard … donc vous avez compris, qu’il ne sera plus possible d’agir, ni au niveau national, ni au niveau individuel.

Grèce

Étrange ce qui se passe la bas, c’est l’inverse de chez nous. Les fachos ont pignons sur rue et chassent les étrangers/immigrés.

PDM

31 Août 2014

Pic pétrolier

On y est :

The math is simple. The 127 firms generated $568 billion in cash from their operations during 2013-2014 while their expenses totalled $677 billion. To cover the difference of $110 billion, the energy giants increased their debt load or sold off assets.

Given that the gap between earned cash and spending stood at a modest $10 billion in 2010, that’s a significant change for the industry as well as the global economy it fuels.

J’avais proposé comme signal fort du pic pétrolier la faillite d’une Major. Les conditions sont réunies pour ça (d’un coté endettement massif, de l’autre prix du pétrole qui baisse). Ce qui compte, c’est le moment ou le marché va "switcher", va changer son fusil d’épaule et considérer que le pétrole n’est plus rentable. C’est le moment ou tout va basculer je pense, comme pour Leman. Il ne sera plus possible de nier la réalité (mais il sera toujours possible de l’interpréter, ce qui veut dire que probablement on aura une fable pour expliquer la situation, mais peu importe).

Sachant qu’en plus la Russie vends son pétrole en "non dollar", c’est précisément

30 Août 2014

Bolchévisme

Lire la suite

La dynamique de groupe en tant que facteur crisique


Ce que je proposes pompeusement dans cet article n’est rien de moins qu’une révolution copernicienne de l’identité. C’est une autre manière de lire notre vie et la société qui permet notamment de mieux appréhender la dynamique des crises (personnelles ou collectives).

Notre cerveau est câblé pour croire que nous contrôlons nos vies (ça le rassure). La triste réalité est que la plupart des choses, y compris et surtout nos pensées, nous échappent complètement. Même nos décisions et nos émotions sont influencées voire dictées par les dynamiques de groupes qui s’imposent à nous, souvent en dépit de nos valeurs morales ou de nos désirs.

La crise a une dynamique qui lui est propre. Même s’il existe des tonnes de solutions, elle suivra sa propre logique jusqu’à son terme. J’explique ici pourquoi, sans fatalisme.

L’article est long, mais je ne vois pas comment le découper.

Ce que nous ne sommes pas

Faîtes l’expérience suivante : Vous êtes en train de me lire ok ? Placez vous à une distance de bras de l’ordinateur. Tendez le bras, levez le pouce pour cacher une partie du texte (le pouce doit être à quelques millimètres de l’écran). Fixez votre pouce, et essayez de lire les mots qui sont autour. Vous ne pouvez pas. Voila !

Ce que vous venez de faire, c’est de prendre conscience la fovéa, la zone de notre oeil qui voit précisément. Le reste n’est que très approximatif.

Pourquoi je vous dis ça ? Parce que c’est une illustration de la manière du fonctionnement de notre cerveau : il marche à l’économie. Quand j’ai découvert les "biais cognitifs" (BC), j’ai fait l’analogie avec un bug dans l’informatique, c’est à dire, une erreur de programmation relativement rare. Grave erreur. C’est tout l’inverse qui se produit dans notre cerveau, le biais cognitif est la norme. C’est la conscience, la rationalité qui sont des "bugs", des occurrences accidentelles.

La réalité est bien trop complexe pour être traitée par notre cerveau. C’est déjà le cas de nos perceptions immédiates qu’on est obligé de filtrer, mais en plus, nous avons bâtit une société très/trop complexe pour notre "faible puissance cognitive".

En dehors des moments ou nous calculons, méditons, et agissons (et encore …), grosso modo chaque fois que nous pensons, c’est du bon gros "biais cognitif" bien baveux. Tous les sujets incertains par nature (tous les phénomènes non linéaires du point de vue mathématique donc – l’économie, l’amour, la famille, la politique, etc…) leur sont soumis.

Exemple : l’article que j’écris en ce moment même aurait une teneur légèrement différente si j’étais assis sur une chaise dure, plutôt que sur un fauteuil confortable. Oui, les BC c’est à ce point la. J’ajouterais un autre exemple personnel : récemment j’ai fait un rêve dans lequel j’ai "vu" mon angoisse vis à vis de la crise. Depuis s’est déclenché tout un processus en cascade, et je vois mes idées évoluer, sans que je n’y puisse rien, je ne fais que constater. Concrètement, après ce rêve, tout d’un coup, alors que je faisais mon jogging m’est venu une idée toute simple, mais révolutionnaire pour moi : jusque la, je me suis concentré sur ce que la crise allait changer, bouleverser, et j’ai complètement négligé d’étudier tout ce qui n’allait pas changer, qui va rester stable, sur lequel s’appuyer. Et j’ai réalisé d’un coup que je m’inquiétais pour (presque) rien, et mon point de vue à changé … depuis ce rêve ! Je n’ai strictement aucune idée de comment tout ça s’est produit.

Sur la plupart des sujets, nous "inférons" notre opinion sur la base de ce que nous "savons" (croyons savoir) déjà, d’après notre contexte actuel (humeur du moment par exemple), et d’après la manière dont nous interprétons l’information brute, elle même souvent de seconde main (et donc soumise aux BCs des rapporteurs tels les journalistes). Voila pourquoi pour certains l’immigration est une bonne chose, et pour d’autres non. Voila pourquoi pour certains Poutine est le méchant, et pour d’autres un sauveur. La loi de 1973 est bonne / mauvaise. Etc…

Voila pourquoi penser est une phénomène collectif par nature. Les pensées sont aussi contagieuses que des virus, selon le "terrain" de chacun. Nous ne pouvons pas penser seul, parce que c’est trop compliqué. Nous nous formons une opinion à plusieurs. Et nous le faisons selon des réseaux de "confiance", c’est à dire, nous pensons par proximité/affinité. Ce qui veut dire que nous ne pensons pas pareil selon nos origines ethniques et culturelles, géographiques, etc… Ça à l’air d’une banalité dit comme ça, mais à l’heure l’échec de l’intégration, il est bon de le rappeler : nous ne sommes pas interchangeable, qu’on le veuille ou non, il y aura toujours des regroupement d’humains par affinités, il n’y aura jamais d’unité globale, d’autant plus que le fossé cognitif s’élargit !

La plus grande illusion de toutes, c’est de croire que nous sommes des "individus" : une seule personnalité, rationnelle, consciente. Le corollaire, c’est qu’il existe une "psychologie du collectif". [L'autre corollaire, c'est que nous sommes extrêmement manipulables mais c'est un autre sujet]

Exemple : non seulement, quand nous pensons aux "musulmans", ou aux américains, ou aux immigrés, nous sommes obligés d’amalgamer, parce que notre cerveau ne peut pas penser tous les détails de toutes les situations individuelles, mais en plus, les musulmans (leurs pensémotions et leurs actions) sont de toute manière "amalgamés" entre eux réellement, parce qu’ils pensent (comme n’importe qui d’autre) à travers le prisme de leur groupe d’appartenance. Voila pourquoi j’insiste sur certains fait divers (comme par exemple tout un quartier qui attaque des policiers) parce qu’ils révèlent une certaine psychologie collective. Et donc, je rejoint totalement le récent post de Tonio qui dit raisonner en statisticien, par "moyenne". Bien sûr dans un groupe il y a toujours des exceptions, mais c’est les tendances de fond qui comptent.

Ce que nous sommes

Ou est-ce que tout cela nous amène au juste ? Nous sommes une somme (d’influence diverses et avariées).

L’idée que je voudrais développer est celle de l’analogie entre psychologie d’un individu et psychologie d’un groupe. Les groupes sont comme des individus à part entière, notamment les nations ou les religions.

Peu importe comment on l’appelle : égrégore, mème, champ morphogénétique, inconscient collectif, sur-moi ou autre … Je postule que cette "identité sociale" (pour reprendre le vocabulaire universitaire) existe et est une résultant de la dynamique de groupe.

La dynamique de groupe commence … a 2 !!! Dès que deux personnes interagissent, elles le font d’une manière qui leur est propre. Dis autrement : je ne suis pas la même personne selon qui j’ai en face de moi. Je suis différent avec mon père, avec ma mère, avec Marc, Paul, Lucie, et je suis encore différent dans un groupe. Et c’est pareil pour Marc qui est différent avec moi de celui qu’il est avec Pierre, etc… Nous pensons être une même personne tout au long de la journée, mais en réalité, selon le contexte notre cerveau met en avant tout un pan de mémoire, tout un caractère correspondant, une humeur, des réflexes, une logique, le tout en syntonie … bref, une (sous)personnalité complète. Même s’il y a un continuum entre nos différentes personnalités, elles n’en sont pas moins multiples. Si vous préférez, considérez que nous sommes tous des acteurs à capables de jouer différents rôles … mais nous nous identifions à ces rôles, nous pesons qu’ils sont "nous". C’est ça l’erreur. (C’est d’ailleurs ce que ne cesse de rabâcher le bouddhisme ou le yoga !)

 

Dans un groupe plus large c’est pareil, il y a forcément une dynamique qui s’installe. Un exemple classique de la sociologie à été d’étudier les cas ou bizarrement, dans certains contextes la dynamique de groupe pousse tout le monde à faire des choix contraire à ses intérêts ou il n’y a aucun gagnant, même pas un gus qui tire son épingle du jeu. Autre exemple : le bouc émissaire : dans certains cas, la mécanique de désignation d’un bouc émissaire se met en place qu’on le veuille ou non, même si l’idée du bouc émissaire révulse la majorité ! C’est notamment René Girard qui à le plus étudié le sujet avec le désir mimétique si vous voulez creuser le sujet plus avant. Le triangle de Karpman (victime bourreau sauveur) est aussi un exemple commun ou la dynamique de groupe vous aspire contre votre volonté. Certaines situations font ressortir le pire de nous même, même si on s’en défends.

Du coup, si nous ne sommes pas des "individus" que sommes nous ? Nous sommes plutôt "Une sensation d’individu", une illusion d’individu. (Ou peut-être nous sommes un kaléidoscope et donc il existerait un "moi profond" peu importe, ce n’est pas le sujet) ?

Mais en réalité, si on regarde plus en détail on se rends compte que pour nous décrire, il est plus adapté de parler, non seulement de personnalités multiples (nous sommes différents en fonctions des personnes que nous avons en face de nous, ou de nos émotions du moment) mais en plus des personnalités "partagées"/"communes" (entre plusieurs individus), qui forment une "identité sociale". Je suis un "ouvrier, français, catholique" … ça fait 3 "sur-personnalités".

Nous avons plusieurs identités sociales, qui peuvent se chevaucher, se contredire, s’emboîter, etc… Une pour notre boulot, une pour notre pays, pour notre religion, etc **… Ces identités sociales en compétition sont un phénomène émergeant de l’interaction des nos biais cognitifs respectifs, elles ont donc une vie propre, une psychologie propre, une histoire propre.

Voila pourquoi "La France" existe au sens propre. Ce n’est pas une figure de style. Elle à une psychologie particulière, une histoire. En ce moment, on pourrait dire qu’elle est dépressive après 200 ans d’échecs répétés ! lol

Entre parenthèse, les BCs sont le moyen que nous utilisons en tant que structure dissipative pour maximiser la production d’entropie. Le fait qu’ils soient contagieux (ce qui donne lieux à des luttes de pouvoir) permet d’en démultiplier les effets.

Les rouages de l’identité sociale : pouvoir des minorités

Maintenant, "comment" fais-t-on pour tenir compte de ce changement de perspective ? Si on admet qu’il existe une psychologie sociale, il faut en comprendre la mécanique. C’est en partie de rôle des sociologues (les vrais, pas ceux qui font du Mucchielisme), mais pas uniquement : les militaires et les publicitaires s’y intéressent aussi de très près !

Je reprends l’exemple de l’immigration musulmane parce qu’il est parlant. Quand je dis que ça ne peut plus marcher, c’est précisément parce que j’emploie cette logique sociale, dérivée de la dynamique de groupe pour décrypter la situation. Nous n’avons pas de perception directe de ces phénomènes collectifs (si ce n’est au travers des sondages peut-être), il faut donc biaiser pour en deviner l’évolution. D’où l’utilisation des statistique, mais aussi le raisonnement holmésien (qui déduit une généralité d’un détail). Dans le cas présent, les événements symboliques sont aussi très importantes et révélatrices en tant que marqueurs des psychologies collective (comme les agriculteurs espagnols qui brûlent les drapeaux européens par exemple, ou comme Merah). Par exemples les émeutes de 2005 sont un marqueur (pour le français de souche) alors que c’est la loi de 2004 qui à marqué les musulmans ou l’affaire Bourarach, ou Malik Oussekine. L’affaire Dreyfus en son temps servit de catalyseur à un énorme changement de psychologie collective, qui à débouché, comme chacun le sait sur la création de l’état d’Israël ! C’est dire l’importance de ces événements symboliques ! Comprenez que ces marqueurs sont différents selon les communautés. La plupart du temps ce qui a de l’importance pour l’un est hors du champ de conscience de l’autre … ce qui n’aide pas forcément à la compréhension mutuelle.

Et, même s’il ne faut pas raisonner par l’exception, il faut observer l’évolution des grandes tendances en tenant compte du pouvoir des minorités. Serge Moscovici (le père de Pierre) à étudié, et pour moi démontré, que le pouvoir émane des minorités (actives). Le pouvoir découle des groupes cohérents et actifs. Par définition, plus le groupe est grand et hétérogène et moins il a de pouvoir. Ainsi dans les cités, même si la majorité des musulmans veulent s’intégrer, ce qui détermine la dynamique de groupe, ce sont les minorités de racailles, qui imposent l’auto-exclusion et le repli identitaire à tous les autres acteurs du quartier, qu’ils le veuillent ou non (ce qui conduit au White Flight notamment). Le raisonnement gauchiste de dire "la majorité des immigrés veulent s’intégrer, s’ils n’y parviennent pas c’est parce que nous ne faisons pas assez d’effort" est donc faux en grande partie (il pourrait être vrai, mais dans la réalité ce n’est pas ainsi que ça se passe). Il faut comprendre que la dynamique de groupe peut faire collaborer des gens aux désirs divergents, et inversement s’affronter des gens aux désirs convergents.

Bien sûr, on pourrait dire que mes BCs ne sont pas meilleurs que ceux des gauchistes ! lol mais … cette affirmation n’est qu’un autre biais cognitifs (le relativisme). lol Évidement croire que son point de vue personnel est meilleur est aussi un biais cognitif. Et pour trancher qui a raison vous allez utiliser vos propres biais cognitifs !  … ok j’arrête, j’espère que vous avez compris qu’on peut jouer longtemps à ces petits jeux sans rien en tirer. C’est une sorte de principe d’incertitude d’Heisenberg. Qu’est-ce qui tranche ? C’est la réalité. Par exemple : la crise économique ne devient réelle que lorsque vous êtes au chômage, ou quand votre salaire baisse … bref quand la réalité s’écarte de la normalité. Le racisme anti-blanc c’est un fantasme tant que vous n’en être pas victime personnellement. Etc…

Tendance à la pathologie collective

Revenons à nos moutons. Concrètement on peut considérer les nations que comme des enfants mal élevés : égoïstes, affamés, pleurnichard, manipulateurs, violant. S’il n’a pas son lait maternel (énergie à gogo, croissance économique), il pique une crise. Ce sont des personnalités "sociopathe"*. Et forcément, ils attirent des dirigeants du même tonneau pour être à leur la tête ! Oui, nous sommes dirigés par des gens dangereux.  Si on analyse la psychologie américaine, c’est pas joli joli. On est en pleine ponérologie. On peut faire pareil avec les régimes fascistes, dont les horreurs ont inspirés les fameuses expériences de Asch (sur le conformisme) ou de Milgram (sur le pouvoir de l’autorité).

L’ONU et les autres instances du "gouvernement mondiale" sont un embryon qui tente de faire respecter des règles, un sur-moi à l’échelle des nations-bébé-brailleurs. C’est le fondement des raisonnement Attaliens d’ailleurs. Et dieu sait que je n’aime pas ces formes de pouvoir centralisé et autoritaires dont la théorie du genre (entre autre) est une émanation (ce qui montre bien les dégâts dont ils sont capable). Le mieux serait d’avoir des nations "adultes et matures" mais bon … l’humanité est encore jeune on va dire.

Si le choc des civilisations n’est pas une fatalité en soi, on ne peut pas non plus l’écarter d’un revers de la main. Il semble même qu’on y ailles tout droit. Tout dépends du contexte.  Voila pourquoi je m’attache autant à essayer de comprendre ce qui fonde les dynamiques de groupes, quels sont les paramètres sous-jacents: pic pétrolier, bombe démographique, immigration de remplacement, dissolution culturelle, fossé cognitif, robolution, pollution endémique, décadence, etc…

De plus, je ne sais pas pour les autres pays, mais pour la France, il me paraît clair que notre psychologie collective est celle du "déni". Plus le "merdier" devient évident, plus il est urgent de rien faire ! Plus la situation dégénère, plus il est important de ne pas bouger. Hollande est l’aboutissement logique de cette situation, l’incarnation parfaite de l’immobilisme. Telle une proie sidérée, nous nous laissons bouffer sans rien dire.

Ça remonte à loin, bien avant la crise actuelle.

Exemple 1 : on aurait pu se douter que les américains mentaient pour les armes de destructions massives en Irak … et même après ce coup tordu, on continue de faire comme si de rien n’était, alors que de nombreux signes devaient nous inciter à la méfiance.

Exemple 2 : les gens se sont rendus compte de l’espionnage massif après Snowden. Pourtant des lanceurs d’alertes comme moi et d’autres avons essayé de prévenir sur ces questions. Nous sommes passés pour des paranos avant la révélation, et des rabat-joies après celle-ci.

Exemple 3 : C’est l’esprit munichois qui prévaut face à l’Islamisme (nous avons tellement voulu fermer les yeux que maintenant on a des guerriers aguerris sur notre sol et toute une population qui ne rêve que d’en découdre !)  :

Au même moment, Nicolas Sarkozy montrait de l’audace (il est vrai que la conférence rémunérée était organisée par le cabinet Deloitte) en assurant : « la meilleure façon de combattre les extrémistes c’est de les laisser aller au pouvoir pour que les gens comprennent que, en plus de leur fanatisme, ils sont nuls. » (Nice Matin, 18 juin 2014). Sans doute l’orateur n’a-t-il jamais su qu’en 1933, ce même argument avait été utilisé par Franz von Papen pour convaincre le président maréchal Hindenburg de nommer chancelier Adolf Hitler.

Ce trait de caractère collectif s’explique par la défiance généralisée, par les défaites successives, et par la dissolution déjà bien avancée du peuple dans le gloubiboulga mondialiste. Justement en France nous ne savons plus "penser collectif" (cf les factions), ce qui bloque les réformes. Comme un dépressif nous restons à nous morfondre et à procrastiner. En général ça se finit mal ce genre d’attitude. Si l’on en croit notre histoire, ça se terminera de manière violente.

Ceci dit, je ne présume pas de ce qui se produira. La Russie est en train de renaître après la chute de l’URSS, et la situation était dramatique. Peut-être qu’on sortira de cette léthargie mais nos choix présent ont des conséquences inévitables dans le futur. Peut-être même que ça se fera en douceur. C’est techniquement possible. Après est-ce qu’on en fera le choix collectif ? Je vois de plus en plus de monde prendre conscience des difficultés qui s’annoncent, mais je vois aussi de plus en plus de désaccords (ne serait-ce que sur le mariage homo par exemple, impossible de trouver un terrain d’entente). Dommage qu’ils aient attendu que la France commence à goûter la soupe amère de l’austérité pour ça…

*J’ai cherché la différence entre sociopathe et psychopathe, je n’ai rien trouvé d’officiel. J’utilise le terme ainsi : Le sociopathe ignore les règles de vie en société, le psychopathe les connaît mais les utilises à son profit.

** Si nous sommes les jouets des "identités sociales", nous le sommes aussi de nos gènes et nos hormones, et de bien d’autres influences extérieures qui nous relient à l’univers entier, mais c’est un autre débat.

 

 

Après l’éffondrement pétrolier : un monde low-tech ?


Selon moi on ne peut pas exclure un effondrement global et brutal de la société dans les années à venir (si ce n’est pas en jours qu’on compte !). Mais on ne peut pas exclure non plus un effondrement progressif, ni même un effondrement temporaire. Dans tous les cas ce sera un monde sans pétrole à l’horizon 2050 ans, c’est à dire dans 35 ans, pour la génération suivante. Même si on trouve une solution, il va y avoir des changements. Ce que je veux dire, c’est qui son s’accroche au pétrole et tout le mode de vie qui en découle, on va souffrir. Alors je vous proposes d’essayer de se projeter dans cet "autre monde" qu’il va falloir construire …

Je vous proposes donc de jouer à "Civilization", mais en mode "Collapse".

Je ne fais qu’exprimer un avis, c’est un sujet tellement complexe qu’on ne peut être sûr de rien. Ce sont quelques pistes de réflexion.

D’ici moins de 5 ans à l’échelle mondiale, si la guerre n’éclate pas avant, la production de pétrole devrait se mettre à diminuer. Même si par miracle le pétrole ne connaît pas de déclin, il sera beaucoup plus cher au fil du temps. Tout le monde (y compris ceux qui sont contre le pic pétrolier) est d’accord pour dire que le pétrole pas cher, c’est fini. Officiellement en Europe, nous consommons déjà moins de pétrole, mais cette consommation est en partie externalisée. Toujours est-il que nous sommes déjà en train de "muter" d’une économie basée sur le pétrole à autre chose. L’Europe du nord à déjà bien entamé sa transition, la Chine le fait aussi à marche forcée. Les USA s’accrochent au pétrole avec leurs huiles de schiste et la fracturation hydraulique et à foi dans les "marchés". Des armées de chercheurs de part le monde essaye de résoudre cette question épineuse, mais pour l’instant, sans succès.

Parmi les pistes technologiques actuelles, on a tout ce qui est "nano" et "bio tech" pour produire et stocker de l’électricité. Je pense par exemple au solaire organique, au graphène, aux méta-matériaux, etc… Le nucléaire mourant tente de se renouveler à travers les réacteurs à neutron rapides (en France, un prototype est prévu d’ici 2020.), et la filière Thorium (Chine + Inde), sans garantie de succès. C’est une course contre la montre alors que l’austérité frappe à la porte et que les programmes de recherche dispendieux vont finir par être sabordés.

Nous sommes en 2014, en France. Un pays qui veut se préparer à la transition énergétique et à la raréfaction du pétrole doit prévoir une 30aine d’années. Nous avons donc plus ou moins entre 30 et 40 ans de retard (pic "pétrole pas cher" en 2005, et pic "pétrole" avant 2020). L’Autriche par exemple à démarré dans les années 70, et a priori elle sera bien mieux armée que nous. Les Allemands sont déjà à 17% (de mémoire) de maisons autonomes. Vous pouvez penser que Hollande et Ségolène vont résoudre le problème, ou bien, vous pouvez penser qu’il est temps de se prendre en charge soi même même s’il existe un mouvement de "villes en transitions" qui font des efforts dans ce sens.

Se poser la question de l’énergie à 3 avantages :

  • réduire la facture si la crise ne dégénère pas trop
  • améliorer sa résilience si la crise s’amplifie (brutalement ou pas)
  • préparer le monde d’après en cas d’effondrement

Sans parler du fait que tout ce qu’on fait par nous même réduira la difficulté de la transition globale et la souffrance qui en découle… on n’est pas toujours obligé d’attendre que d’autres le fassent pour nous.

Imaginons un monde sans pétrole, mais pas sans technologie. A quoi pourrait-il ressembler ?

Le moteur à explosion (essence ou diesel), c’est fini. On pourrait revenir à la vapeur pour les trains, mais c’est peu probable car sans pétrole, on retourne à l’étape d’avant : le charbon et le pic charbon a déjà été franchi en 1913. Donc on retourne à l’étape d’encore avant : le moyen age. Mais avec toute l’infrastructure actuelle à recycler, qui servira donc encore un moment en principe.

La voiture individuelle c’est fini (c’est déjà un peu le cas si vous regardez en ville avec l’essor du covoiturage, de l’autopartage, et des voitures en location), ainsi que les supermarchés, les voyages en avion, et donc le tourisme risque de beaucoup souffrir (nous sommes toujours le premier pays touristique du monde malgré le fait que Paris aie maintenant la réputation d’une ville peu sûre). L’agriculture intensive ne devrait pas y survivre, de même que les élevages intensifs, et c’est autant une bonne qu’une mauvaise nouvelle (plus de qualité, moins de quantité).

Ce pourrait être un moyen-age grandement amélioré : nous savons qu’il faut traiter l’eau et nos déchets ménager pour éviter les maladies et les épidémies. Nous avons un bon paquet de technologies qu’on peut préserver même dans des conditions dégradées. Et c’est le sujet de cet article. Je laisse de coté la question militaire, et la question des transports pour l’instant (même si elles sont déterminantes).

Si l’industrie s’effondre, il restera l’artisanat quoi qu’il arrive.

Au niveau local, les seules techno envisageables sans système (industriel) de production, acheminement, installation, maintenance complexe sont : les moulins (mécanique), les éoliennes domestiques, le petit hydro-électrique, et le solaire thermique, et le solaire à concentration (avec stirling ou turbine vapeur).

Le photovoltaïque demande de la haute technologie, donc des usines, des matériaux rare (difficilement extractible), des procédés compliqués. C’est pareil pour les batteries modernes d’ailleurs. Pour l’instant seules les batteries plombs/acide et les steps sont envisageables en mode artisanal ou en mode recyclage. Imaginez que l’un de vos panneaux vous lâche ou que le froid à grillé votre batterie ? Si le remplacement ne peut plus être livré de Chine, vous faîtes comment ? Bien sûr, c’est un cas extrême. Je pense que le photovoltaïque est un bon compromis face au monde incertain de demain, il nous donne 20 ou 30 ans de mou, histoire de ne pas repartir à zéro.

Il faudra faire avec l’intermittence. Et je trouve que de se re-relier à la nature n’est pas du tout une mauvaise chose, au contraire. On va vivre moins speed en étant forcé de ne rien faire de temps à autre.

Dans tous les cas, si technologie il y a, elle sera électrique. On ne va pas retourner au gazogène. Que les savants invente autre chose ou pas, que l’industrie lourde résiste ou pas. Le peu de pétrole qui restera sera réservé aux tracteurs, aux chars, et aux yacht je pense.

Mieux, ça pourrait être carrément sympa. Mais la, je rêve un peu parce que ça suppose qu’on réussisse à préserver de la haute-technologie au milieu du chaos. C’est possible, mais ça va être compliqué, ce sera surtout une question de choix.

Aujourd’hui on a une technologie encore balbutiante mais qui pourrait très bien se répandre d’ici quelque temps (elle fait le buzz en ce moment et pourrait décoller d’ici peu). Avec les imprimantes 3D on pourrait fabriquer, entretenir et inventer nous même nos propres systèmes de production d’énergie. Exemple : 3D printed wind turbine.

A working proof of concept

On pourrait aussi (ça commence à se faire tout doucement) changer les pièces de nos vélos, de nos trottinettes électrique (et oui on pourrait même imprimer nos batteries avec dans l’absolu).

Les hackers se sont lancés un défi : parvenir à imprimer une imprimante 3D. Si on a arrive à boucler la boucle (bootstrapper) on s’émancipe de l’infrastructure actuelle, et dans ce cas, peu importe qu’il s’effondre ou non. La version extrême étant le "civilisation starter kit".

Avec la domotique, on peut gérer de notre maison au plus près, commander les systèmes en fonction de la météo, et réduire (de l’ordre de 30% sans faire d’effort) notre consommation. Il y a beaucoup de choses qu’on peut améliorer mais je pense qu’il faudra aussi faire des arbitrage au niveau du confort. Ces systèmes de pilotage ont en plus l’avantage de presque rien consommer.

 

Quels risques de coupure électrique ?


J’ai accumulé pas mal de notes sur la question électrique. Je commence à mettre ça en forme, même si ce n’est peut-être pas la meilleure manière de l’aborder, je dépile un peu …

Pour l’instant, malgré la crise, il n’y a pas eu de grosses "rupture de la normalité" en France (ce n’est pas le cas dans d’autres pays). Il y a des gens dont c’est le métier de prévoir les risques et ils font des beaux rapports mais le problème c’est qu’ils raisonnent dans un cadre restreint du "business as usual", il faut donc creuser un peu pour savoir vraiment ce qu’on risque.

Dans les années à venir, a cause des perturbations climatiques (qu’elles soient du à l’homme ou pas n’est pas la question), a cause des tensions géo-économiques, et à cause du vieillissement des infrastructures et de la compétition pour les ressources, cela pourrait être différent.

Les fossiles étant condamnés à moyen/court terme, voyons un peu comment ça se passe pour l’électricité actuellement.

Aux USA

Histoire de planter le décors regardons du coté du phare de la civilisation (lol) comment ça se passe :

On voit clairement un augmentation exponentielle des pannes électriques. Pour l’instant, ça passe relativement inaperçus parce qu’au final, ça n’empêche personne de vivre … par contre, pour les industriel, c’est un coût supplémentaire à intégrer.

Cependant, n’oublions pas qu’en 2003, 50 millions de personnes se sont retrouvées sans électricité pendant 2 jours aux USA/Canada en raison d’une défaillance en cascade.

Blackout picture - full moon over darkened New York City skyline during massive East Coast blackout in 1965

Il semble bien que ce soit lié aux intempéries :

outages

Ceci dit, je pense que la vétusté des installations y est pour quelque chose aussi.

Bon ce n’est pas la fin du monde me direz vous. Ceci dit, moi quand je vois une courbe exponentielle, j’ai tendance à me méfier. Ou en est-on en France ?

En France

En guise d’apéritif je vous invites à lire ce témoignage d’un agent de maintenance de l’EDF. Il n’y a pas que l’infrastructure qui vieillit, les agents aussi !

Mon métier c’est de rétablir l’électricité 24h sur 24h toute l’année dans n’importe quelles conditions et par n’importe quel temps. [...]
Aujourd’hui beaucoup de mes collègues sont fous de rage.
Par ou commencer ?
 
Je suis en colère.
 
Jamais ce pays n’a été autant dépendant de l’électricité, et jamais, nous, les monteurs, n’avons été aussi peu nombreux, et avec des moyens aussi dérisoire.
[...]
Le réseau, en particulier dans les centres villes, est obsolète et sous dimensionner.
On en est au point ou les câbles fondent tant l’intensité qui y transite est importante.
Le problème c’est que cette entreprise, comme beaucoup, subit des dépars massif à la retraite de la génération des baby boomers, et puis elle est touchée par la maladie de l’encadrement.
 
En clair il y plus d’officiers que de soldat.
 
Pour ne rien arranger, nous sommes paralysés par les taches administratives, qui paradoxalement se sont accrus depuis l’arrivée de l’informatique.
En même temps, on nous demande de faire de plus en plus de travail sans nous en donner les moyens.
 [...]
En résumé, edf compte sur les opérateurs de téléphonie mobile pour piloter son réseau et les opérateurs de téléphonie mobile comptent sur edf pour alimenter leurs antennes.
[...]
Nos centrales nucléaires on toutes été construitent en même temps…il y’a 30 ans.
 
Elles ont été conçus pour durer 30 ans.
[...]
Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est qu’aujourd’hui tous les réseaux, quelque soit leur nature, sont interdépendants et qu’ils le seront de plus en plus.
 
Personne ne peut prédire les conséquences de l’effondrement d’un système de support sur les autres systèmes de support.
Bon, c’est un gars en colère, mais au final le job est fait semble-t-il. Dans toutes les boites, quand on regarde sous le capôt on est effaré et on se demande comment ça peut tenir debout. Il ne faut donc pas prendre ça au pieds de la lettre, ceci dit, il faut en tenir compte quand même.
Ou en est-on concrètement ?
Pour l’instant chez nous, ça ne se passe pas si mal, mais on voit bien l’effet que peut avoir une tempête (2009 avait été sympa !) :
temps moyen de coupure annuel
La tendance est à l’augmentation légère, mais pas de quoi être trop alarmiste pourtant. Le rebond de 31% en 2013 serait du aux intempéries, malgré la modernisation engagée par ERDF.
Selon la Fédération Française des Sociétés d’Assurance, le coût des intempéries a représenté 1,1 milliard d’euros en 2013, « soit l’équivalent d’une catastrophe naturelle majeure. »
[...]En 2012, le nombre de ces épisodes (tempêtes, vagues de froid) avait déjà quadruplé, avec huit évènements majeurs recensés. En 2013, il y en a eu neuf, mais quatre de très grande ampleur, a souligné Gilles Galléan, le directeur technique du groupe.
Pourtant en 2016 les choses vont se compliquer. D’une part, nous allons réduire notre capacité de production, d’autre part, nous allons ouvrir de nouvelles lignes haute tension vers les pays frontaliers :
Près de 7.700 mégawatts de centrales à charbon et au fioul, soit l’équivalent de près de cinq gros réacteurs nucléaires, doivent ainsi fermer d’ici la fin 2015, la moitié de ces fermetures étant déjà actée.
[...]la réduction du matelas de sécurité français "ne permettrait pas d’assurer la sécurité d’approvisionnement en cas de vague de froid intense"
Semble-t-il nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne :
La Carte de France des coupures d'électricité
Je ne sais pas trop si ça peut servir à quelque mais il y a un traquer de coupure en ligne ici.

Étude (rapide) du cas Grec

Si on prends la Grèce comme modèle de ce qui nous attends, on voit que la consommation électrique globale du pays diminue depuis 2008 (plusieurs sources corroborent).

 greece electric power consumption kwh wb data

Mais beaucoup moins que la consommation de pétrole. Et chose étonnante, il semble que les renouvelables progressent !!!

Quel avenir ?

Heureusement (pour l’infrastructure du moins) à cause de la crise, la consommation d’électricité diminue en Europe de l’ouest. Il semble que le pic de consommation d’électricité soit en 2011 pour la France, 3 ans de retard par rapport à la Grèce (et il semble qu’on maintienne ce retard aussi dans l’austérité qui va faire parler d’elle dans quelques jours d’ailleurs).

Les livraisons d’électricité en Europe de l’ouest ont déjà atteint leur pic ! Deux explications (pas forcément exclusives) : c’est la crise, l’austérité qui fait diminuer la consommation. Autre possibilité : 17% des Allemands sont autonomes en énergie, ils ne "livrent" plus d’électricité mais la consomme sur place sans participer au marché. La tendance doit être sensiblement la même dans les pays du nord et pourrait expliquer cette décrue.

media_287338_1

Pour l’instant donc ça ne se passe pas si mal, mais le risque existe, et je ne suis pas certain qu’on puisse considérer l’appauvrissement des populations comme un bon signe. Bien sûr, quand on a une coupure d’électricité, c’est toujours au pire moment : soit il fait très froid, soit on a les pieds dans l’eau …

Cet article de Patrick Reymond montre bien comment la maintenance devient de plus en plus compliquée, quelque soit le domaine (la on parle des voies ferroviaires mais ce n’est pas si différent des voies électriques) :

Mais tout cela permet de vérifier "la loi d’airain", des infrastructures : une fois en place, elles sont tout bonnement, il est peu ou pas possible des les entretenir, parce qu’ils n’y a pas d’alternative réaliste, sinon, à quelques centaines de millions d’euros, qui, une fois réalisée, provoquerait quelques années plus tard, une congestion.

Et encore, là, la configuration est celle d’un département d’un peu plus de 200 000 habitants, donc, où les travaux, finalement, sont encore possibles.

Après, on imagine que si les 200 000 étaient 300 000 ou 600 000 les problèmes prendraient une autre taille, ingérable.

Rajoutons à cela que le monde à déjà passé le pic nucléaire, la soit-disante filière d’avenir :

nuclearproduction.jpg

Mais surtout regardez ceci :

partnuke.jpg

Et ceci :

partnukeelectr.jpg

Je crois que ça se passe de commentaire. Je rappelle que le nucléaire est vieux, qu’on ne sait pas traiter les déchets, qu’on ne sait pas démanteler (techniquement on "sait" faire, mais à un coût raisonnable, non). Et avec la crise, je crains qu’on ai du mal à avoir les moyens financiers de gérer notre bousin nucléaire. Que penser des investissement massifs que le pays fait dans cette filière ? Des milliards dépensés pour ITER ? Ça sent un peu de "baroud d’honneur" de la part du nucléaire quand même. Si d’ici 2020 la filière des "neutrons rapide" ne donne pas de résultat … ça risque d’être tendu. C’est un peu quitte ou double la. A vous de voir si vous pariez dessus ou pas.

Conclusion

L’électricité est amenée à prendre de plus en plus d’importance dans nos vies, si (ou plutôt puisque) les fossiles sont en déclin. S’il n’y avait pas la crise des ressources, ça ne se passerait pas si mal en fait.

Mais on a 4 risques qui augmentent en même temps pour l’ensemble du réseau électrique français :

  • complexification, interdépendance accrue, risque d’effet domino
  • vieillissement de l’infrastructure et des agents de maintenance
  • risque économique (manque de moyens, manque de provision pour les risques, appauvrissement)
  • risque géo-politique (cf l’Ukraine, même en cas de problème sur le gaz, on pourrait en avoir des répercussions ici par une demande en surplus)

Sur le court terme on risque des coupures locales, plus longues, plus souvent. A priori pas de risque de coupure majeure en vue pour l’instant, mais si vous vous chauffez à l’électrique en hivers, méfiance quand même. Sur le long terme, un prix de l’électricité va augmenter, et donc, il y aura des arbitrages à faire chez soi pour réduire la facture. Vous pouvez commencer à vous y préparer à mon avis si vous ne voulez pas être pris par surprise un jour.

Vous pouvez toujours compter sur le big business et l’état pour vous venir au secours, mais vous pouvez aussi commencer à vous prendre en charge (pas besoin d’être millionnaire pour ça).

Pour conclure un article sur la maison solaire autonome : est-ce encore une question de rentabilité ?

Basculer vers l’autonomie énergétique est une démarche qui appelle de nombreuses questions. Ou affirmations. L’une des plus fréquentes est celle de la « rentabilité ». « Si je passe au tout solaire, sans EDF, il me faudra 8 ans pour que ce soit rentable » est une phrase fréquemment entendue ou lue. Certains vont parler de 10 ans, 12 ans avant « rentabilité ». Le calcul effectué est assez simple : additionner sa note EDF sur un an, celle de l’installation solaire, et diviser cette dernière par le montant EDF. Le nombre qui en ressort  est censé correspondre aux années passées à payer EDF jusqu’à atteindre le montant de l’installation solaire. Lorsque l’échéance est atteinte, c’est un seuil où l’on commence à « gagner » de l’argent, ou tout du moins, en économiser. L’électricité deviendrait alors « gratuite ». Pourtant, la démarche de l’autonomie énergétique ne fonctionne pas de cette manière. Particulièrement aujourd’hui.

[...]

Croire que l’autonomie électrique d’un habitat est seulement pour son propriétaire une manière d’éviter de payer des factures EDF procède d’une vision très étroite du sujet. Tout comme laisser croire qu’on participe à « sauver la planète » en produisant soi-même son électricité solaire. L’autonomie énergétique est avant toute chose une démarche intellectuelle, politique, philosophique, en lien avec la liberté, et de façon plus générale, les libertés. Comme le logiciel libre empêche qu’une « œuvre codée », collective ou non, ne devienne la propriété d’un petit nombre qui obligerait le reste à « passer par lui » pour en bénéficier, l’autonomie électrique redonne le pouvoir à celui qui la crée.

guerre-energie

Ce pouvoir va au delà du simple fait de ne devoir rien à personne pour allumer des lumières et faire fonctionner des appareils électriques. Il va au delà de ne pas polluer lorsqu’on consomme de l’électricité. Ce pouvoir est celui de ne pas être soumis. Asservi. Pas simplement à une entreprise, mais à un ensemble : un système et des valeurs. La maîtrise technique est un moyen de changer d’état d’esprit, d’appréhender le rapport à la société, à l’Etat, d’une autre manière. Dans un système où l’infantilisation des citoyens est de plus en plus poussée à grands coups de normes,  de réglementations censées protéger chacun de soi-même et des autres, produire son électricité est une voie excessivement libératrice. Qui redonne du sens, et replace l’individu comme adulte.

Quel avenir pour la France tiers-mondisée ?


Avec l’équipe de choc au pouvoir, il est probable qu’on vive en France les dernières "belles années" (qui sont déjà terminées pour les plus malchanceux). Je pense que ce gouvernement ne fait que mettre un point final à des tendances bien plus profondes. La France, (de ce que j’en sais ce n’est pas une fatalité, les pays du nord de l’Europe n’ont pas choisi cette voie) se tiers-mondise … à sa manière, mais elle y met tout son coeur !

Petit bilan d’étape.

  • On est en train de vivre la fin de l’état nation westphalien
  • 4 factions se disputent le bout de gras
  • l’évolution démographique laisse peu d’espoir de redressement
  • la crise de confiance qui rends le pays irréformable
  • les signes précurseurs qui permettent de deviner le déclin
  • scénarios possibles

La France n’est déjà plus un état

Dévoré par les multinationales (dont l’Europe est la tête de pont) par le haut, grignoté par l’assistanat et la résistance fiscale par le bas. Le modèle d’état Westphalien se meurt. En soi, je m’en fiche un peu de l’état qui n’est une manière de s’organiser comme une autre. Le soucis c’est plutôt ce par quoi on le remplace. Je n’ai pas l’impression que l’Europe, ce gros merdier technocratique et dispendieux soit un progrès. L’Europe c’est la paix, sauf pour les Ukrainiens, surtout pour les multinationales.

http://t.co/YHJXcq1czw

Un pays c’est : un peuple, des frontières et une transcendance. Nous n’avons plus aucun des trois.

  • le peuple français est en train d’être dissous dans la mondialisation, cf la question du grand remplacement
  • les frontières n’existent plus (Shengen)
  • la transcendance de la royauté à été remplacée celle du consumérisme et mercantilisme européen

L’état n’a plus de pouvoir régalien : battre monnaie (BCE), faire les lois (commission européenne), battre la justice (prisons vides de délinquants, pleines d’opposants), décider de la paix/guerre (OTAN). L’état se réduit à une machine fiscale qui ponctionne les uns pour redistribuer aux autres selon une logique de clientélisme électoral. Le démantèlement de l’armée sera bientôt terminé. Le territoire contient de plus en plus d’enclaves "non républicaines" (islamistes / mafieuses).

Sous couvert de la république on est revenu à une sorte d’ancien régime : le clergé est remplacé par les fonctionnaires chargé d’éduquer et de faire la morale au peuple, la noblesse est remplacée par les grosses entreprises chargées de la guerre économique, et le tiers-état, c’est les artisans, professions libérales, PMI/PME chargées de nourrir les autres. Le président de la 5ème république remplace le roi en étant super protégé et disposant d’énormément de pouvoir. Chassez le naturel …

Les factions qui fractionnent la France

Le peuple dans son ensemble est de plus en plus pris en otage par 4 factions, 4 idéologies, qui s’affrontent sur le terrain politique… Ces 4 factions ont déjà des tendances totalitaires bien affirmées. Chacun à sa propre manière d’interpréter les tensions actuelles, son propre paradigme pour les solutions. Toutes veulent plus de pouvoir, et toute veulent vous expliquer comment vivre votre vie "pour le bien de tous", toutes veulent le pouvoir centralisé. Ce sont des démocratures fautes de mieux, des dictatures en puissances. Tous ont du sans sur les mains, y compris ce que j’appelle "l’Euro" qui n’est que le symbole du pouvoir transnational. Le GEAB parlait à une époque du retour des "archaïsmes politiques". Ils avaient juste oublié de mettre leur Euro chéri dedans ! lol

Pour simplifier et faire des rimes, voici quelques points clés. Ce n’est qu’une grille de lecture, la réalité est bien plus complexe, mais ça permet d’avoir des repères :

  • Facho : la lutte des races. Peste brune. bouc émissaire : l’immigré. Idéal : la patrie forte sublimée. Hiérarchisé par la force.
  • Gaucho : la lutte des classes. Peste rouge. bouc émissaire : les riches, les zélites. Idéal : l’union de tous les opprimés. Hiérarchisé par le "bien".
  • Euro : la lutte des places. Peste bleue. bouc émissaire : les pauvres, les neuneus. Idéal : technocratie mercantile. Hiérarchisé par l’argent.
  • Islamo : la lutte des masses*. Peste verte. bouc émissaire : l’occident diabolique. Idéal : soumission au livre. Hiérarchisé par l’ostentation.

Chacun à son petit près carré sur le net et dans la vie réelle.

Les médias officiels sont de tendance européîstes (le nouveau veaux d’or). Le peuple enraciné est de tendance facho "je rase les murs". Les immigrés tendance Islamiste. Les fonctionnaires et autres bobos tendance gauchiste.

J’ai l’impression qu’il y a 2 alliances en train de se nouer : Facho/Euro (cf les dernières déclarations de Marine sur la LDJ et le manifeste de Chauprade), et Gaucho/Islamo (luttes des classes oblige + Soral).

Démographie : le niveau cognitif baisse

Je ne vais pas y aller par 4 chemins. Si on prendre la France à 10 ou 20 ans d’écarts, alors la différence saute aux yeux pour ceux qui n’ont pas la tête dans le guidon.

Ce graphique est valable pour les USA mais la diminution des scores PISA en France laisse penser que l’évolution est la même chez nous :

SAT Scores declining - Zero Hedge

La campagne accueille les cassos gavés au MacDo. Les cités débordent d’immigrés hallal agressifs. Le péri-urbain sert de refuge aux fonctionnaires moralisateurs et les cadres arrivistes. Les hôtels et les résidences de luxe servent aux élites décadentes. Et au milieu de tout ça des retraités largués, l’i-jeunesse abrutie par les smartphones, quelques fachos aigris qui espèrent encore le grand soir, quelques ogives nucléaires, et la tour Eiffel. Les entrepreneurs de talent, les chercheurs, et ceux qui ont cerveaux sont déjà loin. Reste quelques associations de naïfs subventionnés qui essayent de faire tenir le tout pour se donner bonne conscience.

Guerre de tous contre tous

La France à un énorme problème de défiance. Si vous discutez avec les gens, dans la vie ou sur le net, sur des sujets sensibles vous constaterez deux choses : non seulement c’est presque impossible d’en parler à des inconnus, quand on le fait protégé par l’anonymat c’est super tendu, mais en plus ces sujets sont de plus en plus nombreux au fil du temps.

Défiance façonnée par 2 siècles de déclin et de défaites (citation épurée) :

— ->Pendant 200 ans AVANT 1789, la France n’a connu que 2 défaites :

1636 – Corbie (dans la Somme), défaite et occupation relativement brèves.

1757 – Rossbach, défaite très relative puisqu’on est allé la ramasser au fond de la Saxe !

— ->Pendant 200 ans APRES 1789, la France républicaine a connu 3 Révolutions et 6 défaites :

1793 – Révolution et Terreur, suivie de 500 000 morts

1830 – Révolution de Juillet

1848 – Révolution

1792 – Défaite, invasion étrangère après Longwy et Toul

1814 – Défaite, invasion après Montmirail

1815 – Défaite, invasion après Waterloo

1870 – Défaite, invasion après Sedan

1871 – Coup d’Etat des proto-bolchéviques

1914-1918 – Invasion. 4 ans de guerre ininterrompue. Victoire difficile avec une saignée de plus d’un million de Français : les forces vitales du pays.

1940-1944 – Défaite, invasion. 4 ans d’occupation étrangère dans une moitié de la France.

1968 – Révolution colorée. Perte de souveraineté de la France.

Les tensions se sentent à tous les niveaux : fonctionnaire vs privé, riche vs pauvre, jeune vs vieux, allogène vs indigène, peuples vs multinationales, progrès vs nature, bobogaucho vs facho, hommes vs femmes, et même gros vs minces, instruits vs illettrés.

C’est le tissu social tout entier qui se délite, pas simplement l’état.

Ça fuse dans tous les sens : taubiracailles, ponctionnaires, syndicaniches, du caca-rente, presstitués, cassossiations.

Du coup il est impossible de réformer ou même de se mettre d’accord sur de solutions (ni même sur les problèmes d’ailleurs) car tout le monde se méfie de tout le monde et se la joue perso. Par exemple, sur la loi de 1973, il n’y a plus de dialogue sur la question. Si deux personnes ne sont pas d’accord, elles vont simplement s’insulter, car il n’y a plus de confiance mutuelle, plus de sentiment d’appartenance. Et c’est pareil sur tous les sujets. Tous les propos sont déformés par le prisme idéologique des interlocuteurs. Tout le monde est suspect, le pays se tribalise. C’est terrible de vivre dans une ambiance pareil.

Signes du déclin, en vrac

  • on ressemble de plus en plus à une république bananière (dirigeants qui prennent leurs ordres d'"ailleurs" comme on le voit surtout pour la politique extérieure)
  • démocratie mascarade avec un parti unique UMPS qui diabolise l’opposition
  • répression de plus en plus violente et ouverte de l’opposition politique (Varg, S0ral, Dieud0) mais pas encore de prisonnier politique (ça ne devrait plus tarder)
  • plus belle la vie à la télé, paupérisation dans les rues : Marseille avenir de la France, avec une violence qui déborde des milieux criminels au point qu’on parle même de faire intervenir l’armée
  • scènes de guérilla urbaine, zones de non droit (ou de droit islamique)
  • 20% des préfets remplacés par le gouvernement
  • paupérisation des classes moyennes, précarité, insécurité
  • apparition bidons villes (villages de tentes dans le bois de Vincennes par exemple, bidon ville à deux pas du club de golf/bridge à Toulouse)
  • endettement, vassalisation, fin du modèle social, corruption,
  • président d’apparat qui fait de la figuration (coupe les bandeaux), incompétent et largué

Scénarios possibles

Actuellement, toutes sortes de scénarios sont possible. La pression fiscale va augmenter. Hollande garde le cap parce que n’est pas pas lui qui le décide. Donc ce sera l’austérité pour les autres (le tiers-état). Les prestations sociales vont diminuer, et probablement les retraites aussi.

Les possibilités sont à moyen terme :

  • mise sous tutelle du FMI (ou de la Troika ou de la commission européenne dans notre cas)
  • Marine première ministre ?
  • fin de la Vème république suite au départ prématuré de Hollande
  • guerre civile ethnique avec ingérence extérieure
  • enveniment de la crise en Ukraine et possibilité de scénario noir pour la France
  • les scénarios de G Faye :
    • mort tiède
    • partition territoriale
    • seconde révolution

Ça ne sera probablement aucun de ces scénarios, mais quelque chose auquel personne n’aura pensé. Je ne crois pas trop à un scénario "doux". Quand à la révolution … soit, mais pour faire quoi ? Remettre le programme du CNR au goût du jour ? Ça ne va pas faire baisser le chômage et payer les retraites des papyboomers. Les 30 glorieuses sont finies.

On pourrait tenter des choses avant qu’il ne soit trop tard, dans l’absolu. Le problème c’est que le pays n’est déjà plus gouvernable, et les mentalités ne changeront qu’après un événement traumatique. Après tout, il est plus pratique de ne rien toucher tant que rien de grave ne s’est produit. C’est l’ensemble de la population qui impose une politique de l’autruche.

Revue de presse sur les signes du déclin

La France est déjà bien tiers-mondisée.

 

 

* Je n’ai pas trouvé le terme idéal : lutte des croyances ? lutte des civilisations ? lutte des prophètes ? J’ai opté pour la rime, lutte des masses, en référence à l’Oumma, la communauté, la masse des croyants qui s’oppose à la masse des mécréants.

Réponse à Berruyer sur la violence des flics américains


Le néo-tiers-état (celui qui nourrit tous les autres en plus !) subit une triple sanction : se fait agresser dans la rue, racketter par l’état, et moraliser par les gauchistes. Toutes les occasions sont bonnes : Ferguson n’échappe pas à la règle.

Suite à un texte de pleurniche de Paul Craig Roberts (il y a peut-être des abus, et le coté militarisé des la police est choquant mais dans un pays ou n’importe qui peut être armé, ça doit pas être fun tous les jours d’aller dans les quartiers ou l’on n’est pas vraiment accueillis en héro et ou même un quidam peut vous en coller une entre les deux yeux) qui n’a peut-être pas eu l’effet désiré, Olivier Berruyer (dont le travail est d’intérêt public par ailleurs) nous gratifie de statistiques censés montrer comment les poulets blancs (remarquez au passage comment on n’en fait pas tout un fromage quand il s’agit de faire de l’animalier avec du blanco … bref) sont méchants avec les zentil noirs.

Voici le commentaire inchangé pour lequel je me suis fait censurer :

A coté des stats de la police, il faudrait mettre les stats des violences faites par les noirs et leur nombre en prison, histoire qu’on voit peut-être pourquoi la police a la gâchette si facile.

Je n’ai plus les chiffres en tête, mais il ne faut pas oublier la vague de violence des années 80 qui a traumatisée le pays.
Ce a quoi on assiste c’est plus à une guerre ethnique, avec la police comme rempart, qu’autre chose … c’est pour cela que les autres (blanc, latinos) cautionnent, plus ou moins indirectement.

En France les stats des violences communautaires sont assez gratinées ! (cf Obertone … même en édulcorant ses chiffres, c’est absolument effrayant). A la différence que la police est empêchée de faire son travail, que la justice est la pour cajoler les chances, et qu’au final les personnes solvables voire honnêtes se font doublement racketter par l’état et les taubiracailles.

Je suis pour les valeurs de la gauche : donner une chance à tout ceux qui sortent les doigts, solidarité MUTUELLE, progrès sociaux (protection des faibles)… mais la, être généreux avec l’argent des autres sans conditions, céder à la pleurniche et aux caprices, la culpabilisation “de la souche” (alors même que la gauche a été l’architecte de la colonisation, a grossis les rangs des collabos) ne vont mener qu’a plus de problèmes, plus de refoulement, et plus de violence et de haine.

Peut-être parce que je mentionne Obertone ? Ou "taubiracaille" ? Je ne sais pas. Passons.

Selon le sondage du Pew Research Center, les événements à Ferguson ont divisé la société américaine. 80% des Afro-américains estiment qu’ils doivent faire l’objet d’un "sérieux débat public", autant ne font pas confiance à l’enquête sur la mort de Michael Brown menée par la police. Seulement 30% des Américains de race blanche sont de cet avis et ils sont nombreux à justifier les actes du policier Darren Wilson, qui a abattu l’adolescent.

J’insiste bien sur le "mutuelle"… ça doit marcher dans les deux sens, sinon c’est du masochisme. Les gauchistes, croyant bêtement lutter contre le racisme, le font monter contre le peuple "de souche" parce qu’ils se prennent pour des gens au grand coeur. En France, c’est dingue, cet extrémisme de gauche est dans les moeurs, il ne choque quasiment personne (je ne vois personne s’insurger en tout cas). Il n’y a que le fascisme de droite qui dérange, le bolchevisme est ses dizaines de millions de morts, on s’en fou. Le fascisme vert inquiète un peu, mais de loin, "faut pas stigmatiser". Par contre, le moindre soupçon de frémissement de nanoparticule qui penche un peu trop à droite, et c’est le retour de la peste brune, la république en danger, les heures sombres de notre histoire, l’apocalypse sans Bruce Willis …

Je cite ce commentaire parce qu’il est une vrai caricature, une perle :

Ce qui est triste c’est de constater dans l’opinion, la large majorité de personne aisé prompte à être d’accord pour payer des impôts servant un état policier envers les minorités sociales défavorisé, mais les mêmes ne veulent pas entendre parler d’assistance au travers de l’impôt envers ces mêmes minorités sociales. alors qu’en toute logique nous savons bien que la “paix sociale” est plus stable lorsqu’une certaine justice social règne a contrario d’une utopique lois de la jungle déguisé en libéralisme pour les puissants et riches, et corridor sociétale pour les pauvres et autres parasites néfaste a l’épanouissement de nos légitimes égoïstes fortunés.
Ainsi va le monde légitiment les pires actes policier sur le sacrosaint droit de la propriété primant au final sur la vie…

En France on est loin de la non assistance et de la sévérité policière décrite. C’est un vrai déluge d’aides sociales, de centres de ré-éducation, ré-insertion, plan banlieues, associations bienpensantes en tout genre qui apportent la culture au plus démunis (au lieu de leur apporter des outils intellectuels on leur apporte des cours de théâtre pour s’épanouir). De l’autre coté, les prisons sont pleines d’allogènes, mais surtout, elles sont sous-dimensionnées et vides d’encore plus qui ne sont ni punis ni poursuivis, ni même inquiétés.

C’est à se demander comment on peut inverser les choses à ce point ? Impunité et assistanat décrivent mieux la situation qu’égoïsme et sévérité. Et si on veut la ré-équilibrer autant pour notre bien que celui des "minorités" on passe pour un facho ?! En gros, comme ils sont pauvres on doit les aider à voler/violenter les méchants riches ? C’est un raisonnement à la Walt Disney, et encore …

Il faut quand même rappeler que ces "minorités sociales défavorisées" viennent de pays pauvres. On ne fait pas venir les plus qualifiés ni les plus riches, c’est une immigration de bouche (14% seulement viennent travailler). On ne va quand même pas leur donner maisons, voitures, écran plat, sans qu’elles bossent. Ha mais si en fait, c’est ce qu’on fait ! Mais il faut en plus qu’ils aient mieux/plus que les autres ? Si la gauchiste veut le faire, qu’elle le fasse avec son salaire et sa maison.

Le niveau de vie médian des immigrés est 24% inférieur à celui des français (30% pour les immigrés d’Afrique). C’est normal, ce n’est pas a cause du racisme, c’est parce qu’ils viennent de pays pauvres. 30% de moins en France, c’est probablement 50 ou 100 ou 200% de plus que dans leurs pays d’origine. Et l’écart avec leurs enfants se réduit à 11% !!!

S’ils veulent le réduire encore plus : on leur donne (j’insiste : donne) des logements, l’éducation, la santé, et la sécurité gratuite. C’est quand même énorme, non ? Ils n’ont qu’a se sortir les doigts comme tout le monde (et si on dit ça on est facho ?!), au lieu de prétexter qu’il n’ont jamais assez d’aides et que personne ne veut les embaucher avec leurs CV pourris. Même l’excuse de la pauvreté de tient pas. D’abord, ils ne sont pas si pauvre comparé au reste de la planète qui trime vraiment. Ensuite, ils ne sont pas les plus pauvres en France (ce sont les ploucs de la campagne qui ont ce privilège), et même dans ce cas, ça n’excuse pas la violence dans un pays riche comme le notre (s’ils étaient pourchassés ou vraiment maltraités je veux bien).

Le problème c’est que les gauchistes ont la haine de leur propre histoire / peuple, sous couvert de morale de cours de récrée. Je suis quasiment sûr qu’a une autre époque les même personnes auraient été du coté des fasciste. Le pire c’est qu’ils détruisent/discréditent la vrai gauche, et attisent le racisme anti-blanc, notamment celui des allogènes (courant dans les pays d’origine), qui s’en donnent à cœur joie contre les babtou fragile.

Y en a marre.

 

Polémique Morano – coup d’oeil sur les commentaires


Vous pouvez lire les commentaires des internautes ici. Je met en copie les commentaires parce que ça permet de prendre la température bien mieux qu’en lisant les merdias. Les tensions communautaires en direct live :

 

  • Selssini Gago bonjour madame morano je ne comprendrais jamais cette intolérence dans un pays qui se dit liberté égalité fraternité aussi je suis plus choqué par la traite sexuelle des femmes en occident ceci est de la perversité laissez les gens dans la foi
  • Yous Sef Je lis vos commentaire et je trouve cela pitoyable, mais Bon vu le niveau de Miss Morano et ces ami(e)s cela ne me surprend pas du tout :
    Coefficient intellectuel égal au ZÉRO ABSOLUE !!!
    Mais je parie que les 99% de ces fans ne connaissent cette valeur
  • Patrick de Vermeylle Krimo, rira bien qui rira le dernier, ne sousestime pas le vrai français …. on vous a toujours combattu par le passé ! et ça peut reprendre n’importe quand si vous dépassez les bornes que vous êtes d,ailleurs en train de dépasser ! lol et puis vous êtes max 6 millions …. va falloir stopper Ça aussi !
  • Marie Pierre @ Krimo Krim : ne rêve pas. Les français ne vous supportent plus.
  • Andree Mayrata j ai vu aussi des femmes voilees a etretat et a st brevin les pins les femmes qui ne sortaient pas avant se montrent sur une plage encore plus provocantes !!
  • Marie Pierre @ Sherrazade Allalou : on s’en fout de leur choix. On ne veut pas voir CA chez nous. C’est simple à comprendre non ?
  • Tony Leteil Daniel Reichert un age respectable avec des idées détestables….. la france n’avancera jamais avec de telles idées….
  • Adeline Coudeyre Madame morano vous faites une polemique ou il n y en a pas lieu d en avoir. Vous parlez de soumission mais vous feriez mieux d en cotoyer des musulmans et vous verrez que les femmes sont les chef de la maison et en aucun cas elles sont soumises. Quand Voir plus
  • Andree Mayrata ces gens ne veulent pas s integrer pourtant on a tout fait pour eux !!ingratitude
  • Krimo Krim Daniel Reichert : alors Papy ça se veut marrant.. Nos femmes sont bien plus libres que les votres, bien plus modernes, elles sont pudiques et pieuses…à l’inverses de vos filles où la decadence est maitre mot.. ET commme le slogan le dis si bien la FRANCE ACTUEL TU L’aimes ou tu la quitte…Euh nous on l’aime bien comme ça lol SALAM
  • Sam Sam çà c’est pour Marie Pierre qui déverse sa haine sur un mur alors qu"elle pourrait se rendre dans une mosquée pour le dire en face !!! https://fbcdn-sphotos-g-a.akamaihd.net/…/10593104…
  • Patrick de Vermeylle ahaahahahahahahahah ! Krimo trou du cul hallal ! mdr !
  • Sandra Mery Yildiz Et bien pour ne pas subir des personne comme vous j’irai bien n’importe ou nous sommes en 2014 et le racisme et toujours d’actualité moi je musulmane et très fière de l’être et j’enseigne cette religion a mes enfants mais je n’oblige personne a adhéréVoir plus
  • Tribun de la Plèbe Si vous pensez réellement ce que vous dites alors changez de parti! c’est l’UMP qui les a fait rentrer
  • Marie Pierre @ Yous Sef : en effet nous ne connaissons pas le ZÉRO ABSOLUE car cela n’existe pas. C’est le ZÉRO ABSOLU
  • Fiona Yousfi Philip Streets la France a certaine valeur c est pk de nbreuses personnes venant d ailleurs sont ici mais c est les gens qui la rendent mauvaise… moi j’ai une question totalement innocente!! Depuis le debut on parle des lois de valeurs d’obligations Voir plus
  • Leturfiste Vincennes tout a fait andrée portugais espagnol ect ect sont intégrer mais eux non la ont est au bout il faudra les expulser tot ou tard
  • Krimo Krim @ Patrick : LOL alors la je t’arretes tiut de suite le français peureux qui veut la jouer croisé non ça va lol.. Restses dans ta campagne à chasser le sanglier je t’es déjà dis lol
  • Mourad Bachterzi C… Morano devrait trouver un autre sujet pour attirer l’attention S….P….
  • Patrick de Vermeylle l’islam doit être réformé ou il ne survivra pas en occident !
  • Muriel Pinzano Trop c’est trop si elles sont si modernes que ça pourquoi vous venez draguer les filles ou femmes de chez nous? Et me dites pas le contraire svp .
  • Marie Pierre @ Sam Sam : Pour voir quoi ? Des culs en l’air ?
  • Sam Ammouri le string + topless sur des plages publiques devant les enfants ça ce n’est pas choquant? Drôle de culture Mme, je me demande si un jour vous avez ouvert des livres manière de bouquiner un peu et découvrir un autre sens du mot culture, à moins que vous ayez appris l’alphabet sur les réseaux sociaux afin de vous ridiculiser aux yeux des vraies personnes cultivées de ce pays!
  • Krimo Krim Arrêter de rêver avec vos expulsions etc.. Redescendez donc du " nuage internet" .. Seul une guerre civile pourra nous sortir en d’autres termes vous n’avez et jamais eu les couilles pour.. tiens Patrick par exemple approches toi d’une cité du 93 et declares ta falmme coimme tu le fais et on reparles lol
    8 min · 1
  • Tony Leteil Patrick de Vermeylle tu es ridicule toi aussi….. tu ne c que répondre par des provocation…. peut etre ke certaines valeures humaines nous les retrouvons dans nos pays d’origine. …
  • Iliass Najari Marie Pierre ce n’est pas du tout interdit à un musulman de vivre sur une terre non musulmane, en plus de ça on ne peut pas dire qu’une terre est de telle religion parce que partout on trouve de tout les religions. Bref loin de la religion tout le monde est libre de soi, mettre un bout de tissu sur son corps n’arrête pas le monde et ne porte atteinte à personne.
  • Sandra Mery Yildiz Qu on vienne pas dire que c’est pas du racisme tout vos propos mais ou et passer votre humanité ?
  • Youssef Ely Bravo Mme MORANO, vous avez usé du même stratagème que dieudonne avec Jean Marie LEPEN pour qu’on parle de vous. Après tout pourquoi pas mais il faudra pas se plaindre d’un éventuel retour de bâton car vous savez aussi bien que moi qu’en politique on a vite fait d’être catalogué. Toute forme d’intolérance quelle quel soit peut engendrer une haine de l’autre. On serra tous perdants en fin de compte.
  • Patrick de Vermeylle T’inquiète si tu nous gave trop ! c’est pas le sanglier que je vais chasser ! c’est ton cul de nazi religieux ! lolol Krikri !
  • Rayane Achebouche Looool mtn une nouvelle loi : obligation d etre dénudé sur un plage ptdr elle est folle la pauvre
  • Tony Leteil Voila pourquoi on en est fier
  • Krimo Krim Bon allez moi ej vous laisse c’est l’heure de la prière !!! ET VIVE LA FRANCE avec vous tous biensur LOL
    6 min · 1
  • Nassim Stark exusez moi d’avance mais pour ce hors sujet que vous faites Muriel Pinzano vous meritez bien un NIKE TA MERE sa viens du fond du coeur !
    6 min · 1
  • Tony Leteil Et je suis peut etre bien plus francais que toi mr
  • Martial Guy Verdier «Prendre une personne de dos en photo sur une plage à son insu … c’est minable et pas la peine de faire la morale aux autres !!!!
  • Isabelle Menil Arbey En fait la dame voilée est en train de regarder incognito les fesses du mec au bord de l eau, la coquine ! Sauf que la elle s est fait choper par morano et là elle s est fait eu !! Hi hi hi
  • Marie Pierre @ Lliass Najari : FAUX. Vous avez OBLIGATION de vivre en terre d’islam. petit rappel : Et tout pays gouverné par les mécréants où les lois sont athées est considéré comme terre de mécréance. Est considéré comme terre d’Islam tout pays gouvVoir plus
  • Guy Lintz Et vous Madame Morano, si vous allez en Inde, vous mettez un sari et en Afrique un boubou ? Vous êtes vous demandé alors si vous portiez atteinte à la culture des habitants en gardant vos vêtements européens ? Ne mélangez pas tout.
  • Nelly Charnot Pas très poli ce patrick,quand il n’y aura plus un seul blanc,il ne faudra pas qu’il pleure.Je suis d’accord avec mme morano
  • Denise Barone si vous vivez en France….respectez la tout simplement ou ….re,trez dans vos pays de rève !!!!!!!!!
  • Charles de Bernardy En Arabie, pays très TOLéRANT comme chacun sait, les soldats américains ne DOIVENT PAS êTRE JUIFS, et la vue du bras nu d’une soldate a provoqué l’indignation des gens du cru !

 

Le fossé cognitif, facteur structurant et aggravant de la crise


Je conjecture que le fossé cognitif* est l’un des facteurs structurants et aggravants de la crise. D’autre part, je pense que c’est un facteur totalement négligé, voire même tabou.

Le texte est un peu long et artisanal (à prendre avec une pincée de sel), mais quand je parle du "fossé cognitif" je ne suis pas sûr que tout le monde comprenne bien de quoi il s’agit. Si vous voulez aller à l’essentiel, j’ai mis en relief les parties centrales.

Il se pourrait, contrairement à ce que l’effet Flynn suggère (que le QI augmenterais) que la QI au contraire diminue à cause de l’environnement moderne et ses polluants.

C’est quoi le fossé cognitif, pourquoi s’en soucier ?

Qu’est-ce que c’est au juste ? kaçacéksa ?

Une personne est douée d’une certaine capacité cognitive globale qui dépends de son intelligence, de son instruction, et de ses ressources disponibles (ses relations pour l’aider, ses moyens financiers, son accès à la culture). On peut être intelligent et manquer d’instruction pour pouvoir exploiter pleinement ses capacités. On peut être intelligent et instruit, mais entouré de boulets et ne pouvoir pas faire grand chose de sa vie non plus. A l’inverse on peut compenser (en partie) un déficit d’intelligence par un surplus d’instruction. Il y a donc des gens qui sont riches et d’autres qui sont pauvres du point de vue cognitif (tout autant que du point de vue économique).

Un groupe de personne est aussi doué d’une intelligence de réseau, d’une dynamique de groupe (l’équivalent de nos émotions), et de ressources (internes ou externes).  D’une certaine manière, un groupe est aussi doué d’une certaine capacité cognitive et même d’une certaine forme d’autonomie par rapport aux individus et donc d’identité propre. Il est une sorte de "méta-individu" en somme.

Cette capacité cognitive est en partie héritée (de ses parents, de son pays, de son milieu social) et en partie discriminante (les gens de capacités similaires ont tendances à s’attirer les uns les autres) et n’évolue que lentement avec beaucoup d’efforts, autant au point de vue individuel que collectif. Une nation est un collectif qui assure une certaine homogénéité des niveaux cognitifs en fournissant un système éducatif commun, une forme de solidarité basée sur un sentiment d’identité commune (et une langue commune). S’il y a de la confiance entre les gens, alors les inégalités cognitives ne sont pas un problème en soi.

Par contre, quelque soit le niveau cognitif, on fonctionne tous à l’aide de biais cognitifs. lol

Pourquoi c’est tabou ?

Avec certains on atteint vite le point Godwin (comme avec le mot "immigration"). Je parle d’expérience.

C’est simple et ça tient en un mot : eugénisme. Parler d’inégalités cognitives évoque directement cette question puisque l’eugénisme est née, en partie des études sur le QI (et bien sûr aussi du Darwinisme). Je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt mais je botte en touche : l’eugénisme a été discrédité, je n’essaye pas de la réhabiliter sournoisement, je me borne à poser la question de l’influence de ces inégalités en tant que facteur systémique. D’ailleurs pour réduire les inégalités on pourrait tout aussi bien "éliminer" le haut du panier plutôt que l’inverse (c’est le choix fait par la France d’ailleurs). De toute manière, nous pouvons et devons cohabiter malgré nos différences. Mais je ne prétends pas non plus que tous les hommes sont égaux à la base et que c’est la société seule qui fabrique des inégalités : pas plus que tout le monde ne né beau, tout le monde ne naît pas intelligent. J’ai un parti pris pour l’intelligence, mais je vais essayer de rester le plus neutre possible.

Finalement le pic pétrolier est un sujet facile à coté ! lol

Je pense que l’équilibre cognitif sociétal relativement stable hérité des 30 glorieuses est en train de se fissurer et que l’écart entre les nantis et les pauvres en terme cognitif se creuse. C’est tout l’objet de ce post de le démontrer. A la rigueur, pire que l’écart, c’est la perception subjective de l’écart qui compte et qui s’accroît. L’accroissement de cet écart est insoutenable à long terme. Cf l’exposé de Richard Wilkinson sur les inégalités : par construction l’humain ne les supporte pas au delà d’un certain seuil.

Pour l’anecdote, de part son fond culturel catho / rousseauiste et a cause du contexte difficile, la France, pour réduire les inégalités (sociales et donc cognitives) décide de chasser ses cerveaux et aider les pauvres : Socialism : making everybody equally poor since 1917

Il n’existe pas de véritable mesure en ce domaine, ni même (à ma connaissance) de travaux universitaires. Il faut piocher dans les études sur le QI, dans les biais cognitifs, dans la sociologie, la macro-économie, et aussi le bon vieux gros bon sens fermier. Je pense qu’on y est tous confrontés plus ou moins dans notre vie courante à ce fossé cognitif (qui n’est pas un fossé culturel par contre : on peut avoir la même capacité cognitive et des cultures très différentes), souvent même sans s’en rendre compte.

Ce que je constate en revanche, c’est que cet aspect des choses n’est quasi jamais abordé dans les analyses de la crise. Je vois souvent des propositions de solution intéressantes, mais jamais les auteurs ne voient que leur solution "intelligente" ne peut pas être appliquée dans le monde réel parce que presque personne ne va les comprendre. Ils réfléchissent comme si la moyenne d’intelligence des gens étaient similaire à la leur, ou comme si tout le monde était sensiblement de la même capacité cognitive.

La teneur en partie pessimiste de ce blog vient d’ailleurs de la : les solutions à la crise existent potentiellement !!! Mais on ne peut pas les appliquer en raison du fossé cognitif.

Pour le dire autrement : le système financier actuel convient très bien à ceux qui l’ont conçus, mais n’est pas adapté a ceux qui n’ont pas les moyens d’en comprendre les rouages.

On a donc une lutte de pouvoir pour savoir si on va éliminer cet outil financier (et parfois cela inclus les gens qui vont avec) ou a l’inverse si on va l’imposer aux gens (c’est l’austérité pour faire simple) quitte à ce que ceux-ci en meurent. Le système financier est un prétexte de la "guerre cognitive".

J’affirme aussi que la structuration politique d’un pays dépends tout autant des structures familiales que des structures cognitives : plus l’écart type de la répartition des capacités cognitives entre les gens est grand, plus le pays est difficile à gérer, plus on va vers un régime autoritaire. En gros : si tout le monde est intelligent et instruit, ou si tout le monde est bête et illettré, c’est facile à gérer. Ce qui est compliqué c’est de mélanger les deux.

La répartition du QI

Le QI des gens se mesure avec des tests divers et variés. Sans rentrer dans les détails, disons que par construction on réparti la population selon une courbe de gauss. Pour simplifier, disons que le QI est un proxy de la capacité cognitive (une mesure indirecte et approximative, mais suffisamment corrélée pour qu’on l’utilise pour des analogies). Est-ce que le QI mesure vraiment l’intelligence ? C’est un sujet controversé (surtout son caractère héréditaire en fait), du moins chez tous ceux qui ont penchant socialiste / marxiste / communiste.

Je ne rentres pas dans le débat sur le facteur g pour rester simple, ni sur les différentes formes d’intelligence. Ça ne change rien à la question : même s’il y avait plusieurs formes d’intelligences, au final, on a une capacité cognitive globale qui agrège toutes les autres (intelligence, instruction, ressources) et y rajoute notre instruction et nos ressources propres. Qu’on sache la mesurer ou non n’est pas la question, ces différences existent. Qu’elles soient héréditaires ou non ne change pas grand chose non plus.

Ce que je dis ferait sûrement sourire un spécialiste du QI, mais c’est pour planter le décors. Peu importe si ce n’est pas rigoureusement vrai, c’est pour faire "toucher du doigt" la réalité, et donner une clé d’analyse des situations macro et micro.

En dessous de 70 de QI, on est considéré comme débile (au sens médical) – Ici la limite est à 80. Ici la limite est à 85 (définition OMS de la déficience mentale). Au départ, le chiffre était de 85, mais pour des raisons politiques, on a réduit arbitrairement ce chiffre à 70.

Disons qu’en dessous de 85, vous avez les cassos qui peuvent être très gentils par ailleurs. Les cassos c’est 15% de la population. C’est grosso modo quelqu’un qui ne peut pas vivre tout seul dans le monde actuel trop complexe pour lui. Il a besoin d’une assistance sociale en permanence. De prime abord il peut avoir une vie normale (une voiture, une télé, des gosses, un boulot ! lol), mais il sera incapable de gérer son porte monnaie et sera sûrement endetté ou ne payera pas son loyer. Ce genre de "soucis" (qui arrivent à des gens normaux aussi, la on parle "en moyenne"). Il va vivre au dessus de ses moyens, fumer au dessus du landau de ses enfants, se moque de la contraception (quand ce n’est pas carrément les allocs qui l’intéressent), se nourri de macdo et de ragots. Son relationnel peut devenir violent rapidement s’il est face à des difficultés. Vous voyez le genre. Si on prends le problème dès l’enfance on doit pouvoir améliorer leur situation, mai on n’en fera pas des génies pour autant.

Maintenant regardons de l’autre coté de la courbe du QI. Pour un gars d’un QI de 100, un gars d’un QI de 85, c’est un "attardé" ou un "débile". Mais pour un gars d’un QI de 115, c’est le gars d’un QI de 100 qui est l’attardé. Lui il comprends des notions plus complexes, comme les finances ou l’art, alors que le premier se contente de Paris Match ou de sa soirée foot. Lui, il lit des journaux pour se cultiver, des essais, et il comprends suffisamment comment marche le système pour en tirer parti sans en dépendre (à quoi ça sert une action en bourse, comment placer son argent, etc…).

Quand on passe la barre des 130 ça se complique parce que ces personnes la peuvent saisir des notions qui échappent totalement aux autres (sans pouvoir les leur expliquer), et du coup, elles peuvent apparaître aux yeux des autres comme des asociaux (et donc des attardés qui restent à part). D’où le mythe comme quoi les surdoués sont bon dans un domaine, mais nul dans les autres. Il est aussi raisonnable de penser qu’en plus ils sont la cible de la jalousie des gens en général (en partie parce qu’ils gagnent mieux leur vie, en partie parce qu’ils sont "bizarre" et suscite un peu de crainte).

Donc un gars d’un QI de 115 va avoir du mal a suivre les raisonnements d’un QI de 130. Cette fois c’est lui l’attardé. Mais … pour un QI de 130 c’est 85% des gens qui sont au mieux attardé, et pour lui, un QI de 100 est l’équivalent d’un débile. Ça fait mal a entendre, mais on est tous le débile de quelqu’un. Et ça continue, pour les génies de QI > 145 c’est encore pire, ils sont entourés de neuneus et ils ne peuvent pas vivre au milieu des gens "normaux".

Par contre, avoir un QI élevé ne fait pas d’eux des gens meilleurs. Les gens avec un gros QI font juste des grosses erreurs. Les conséquences sont plus importantes, mais ils ne sont pas immunisés contre ces dernières, ou la méchanceté.

Pour le fun, voici ce que ça donne quand on a un surplus de capacités cognitives à utiliser :

Je pense aussi à ce génie Russe qui a résolu la conjecture de Poincaré et qui vit reclus par exemple. Ils ne doivent pas être plus de 100 ou 1000 sur la planète à comprendre ce qu’il raconte :

L’impact

Il y a des facteurs aggravants :

  • D’un coté on a un groupe de personnes intelligentes et cultivées qui collaborent entre elles, qui se stimulent mutuellement, qui ont les moyens de donner leur meilleurs à leurs enfants (parce qu’elles ont l’argent mais aussi les connaissances et le réseau).
  • De l’autre, on a des gens qui éliminent le peu de chances qu’ils pourraient avoir, eux et leur progéniture. Ils ne nourrissent de merdobouffe du supermarché (gavés de conservateurs, de sucres et autres poisons qui n’améliorent pas le fonctionnement de leur organisme), ce qui peut provoquer des retards de développement. Ils fument, boive de l’alcool, si ce n’est pas pire, et parfois même en étant enceinte.

Ces masses de gens "abrutis" (par les poisons, leur mode de vie) sont facilement manipulable qui plus est. Ils sont donc en plus soumis à toutes sortes de tentations et de pièges dans la vie ce qui n’arrange rien.

Souvent, n’ayant pas le vocabulaire pour exprimer leurs émotions, elles sortent de manière brutale, violente. Ce qui bien sûr n’arrange pas la situation, ni celles des gens qui les entoure. Et pire, les émotions influencent le QI, c’est à dire qu’elles peuvent le faire baisser temporairement (colère, peur, angoisse, etc…).

Le terme de "tittytainment" (titty = nichon, entertainment = distraction, loisir) inventé par Zbigniew Brzezinski en est d’ailleurs le symbole. C’est la méthode inventé pour tenir en laisse toutes ces masses.

Et ce n’est pas qu’au niveau micro qu’on peut observer les conséquences. Au niveau macro aussi.

La crise des subprimes par exemple, est lié à ces inégalités cognitives. Les subprimes s’adressent a des personnes qui n’avaient pas, ni l’argent, ni les moyens intellectuels de comprendre l’implication du jeu qu’on leur faisait jouer avec les prêts à taux variable. On leur a dit "c’est la chance d’acheter une maison pour réaliser votre rêve américain", elles l’ont cru sans se poser de question, même si elles étaient totalement insolvables (ce qui est le principe même des subprimes). [Ce qui n'empêche pas que quelqu'un d'intelligent puisse se faire avoir, mais la je parle en moyennes]

Autre exemple. Internet a été créé par des gens de capacités cognitives supérieures. D’autres, parmi les plus intelligents, en ont compris l’intérêt commercial et l’ont amené au masses. Qu’en ont fait ces dernières ? Elles se sont précipitées pour mettre leur photos de beuveries, pour remplir de truc inutiles et de ragots (mais c’est leur vie alors c’est super important que tout le monde sache), pour y mettre toute leur vie privée sans se se poser de questions sur les modèles commerciaux des trucs gratuits. Et après elles s’étonnent que le gouvernement les espionnes.

Mais c’est pire que ça. On considère généralement que le plus grand danger pour le net ce sont les multinationales, ou les gouvernements. Il se pourrait que le pire danger pour internet soit … les trolls. Ces crétins posent tellement de problèmes, sont tellement nombreux et acharnées que se pose la question de savoir comment les déloger. Mais du coup, comment garder la liberté d’expression si on doit tout censurer par avance ? comment faire pour ne pas noyer le bébé avec l’eau du bain ?

L’impact des gens à faible capacité cognitive est palpable si on sait comment regarder. De même qu’a l’inverse l’impact des gens à forte capacité fait avancer le monde peut-être un peu trop vite (NBIC, transhumanisme, mondialisme). Mais c’est surtout le différentiel qui est problématique.

On est 7 milliards, en simplifiant prenons les QI > 130, soit 2.5%, c’est à dire 175 millions de personnes environ. Ils sont 25 millions à avoir un QI > 140 (seuil pour rentrer à la MENSA**). Un bon gros pays quand même. Les QI supérieurs ont tendance à se retrouver aussi aux postes à responsabilité : économistes, leader d’opinion, chef d’entreprise, inventeurs, enseignement universitaire, chercheurs etc…

Les (moyennes de) QI se répartissent de manière inégale selon les haplogroupes, les religions, les métiers, les partis politiques. Hé oui, la moyenne de QI des personnes composant un parti politique sont différentes, et … ça peut expliquer certaines choses ! lol

Quotient intellectuel par métier

Ce que je nomme le fossé cognitif c’est ça : d’un coté des gens qui inventent des nouvelles technologie (dont Internet, les robots, les nano technos, l’intelligence artificielles, la médecine régénérative, les énergies alternatives, les sciences du cerveau, mais aussi les OGM, les bombes nucléaires, etc…) et de l’autre une masse de gens à gérer qui "pervertit" ce qu’on lui donne et en plus qui s’en plaint et qui à tendance à être agressive quand elle n’est pas contente. Du coup l’internet libre qu’on connaît aujourd’hui va très probablement disparaître.

Et ce fossé se creuse, du moins dans les pays occidentaux. A l’échelle de la planète, c’est plus difficile à dire. Il se pourrait fort bien que l’écart entre les pays se réduisent alors même qu’il s’intensifie à l’intérieur des pays.

Les facteurs aggravants à l’échelle nationale sont donc ceux ci. Notez que pour la plupart ces facteurs (en dehors des 2 derniers) au contraire peuvent diminuer les inégalités à l’échelle internationale :

  • Internet : permet aux gens de se rapprocher par affinité cognitive (et donc d’améliorer leur instruction et leur ressources, ou l’inverse). L’accès aux recherches universitaires, au savoir en général.
  • Les ordinateurs : permettent de décupler les capacités cognitives de ceux qui en comprennent le fonctionnement, à l’inverse, ce n’est qu’une distraction abrutissante pour ceux qui ont peu de capacités cognitives.
  • L’immigration : particulièrement en France ou l’on fait venir massivement des bac -5 pour remplacer les bac +5 qui fuient.
  • L’économie : en aggravant les inégalités économiques, on aggrave les inégalités cognitives.
  • Le pic pétrolier : en augmentant la compétition pour les ressources, il diminue la confiance mutuelle est donc exacerbe les problèmes engendrés par les inégalités cognitives.
  • La démographie. L’hérédité : En général les chercheurs s’accordent pour dire que le QI c’est 50% environnement, 50% génétique (sans qu’on puisse dire si c’est génétique ou épigénétique). Donc le QI est en partie héréditaire. La natalité : les gens pauvres, non instruits, et moins intelligents font plus d’enfants en général.
  • Bien qu’embryonnaire le transhumanisme, une fois qu’il sera sur sa rampe de lancement va aussi amplifier ce fossé. Les techno-humains bien que "monstrueux" seront "supérieurs".

Symboliquement, on peut considérer que les gens de TED sont le haut du panier. Le bas du panier, c’est les cassos et les racailles.

D’une extrême à l’autre :

vs

A l’échelle de la planète, ces différences sont énormes (lisez une ou deux vraies publication scientifique pour mesurer l’abysse), et avec Internet, on a des "clusters" qui se constituent.

Tout ça semble se stratifier et ça se cristalliser avec le temps.

Les fusées cognitives submergent de complexité les charrettes, les voitures, les trains, et même les avions cognitifs.

Au final on peut anticiper que ceux qui ont une capacité cognitive trop différentes vont devoir s’éviter les uns les autres, à cause de la guerre cognitive qui se généralise. Ce qui pose problème au sein d’un même pays ou les lois et les chances sont censés être les même pour tout le monde. Les plus nantis auront sûrement le réflexe de se bunkériser (au niveau légal dans un premier temps). D’ailleurs on en voit les prémices avec les caméras de surveillance dans les quartier huppés. Avec l’arrivée des BANG (Technologies : Bits, Atoms, Neuron, Genes) ils vont en avoir les moyens et surtout, ils n’auront plus besoin des masses pour leur servir de larbins, pour bosser dans leurs usines, ou leur mines. Comme dans Elysium (film qui a gâché le potentiel du sujet malheureusement) en somme, ou comme dans Demolition Man, et d’autres dystopies.

C’est un sujet très complexe, vaste et difficile. Mes capacités cognitives sont mises à rude épreuve ! lol Soyez indulgents.

 

* Dans les 5 facteurs systémiques, j’ai mis "décadence" et "mondialisation", même si j’hésite avec "complexification" et d’autres. Mais à bien y réfléchir ce sont plutôt des conséquences. La décadence serait plutôt une conséquence d’enlisement général de notre société (et du fossé cognitif) et la mondialisation une conséquence de l’infrastructure.

** Le seuil de 2 % correspond plus ou moins à un score de 131 pour le test de Wechsler, 133 pour le test de Stanford-Binet ou 150 pour le test de Cattell, ces nombres variant selon les pays

Best of : Qu’est-ce que la robolution ?


La robolution est l’un des 5 facteurs "systémiques" qui sont à la base de la crise. Cette vidéo est la meilleure que j’ai vu sur le sujet à ce jour. Vous devez la voir ! Si vous ne lisez pas l’anglais, apprenez ;-)

Tout y est :

Je fais un (tout petit) peu de provocation : la prochaine révolution qui nous pends au nez, ce ne sont pas les robots dans les usines, mais les robots … dans les tribunaux ! Pensez- y : nous aurons un juge impartial en quinous pouvons avons confiance. Fini la corruption, les erreurs, le racisme, le 2 poids 2 mesures, le lobbying, etc…

Les robots seront même de meilleurs amants (contrairement aux humains qui connaissent très mal leur corps, et les robots nous soulageront des complications émotionnelles).

Sachez que déjà des robots psy existent, et ils sont déjà meilleurs que les psy, parce que neutre, et parce qu’ils ne nous jugent pas, on se livre plus facilement.

La robolution, c’est ça ! La crise économique que nous vivons est en partie due aux prémisses de la robolution. C’est chômage technologique tel que défini par Keynes dans les années 30 (mais il s’accélère) :

Nous souffrons d’une nouvelle maladie dont certains de mes lecteurs n’auront pas même encore entendu mentionner le nom, mais dont ils entendront abondamment parler dans les années qui viennent – à savoir le chômage technologique. Ce qui veut dire le chômage dû au fait que nous découvrons des moyens d’économiser l’utilisation du travail à un rythme plus rapide que celui auquel nous parvenons à trouver au travail de nouveaux débouchés.

Quand on nous dit que la croissance aux USA est "confisquée" par les 10% les plus riches c’est parce que les nouveaux jobs sont déjà pris par des machines.

La robolution va continuer, nous allons être administrés, soignés, éduqués, policés, nourris par les machines. En un mot : nous allons être élevés par les machines. Certains craignent que la future IA des machines considèrent les humains comme une menace et décident de l’éliminer. Je pense que ce n’est qu’une projection. A mon avis les machines vont considérer les humains … comme des machines. C’est plus logique, et en plus, ça va fonctionner car l’humain fonctionne par automatismes. Elles vont cataloguer les biais cognitifs et pourront ainsi très facilement manipuler/influencer/contrôler les humains. Et finalement, nous pourrions même y trouver notre compte.

La théorie du grand remplacement est-elle bidon ?


Sur wikipedia on peut lire :

L’AFP définit quant à elle le grand remplacement de manière plus lapidaire, à l’occasion d’une déclaration de Jean-Marie Le Pen reprenant cette thèse : « les Noirs et les Arabes vont remplacer les Français de « souche » ; ils veulent saper la « civilisation » française ; il suffit d’ouvrir les yeux pour s’en rendre compte mais les élites nient cette réalité. »

Délire fasciste ?

Selon le monde le grand remplacement (théorisé par Renaud Camus, écrivain d’extrême droite) serait un fantasme de facho apeuré par la mondialisation :

« Le Grand Remplacement est le choc le plus grave qu’ait connu notre patrie depuis le début de son histoire puisque, si le changement de peuple et de civilisation, déjà tellement avancé, est mené jusqu’à son terme, l’histoire qui continuera ne sera plus la sienne, ni la nôtre. » C’est en ces termes alarmistes que l’écrivain Renaud Camus, proche du Front national, a lancé en septembre 2013 un manifeste intitulé : « Non au changement de peuple et de civilisation ».

[...]

Publiée en octobre 2012, « Insee Référence – Immigrés et descendants d’immigrés en France » décompte ainsi 5,3 millions de personnes « nées étrangères dans un pays étranger », soit 8 % de la population. Parmi ces immigrés qui ont contribué à reconstruire la France d’après-guerre, 1,8 million viennent de l’Union européenne. Restent donc 3,5 millions de personnes, dont 3,3 millions sont originaires du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et d’Asie. Ces immigrés venus du Sud qui font si peur aux théoriciens du « grand remplacement » représentent donc 5 % de la population française.

5% seulement ? allons donc …

Les grands merdias nous disent : la France à toujours été une terre d’immigration (ce qui est faux, on parle aujourd’hui d’immigration massive et ce n’est jamais arrivé par le passé à ma connaissance). Nous sommes tous des descendants d’immigrés chantent ils en coeur. Mais si on leur dit "il y a beaucoup d’immigrés en France, non ?", ils nous disent "quoi ? mais non, les taux sont constants, seulement 8% , en plus ils sont de bon français", etc… Circulez il n’y a rien à voir. (Le chiffre officiel du gouvernement est actuellement de 9%)

Étranger, immigré, français d’origine étrangère, extra-européenne, …

Comment est-ce qu’on compte ? Pourquoi est-ce qu’on compte ?

Les immigrés ne sont que les derniers arrivés, ceux qui sont nés hors de la France et en ont obtenu la nationalité. Leurs enfants ne sont donc pas des "immigrés" au sens strict mais sont pourtant d’origine étrangère. Et vu le contexte actuel de rejet de la France (y compris par les français eux même, c’est dire) ils ne se sentent pas forcément plus français que leur parents.

Quand, de l’aveu même du gouvernement l’intégration ne fonctionne plus, et qu’on parle d’inclusion, on ne peut plus considérer la population d’origine extra-européenne du même œil que la population française de souche à l’heure des tensions ethniques, des revendications communautaires, du racisme anti-blanc (et du racisme anti-immigré qui renaît), des pogroms, etc…

Ou plutôt si, on peut les considérer du même oeil : comme les français de souche, ils rejettent de plus en plus la mondialisation, la décadence, la république de moins en moins exemplaire, la classe pipolitique, le maquillage médiatique de la réalité, le fiasco européen et économique, etc… Mais pour autant, ils ne sentent pas solidaires avec le peuple autochtone. Comment le pourraient-ils vu qu’on leur explique à longueur de journée qu’ils sont rejetés par ce peuple soit-disant raciste (dont la personnalité préférée est Yannick Noah – cherchez l’erreur). D’ailleurs le replis identitaire concerne tout le monde, immigrés ou pas.

Imaginons : demain la France reste "la France" telle qu’on l’a connaît avec son pinard, sa république, ses fromages, ses bérets, ses églises vide, mais elle est peuplée exclusivement d’africains ou de chinois. Il n’y a plus de blancs. Et bien ce sera toujours la même France… en principe. Vous y croyiez ? C’est ce que les maîtres à penser veulent nous faire croire. Ils veulent même nous faire croire que ça ne les dérangerais pas (puisqu’il n’y a pas de race, un noir est un blanc comme les autres et vice versa). Penser autrement, et bien ce serait du racisme ou assimilé par définition, puisque la couleur, et par extension l’origine géographique, et même la culture … sont racistes. Selon cette logique vouloir préserver sa culture, préférer son ethnie, ses valeurs, ses moeurs, son histoire, son niveau d’éducation et celles de ceux qui nous ressemblent, ce serait raciste, donc mal. Apparemment, la cohabitation (chacun dans son pays) sans forcément se mélanger n’est plus une option raisonnable, il faut se mélanger, sans qu’on sache exactement pourquoi.

D’un coté, au nom de la tolérance il faut respecter, valoriser la religion et l’histoire des immigrés, mais de l’autre, le replis identitaire sur sa propre religion et histoire sont interdit …

Si on dit que le poids de l’importation massive des gens et donc de culture, de mœurs et de niveau d’éducation différent en France peut briser les fragiles équilibres de la république … ce serait raciste ? Personne ne parle de donner un statut différent aux personnes d’origine différent. Aucun principe d’égalité républicain n’est remis en cause. [Mais il faut reconnaître que la différence entre "je préfère ma culture" et "ma race est supérieure" peut n'être que rhétorique selon l'auteur]

Il est quand même raisonnable de penser qu’il y a des seuils pour réussir l’intégration. On fait un effort d’intégration si on est entouré d’indigènes, mais si on vit au milieu d’allogènes à quoi bon se fatiguer ? Ce n’est pas l’immigration qui est problématique, mais l’immigration massive et non choisie et imposée. Il faut donc en mesurer la "masse globale" et l’anticiper dans le temps (au minimum sur une génération). Rien n’empêche qu’un "bon français intégré d’origine africaine" voie ses racines se réveiller progressivement. L’intégration ça existe, la désintégration ça existe aussi (d’où le replis identitaire dans certaines régions de France d’ailleurs – ça ne concerne pas que les immigrés).

Il faut donc regarder combien sont les immigrés, et combien il seront et quelles mœurs ils amènent avec eux (c’est pour cela que l’origine à une importance).

Vous l’avez compris, c’est un problème complexe qui mélange réalité, ignorance et fantasme dans les 2 camps. Je ne prétends pas avoir tout compris, je donne le résultat de mes recherches, mon opinion.

Quels sont donc les chiffres "bruts" ?

L’INSEE est claire la dessus dans son étude "Immigrés et descendant d’immigrés" : les immigrés et descendant d’immigrés sont 20.6% de la population adulte.

Chiffre à relativiser parce que l’immigration inclue aussi les italiens, espagnols, portugais, polonais, etc … avec qui nous n’avons pas d’aussi grandes différences culturelles (enfin, relativement parce qu’à une époque ces différences suffisaient pour déclencher des guerres). Au niveau immigration on aurait quelque chose comme : arabo-africaine pour moitié environ, seulement 1/4 de l’union européenne.

Mais impossible de savoir qui est resté, reparti, et combien ils ont eu d’enfants, et donc combien sont les "immigrés du sud". Cependant, il suffit de se promener dans une grande ville, sur la coté d’azur, ou en île de France pour voir que le chiffre des 5% est totalement ridicule. Il sent la grosse quenelle à plein nez.

Les statistiques ethniques sont interdites en France, pour ne pas inciter à la haine raciale. L’intention est bonne. Mais pourquoi cacher aux français l’existence d’une poignée d’étranger disséminés et effrayés ? En effet le gouvernement estime la part de la natalité d’origine étrangère à…13,2% en 2008. Pas de quoi en faire un fromage. Mais la encore, il faut regarder un peu plus loin que les chiffres officiels pour se faire une idée plus précise.

La drépanocytose est une maladie qui ne concerne pas les caucasiens. Voici la liste des personnes concernées selon leur origine :

Départements français d’outre-mer : Antilles, Guyane, la Réunion, Mayotte
Tous les pays d’Afrique subsaharienne et le Cap-Vert
Amérique du Sud (Brésil), Noirs d’Amérique du Nord
Inde, Océan Indien, Madagascar, Île Maurice, Comores
Afrique du Nord : Algérie, Tunisie, Maroc
Italie du Sud, Sicile, Grèce, Turquie
Moyen-Orient : Liban, Syrie, Arabie Saoudite, Yémen, Oman

Excluons l’Italie, la silice et la Grèce qui sont loin de représenter la majorité des immigrés en France, le reste est extra-européen, le reste correspond justement à la population "du sud" dont on parle depuis le début.

Hors, selon la HAS (Haute autorité de la santé) 271 887 nouveaux bébés ont été dépistés en 2012 en raison des origines de leurs parents. En 2012 il est né en France 792 000 bébés. Ça représente 34% des naissances.

Voyons ce chiffre par rapport aux autres. Pour un taux de fécondité de 2,6 contre 1,8 (mais à mon avis ce chiffre est plus grand si on parle d’immigration Africaine).  Comparons avec le nombre d’adulte d’origine immigrée : 20.6*2.6/1.8 = 30% environ. Ce qui correspond en ordre de grandeur avec les 34% dépisté, mais ça ne colle plus si on considère que l’immigration "du sud" est 50% de l’immigration.

Wikipedia nous dit sensiblement la même chose : En 2010, 27,2 % des nouveau-nés en métropole sont issus de l’immigration, dont 24 % de l’immigration extra-européenne7. Dans tous les cas, ça laisse songeur sur les 5% annoncés par Le Monde.

Ces chiffres (1/3 des naissances françaises ont des origines arabo-africaines) font bien rigoler Sylvain Grandserre aux grosses têtes :

Il a voulu vérifier les chiffres, mais visiblement, il n’en a pas été capable, mais il parvient à noyer le poisson :

Pourtant les chiffres donnés par les sites FDesouche ou assimilés sont exacts :

http://i.imgur.com/Si0yyX2.jpg

Le taux monte a 2/3 en île de France et n’étonnera pas grand monde, du moins pour ceux qui se sont déjà baladés en région parisienne [On parle des nouveaux nés, le chiffre de la population adulte est quasi divisée par 2].

Le rouleau compresseur démographique est en route

Et l’Afrique compte pas s’en tenir la :

L’Afrique est le continent dont la population s’accroît le plus vite. Afrique du Nord comprise, sa population pourrait quadrupler, passant de 1 milliard actuellement à 4,2 milliards en 2100, d’après le scénario moyen des Nations-Unies. Un homme sur sept vit aujourd’hui en Afrique. Ce sera probablement un sur quatre en 2050, et peut-être un sur deux ou un sur trois en 2100.

’L’Europe doit accueillir 1,3 milliards de migrants d’ici 2050’ (nous sommes 740 millions actuellement)

Joel Cohen, un démographe de l’université Rockefeller de New York, rappelle qu’il n’y avait que 3 Européens pour chaque Africain de la zone sub-saharienne en 1950, mais qu’en 2100, il devrait y avoir 5 Africains pour 1 Européen.

[...]

Ce dernier point n’est pas anodin : on estime en effet que d’ici 2050, il faudrait que l’Europe accueille 1,3 milliards d’immigrés pour maintenir le rapport entre les actifs et les inactifs dans la population, ce qui ne sera pas sans poser un immense risque de déstabilisation, au niveau politique et social.

Ces chiffres sont cohérent avec ceux de certains démographes (minoritaires évidement) qui nous disent qu’en 2050 la moitié des naissances seront d’origine africaine (JP Gourevitch).

En 2050 1/4 de la population mondiale sera d’origine africaine et environ 40 % des naissances auront lieu en Afrique et qu’environ 40 % de la totalité des enfants du monde se situeront en Afrique.  [Chiffre à relativiser car l'Afrique est un continent très jeûne, il y a un effet loupe : pour les enfants cela représente une augmentation d’environ 10 % par rapport à 1950.]

Aux USA les bébés blancs ne sont déjà plus majoritaires, et les blancs seront minoritaires en 2050. Et regardez les problèmes qu’ils ont en ce moment à Ferguson.

En 2060 les français de souche ne seront probablement plus majoritaires : il ne faut pas oublier qu’en plus du manque de naissances, on va avoir beaucoup de décès. Le papyboom ne concerne pas les immigrés. On a un quadruple effet ciseau : immigration massive, surnatalité allogène, surmortalité indigène, et émigration des jeûnes indigènes (surtout les cerveaux) qui va accélérer le phénomène dans les années à venir.

La démographie est implacable, et difficilement (pour ne pas dire impossible) réversible. Emmanuel Todd se réjouit de cette immigration (qui est censé payer sa retraite), tout comme Merluchon qui ne supporte pas d’être entouré exclusivement de blanc (comme si les blancs étaient les seuls à être raciste).

Les nations unies parlent de "migration de remplacement". Pour les presstitués la réponse est claire : il n’y a pas de remplacement, ou alors du moment que les immigrés remplacent les fachos et les beaufs, c’est une bonne chose pour le pays.

Conclusion : oui et non

Alors, remplacement de population ? A vous de voir si c’est un fantasme. A vous de voir si c’est ce que vous voulez pour l’avenir du pays.

Reprenons le point de départ :

les Noirs et les Arabes vont remplacer les Français de « souche » ; ils veulent saper la « civilisation » française 

Oui à la première partie. Non à la deuxième. Ce n’est pas "eux" qui veulent, c’est nous qui le voulons. C’est nous qui avons une population vieillissante, nous qui les faisons venir, qui leur donnons les allocs et parfois même du travail. Faut-il s’attendre à ce qu’ils adoptent spontanément et massivement nos valeurs et nos moeurs ? Vu l’échec de plus en plus patent de notre société, on ne peut pas le leur demander. Il ne s’agit pas d’une invasion par le ventre. Tout au plus s’agit-il d’un suicide dont les gauchistes s’enorgueillissent. Nous n’avons rien à leur reprocher à ce sujet, mais par contre, nous, il faudrait qu’on se réveille un peu.

Pic pétrolier 2 : le retour du comeback ! Et il n’est pas content


Si vous voulez couper court au blabla pipo-scientifique, je vous invites à lire la "conclusion de la conclusion". Sinon, si la question technique du pic pétrolier vous intéresse … lisez la suite, même si c’est un peu long et pompeux.

Cet article fait suite à la controverse sur les deux manières d’expliquer la crise. En tant que picquiste j’ai essayé de voir ce que disait "l’autre camp" (ce que je croyais connaître mais en fait pas vraiment) et trouvé pas mal d’arguments convaincants.

En simplifiant :

  • pour les uns, la crise est financière, ce qui induit une baisse de la demande, et donc de la production pétrolière
  • pour les autres, la production de pétrole patine et provoque la crise par contre-coup

Même si les deux explications sont en partie vraie, il est important de trancher pour savoir a quelle sauce on va être mangé et aussi pour savoir qu’elles sont les solutions potentielles de la crise, autant au niveau individuel que collectif.

Ça fait 8 ans que j’étudie le sujet et ses conséquences presque tous les jours. Je me suis posé la question suite à la publication des chiffres de BP en juin qui montraient sans équivoque une augmentation de la production mondiale de pétrole.

Figure 1. Quarterly crude and condensate oil production, based on EIA data.

Autre fait important : chaque année, on améliore nos techniques d’extraction et on découvre du nouveau pétrole exploitable. Du coup, le ratio pétrole en réserve / pétrole produit augmente ! Ce qui signifierait qu’on est très loin du pic.

Je suis allé sur les blogs francophones (OilMan) et j’ai été assez déçu par le niveau des discussion : le manque d’argument est compensé par la conviction. L’esprit qui y règne a une tendance sectaire.

Je me suis rabattu chez les anglo ou la, j’ai trouvé à qui parler. Voici le résultat de mes recherches.

  • Gail Tverberg : une spécialiste du sujet, mais faisant parti des picquistes
  • 2 papiers du FMI sur le pic pétrolier et son impact économique
  • La royal society : le meilleur papier que j’ai jamais lu sur le pic pétrolier.
  • L’AIE (agence de l’énergie australienne) : moins bien étayé, mais très intéressant en tant que position officielle sur le sujet
  • Ajout de dernier moment : Ambrose Evan Pritchard

Gail Tverberg

Gail, une blogueuse "mondialement reconnue" (dans la blogosphère des peakistes du moins) vient d’écrire un article très intéressant sur la situation, même si elle reste confiné dans la vision typique d’un picquiste, elle explique que malgré l’augmentation apparente de la production de pétrole, la situation trahit bien l’arrivée imminente du pic pétrolier.

Cette augmentation se fait dans des conditions très instable pour les plus gros producteurs :

Figure 2. Top ten crude oil and condensate producers during first quarter of 2014, based on EIA data.

Le prix du pétrole est stable, a l’inverse des coûts de production qui vont devoir augmenter malgré tout (cf les 2500 milliards de dollar à trouver tous les ans jusqu’en 2035 selon l’IEA) :

Figure 3. Average weekly oil prices, based on EIA data.

L’Arabie Saoudite est instable, et les Russes ont entamé leur déclin (le tout petit déclin en bout de graphe est confirmé par les annonces faites par la Russie elle même) :

Figure 4.  Comparison of quarterly oil production for Russia and Saudi Arabia, based on EIA data.

La production US s’améliore grâce à la fracturation hydraulique, mais ce n’est pas une production pérenne. Le pétrole est de mauvaise qualité, et demande de gros efforts financiers qui ne sont même pas vraiment rentable malgré les conditions fiscales et bancaires plus que favorables (taux 0, niche fiscale). En un mot, c’est une bulle. Un article récent confirme que le miracle US va sûrement être très éphémère :

US Tight Oil Production

Le canada s’en sort plutôt bien avec ses "huiles de sable", mais à un coût environnemental énorme, on est en train de récurer le fond du pot :

Figure 10. Canadian quarterly crude oil (and condensate) production based on EIA data.

Même si ce post est très intéressant, il ne réponds pas vraiment à la question, notamment à l’objection que je lui ai formulée sur la question des investissements. Traduction :

Donc je reviens sur ces besoins en investissements, je vous la fait court, selon les chiffres de l’IAE page 11 :

  • on est passé de 600 milliard par an a 1600 entre 2000 et 2013, ce qui correspond à +8% par an
  • il faudrait 2600 milliard en moyenne par an jusqu’en 2035 pour compenser le déclin, accroître la production, améliorer l’efficacité énergétique, ce qui correspond à +4% en moyenne par an.

Pas de quoi s’affoler si c’est 2X moins que ce qu’on à fait pendant plus de 10 ans !

FMI

Le FMI ne donne pas de date à proprement parler mais réponds indirectement à cette question des investissements. Mais il se pose exactement la même question, même si l’approche est différente. Pour eux, il va falloir augmenter le prix à la pompe d’une part.

The main objective of this paper has been to propose and to empirically evaluate a model of the world oil market that does not take an a-priori view of the relative importance of binding resource constraints versus the price mechanism for world oil supply. We do not want to rule out either of these mechanisms, because the recent data tell a convincing story that both must have been important. Our empirical representation of this view models oil supply as a combination of the Hubbert linearization specification of Deffeyes (2005) and a price mechanism whereby higher oil prices increase oil output. Our empirical results vindicate this choice. Our model performs far better than competing models in predicting either oil production or oil prices out of sample, in a field where predictability has historically been low. Our empirical results also indicate that, if the model’s predictions continue to be as accurate as they have been over the last decade, the future will not be easy. While our model is not as pessimistic as the pure geological view, which typically holds that binding resource constraints will lead world oil production onto an inexorable downward trend in the very near future, our prediction of small further increases in world oil production comes at the expense of a near doubling, permanently, of real oil prices over the coming decade. This is uncharted territory for the world economy, which has never experienced such prices for more than a few months. Our current model of the effect of such prices on GDP is based on historical data, and indicates perceptible but small and transitory output effects. But we suspect that there must be a pain barrier, a level of oil prices above which the effects on GDP becomes nonlinear, convex. We also suspect that the assumption that technology is independent of the availability of fossil fuels may be inappropriate, so that a lack of availability of oil may have aspects of a negative technology shock. In that case the macroeconomic effects of binding resource constraints could be much larger, more persistent, and they would extend well beyond the oil sector. Studying these issues further will be a priority of our future research.
Ce rapport tente justement de répondre à la question que je posais récemment entre la demande et la production, qui influence l’autre. Pour le coup, ils essayent de déterminer qu’est-ce qui influence la production : les contraintes géologiques pure ou bien les mécanismes de marchés (quand le prix du pétrole augmente, on produit plus). Leur modèle intègre les deux aspects ! Le prix du baril serait à 170$ en 2020 contre 100$ aujourd’hui. Autant dire qu’en effet, on a aucune idée de comment l’économie réagira.

Et d’autre part, ils se rendent compte aussi qu’un peu moins de pétrole à des conséquences très importantes sur l’économie, contrairement à ce que nous disent les économistes.

Royal Society

On est dans du lourd la. C’est le meilleur papier que j’ai lu sur la question. Pas du tout partisan, scientifique quoi ! Ils examinent vraiment tous les arguments que j’ai pu lire à droite à gauche, plus d’autres que je connaissais pas, et surtout se placent demblé dans la perspective ou il y a deux explications concurrentes pour le pétrole.

Some commentators forecast a peak in the near future and a subsequent terminal decline in global oil production, while others highlight the recent growth in ‘tight oil’ production and the scope for developing unconventional resources. There are disagreements over the size, cost and recoverability of different resources, the technical and economic potential of different technologies, the contribution of different factors to market trends and the economic implications of reduced supply. Few debates are more important, more contentious, more wide-ranging or more confused.

 

But despite multiple uncertainties, the timing of the global peak in conventional oil production appears relatively insensitive to both the size of recoverable resources and the shape of the production cycle [11,61]. Simple calculations suggest that delaying a global peak in conventional oil production beyond 2030 would require more than 1700 Gb of remaining recoverable resources (i.e. a URR>3000 Gb), together with a relatively slow increase in production prior to the peak and a relatively rapid decline thereafter, especially if the peak is extended into a multi-year plateau [11].

Following an earlier literature review, we concluded that a sustained decline in global conventional production appears probable before 2030 and there is significant risk of this beginning before 2020 [11,62]. This assessment excluded tight oil resources since these were classified as unconventional. However, on current evidence the inclusion of tight oil resources appears unlikely to significantly affect this conclusion, partly because the resource base appears relatively modest (figure 9). Despite rising proved reserves, the depletion of conventional oil resources is relatively advanced with cumulative production equal to at least 30% of the global URR (i.e. close to the point at which production has typically been found to decline in a region).

Point notable, la royal society note que la question du ratio réserves/production n’est pas un indicateur valable :

Global proved reserves are rising, together with the global proved reserve to production (R/P) ratio (figure 6), suggesting to some that there is little risk of near-term supply constraints [15]. But proved reserves provide a misleading basis with which to measure depletion or forecast future production rates [16] and similar trends in R/P ratios have been observed in regions such as the UK where production has peaked and then declined [11].

Je n’ai malheureusement pas réussi à trouver beaucoup d’information sur le sujet mais voila le genre de graphe que ça peut donner :

Notez que les investisseurs utilisent le ration "EV/2P" (valeur de la société divisé par son ratio de réserves prouvées).

AIE

Rapport ultra complet qui examine le pétrole, le gaz, le charbon et l’uranium. Tout ce qui est fossile en gros.

Je vous la fait court  :

AIE Fossil Fuel

Le pic "fossile" tout confondu est pour très bientôt.

Ambrose Evan Pritchard

Il vient confirmer le gros malaise au niveau du cashflow des pétrolières (elles ne gagnent plus assez pour investir/payer les dividendes, alors elles revendent du patrimoine) :

The EIA said revenues from oil and gas sales have reached a plateau since 2011, stagnating at $568bn over the last year as oil hovers near $100 a barrel. Yet costs have continued to rise relentlessly. Companies have exhausted the low-hanging fruit and are being forced to explore fields in ever more difficult regions.

Conclusion

En résumé nous avons vu :

Le débat sur le pic pétrolier se sophistique et se complexifie. On peut y voir la tentative désespérée des picquistes de ne pas admettre leurs torts en cherchant à retourner une situation à leur désavantage.

Mais on peut y voir autre chose. En théorie du chaos, on a ce qu’on appelle des "fenêtres de stabilité" (les endroits ou il y a des raies blanches) :

Entre deux fenêtres, c’est "le chaos" (ça part dans tous les sens). Je pense qu’on est justement en train de sortir d’une fenêtre de stabilité. Jusqu’à présent (= avant 2008) la production pétrolière était déterminée par la demande. Après le pic pétrolier, ce sera la production qui déterminera la demande. Ce sont deux fenêtres de stabilité. Mais entre les 2 ? la transition ne se fait pas du jour au lendemain ! Pendant la transition les deux explications sont valables, un peu plus ou un peu moins selon les circonstances, selon les "boucles de feedback" qui s’activent ou se désactivent.

Nous entrons dans la phase ou le pétrole peu cher décline. Que ce soit du pétrole facile à extraire ou pas. Dans un cas, c’est le pétrole qui est difficile à extraire ou raffiner, dans l’autre, le pétrole est techniquement peu coûteux, mais du coup, les gens autour se battent pour lui, ce qui augmente le coût de sécurisation. On a donc un phénomène relativement homogène d’augmentation du coût du pétrole.

Les indicateurs financiers montrent que pourtant le coût du pétrole va encore augmenter. Pour l’instant le marché est en équilibre mais ça ne saurait durer. Il y aura des effets en cascade dans de nombreux secteurs de l’économie, allant de la finance a l’alimentaire. Vu l’état de chaos et de fragilité globale de l’économie, ça n’augure rien de bon.

Conclusion de la conclusion

Le sujet de la production pétrolière est un sujet très complexe et plein d’incertitudes (par manque d’information). D’un coté les média main stream et les financiers sont la tête dans le guidon et se contente d’arguments pré-machés comme quoi le pic est pour dans longtemps, pas besoin de s’inquiéter, business as usual.

De l’autre, les picquistes nous alarment depuis des décénies avec des prédictions de fin du monde qui n’arrivent jamais et de nombreux arguments qui sont faux ou simplistes.

Mais on commence à avoir des papier sérieux sur le sujet, de la part d’institutions "respectables" qui se posent de vraies questions sur le sujet. Et leur réponse est sans ambiguité : le pétrole pas cher et fini. Les conséquences sur l’économie sont importantes et vont l’être de plus en plus. Le pic pétrolier est non seulement imminent mais déjà entamé.

Ce qui valide donc le fait de s’intérroger sur les effondrement de civilisations ainsi que la lecture "pic pétrolière" de l’actualité géo-politique : intensification de la compétition pour l’énergie, et donc déstabilisation de l’ordre mondial, tel qu’on peut le voir actuellement avec la crise Ukrainienne, Syrienne et les autres.

Pour l’instant le PIB monte, mais c’est surtout de l’endettement qui le gonfle artificiellement. Les US ont passé leur pic voiture en 2008 par exemple, mais à l’échelle mondiale, on n’a pas de chiffre. Difficile donc de savoir ou on se situe exactement.

A noter que si la politique 450 anti-réchauffement (450ppm étant la limite de CO2 qu’on s’impose de ne pas dépasser) est voté par les pays, les pétrolier sont pour ainsi dire finis. Ils ont pris de gros risques financiers.

La question de savoir comment s’adapter au monde qui vient est donc cruciale. On y reviendra. Grosso merdo, on grand maximum 10 ans avant le pic pétrolier. Il semble raisonnable de se situer à un horizon de 5 ans, avant 2020. Dans 20 ans le monde aura très probablement beaucoup changé. 5 ans pour agir et se préparer … ça passe très vite, de part ma propre expérience.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 162 autres abonnés

%d bloggers like this: