Blog de Yoananda

Petit anti-manuel de la pensée unique, pour lire entre les lignes

Edito


Bouillant

Chaud

  • Djihad : Aux portes de Kobané. Plusieurs incidents en Europe (attaques de policiers / affrontements interethniques). Le Califat lance sa monnaie OR. La Turquie menacée à moyen terme à cause de ses populations Kurdes et sunnites.
  • Sivens : 26 Octobre 2014 : Mort de Rémi Fraisse. Jeunesse en colère. Échauffourées, manifestations sous tensions persistantes pendant 3 semaines.
  • Fin novembre 2014 : sommet de l’OPEC. Prix du pétrole à surveiller en décembre.

Tiède

  • 2017 : pic du « light tight oil » pétrole et gaz de schiste ?
  • 2015 : jugement de la cours européenne de justice sur le programme OMT de la BCE.
  • Mi-2015 : L’Italie sort de l’Euro ?
  • Ebola : 27 Octobre 2014 : volatile & aimant le climat européen (froid et sec) ou bien confiné à l’Afrique ? 10 000 cas recensés, 500 000 possibles d’ici Janvier. 1er novembre 2014 : Il serait aérostable et persistant 50 jours sur les surfaces ! Le califat pourrait militariser Ebola !! 15 Novembre 2014 : Fin de l’épidémie en RDC.
  • 2 Octobre 2014 : révolution colorée à Hon Kong (grâce au LTE Direct) ? A surveiller, d’autant que les USA sont encore une fois derrière.
  • La neutralité du net en débat et … en danger. C’est l’internet libre tout entier qui est l’enjeu et donc la possibilité de contester. 25 Septembre 2104 : Internet sera ultra surveillé en Australie.
  • Un autre état islamique en gestation en Afrique ?
  • Le torchon brûle-t-il entre l’Algérie et le Maroc ?
  • Arabie Saoudite, Koweit, Qatar, Iran : 7 juillet 2014 – le roi des Saoudiens à 90 ans, sous assistance respiratoire et pas de successeur direct. C’est le premier producteur mondiale de pétrole. Je vous fait un dessin ? remous en cours au Koweit.

19 Novembre 2014

The Guardian : Meadows avait raison

Lire la suite

Chronique : SoralGate, Berruyer, Bundesbank, Destitution, Krugman


#SoralGate

[Je vous laisser chercher sur le net si vraiment vous voulez en savoir plus]

Alors même que Soral lance son parti « réconciliation nationale » pour influencer la trajectoire du FN (qui à d’ailleurs commencé à draguer l’électorat musulman) éclate le « SoralGate », avec un sexto de Soral et quelques insultes du genre « pute à juif » envers une black.

La dissidence s’émeut, et l’idée même de réconciliation s’effrite alors que Soral insulte copieusement plusieurs personnes sur les réseaux sociaux. Du coté des « réconciliés » (=immigrés) ce n’est pas beaucoup mieux, on voit bien qu’ils n’attendent qu’une occasion pour se dé-réconcilier.

Nous verrons comment ça tourne, mais le succès ou l’échec de Soral sera un marqueur important sur la possibilité de « vivrensemble » … ou pas !

Berruyer

Olivier Berruyer (de « les-crises.fr ») nous prépare pour janvier 2015 un série sur le pic pétrolier !!! J’ai hâte de voir ça, et de juger sur pièce.

Enfin ! j’ai envie de dire.

Auzanneau

Encore un très bon post sur la question du pic pétrolier. En résumé : la faiblesse du cours actuel du pétrole pourrait mettre en péril les investissement et donc la production future. Est-ce que le chef économiste de l’AIE lit mon blog ou quoi ? lol

L’or Allemand

La FED décide de ne pas renvoyer l’or des Allemands en Allemagne.

La Bundesbank a finalement décidé de ne pas rapatrier son or. Et ensuite ?

Ensuite plouf. Plus rien.

Je ne sais pas moi, mais je serais Allemand, je l’aurais un peu en travers de la gorge.

Et même sans être Allemand, le marché de l’or n’a pas bronché.

Destitution

C’est maintenant possible de destituer Hollande « en cas de manquement manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». Évidement, les sondages ne sont pas suffisant. La soumission aux forces étrangères, c’est compliqué. Je ne sais pas par quel biais on pourrait s’y prendre. Asselineau, on compte sur toi ;-)

Keystone Pipeline

La construction du pipeline depuis l’Alberta jusqu’au golfe de Mexico à été rejetée. Donc le pétrole des sables bitumineux va coûter plus cher à exporter.

Paul Krugman, prix nobel d’économie … 2+2=5

Paul Krugman, prix nobel d’économie, réponds aux picquistes comme quoi on peut faire plus de PIB avec moins d’énergie.

Voici ce qu’il dit :

After 2008, when oil prices rose sharply, shipping companies — which send massive container ships on regular “pendulum routes”, taking stuff (say) from Rotterdam to China and back again — responded by reducing the speed of their ships. It turns out that steaming more slowly reduces fuel consumption more than proportionately to the reduction in speed:

Photo

Credit

So what happens when you switch to slow steaming? Any one ship will carry less freight over the course of a year, because it can do fewer swings of the pendulum (although the number of trips won’t fall as much as the reduction in speed, because the time spent loading and unloading doesn’t change.) But you can still carry as much freight as before, simply by using more ships — that is, by supplying more labor and capital. If you do that, output — the number of tons shipped — hasn’t changed; but fuel consumption has fallen.

And of course by using still more ships, you can combine higher output with less fuel consumption.

Faisons les calculs (même si c’est le chiffres sont bidon, le principe est valable) :

  • je passe d’une conso de 300 à vitesse 23.5 à 150 vitesse 19.
  • Disons qu’on a 10 bateaux, qui font chacun 10 aller retour de 100km par an.
  • 10*2*100*10 = 20 000km parcourus par an, à la vitesse de 23.5kmh soit 851h de trajet cumulé, soit une conso de 851*300 = 255300 l
  • A une vitesse de 19kmh on aura donc 1052h de trajet cumulé. Il faut donc 157800 l. Mais il faudra 12 bateaux.

C’est du au fait que la force de frottement augmente comme le carré de la vitesse, et donc, la consommation d’essence suit cette loi au carré … bref !

Nous avons donc dans la balance : 2 bateaux vs 100 000 litre d’essence.

Je ne connais pas le prix des pétroliers (ni les distances parcourues en moyenne), mais je penser qu’il va falloir pas mal d’années avant que ce ne soit rentable en terme d’économie d’essences. Il faut donc comparer avec la durée de vie et le prix d’un pétrolier pour connaître la vitesse et le nombre de pétroliers optimaux du point de vue énergétique.

De toute manière, c’est comme en photovoltaïque il y a un MPPT, le rapport entre intensité et potentiel (vitesse / nombre de bateaux), il y a un maximum quelque part, c’est sûr, mais on ne peut appliquer son principe que dans une certaine plage.

Donc c’est un argument spécieux, Krugman n’a pas fait les calculs, il essaye de nous enfumer avec un 2+2=5 comme si on pouvait, en ralentissant à l’infini et en augmentant le nombre de bateaux à l’infini faire plus de PIB avec moins d’énergie.

C’est vrai dans certains cas, il y a une certaine élasticité, mais c’est FAUX. C’est de l’enfumage. Pas étonnant que ces économistes n’aient pas su prévoir la crise, ne la comprennent pas, ne sachent pas la résoudre.

Va te rhabiller Krugman.

L’effet crevard : sites de rencontres, crevards, greluches, princes, princesses, et autres trolls


Qu’est-ce que l’effet crevard ?

C’est l’illusion, pour une fille (mais pas seulement), sur un site de rencontre (mais pas seulement), que la grande majorité des mecs sont des crevards, même si dans les faits, ils sont minoritaires.

Si j’emploie des mots crus, ce n’est pas pour choquer, pour blesser, mais parce que c’est utile en tant que microscope sociologique, et parce que notre « inconscient » ne s’embarrasse pas de mots feutrés de toute manière. On est dans la sphère du « ça », alors « fuck le surmoi », d’accord ?

Donc à prendre avec une pointe de sel hein ;-)

Imaginons un site de rencontre, avec 100 hommes et 100 femmes. Disons que sur les 100 hommes, il y a 10 crevards. Un crevard c’est quoi ? C’est un mec qui a tellement la dalle, qu’il est prêt à tout pour se vider les couilles.

Bien sûr, en vrai, il faudrait nuancer : on peut être un peu crevard sur les bords, mais savoir quand même se tenir. On peut être crevard avec une bombasse et normal le reste du temps. On peut se laisser aller à être crevard un jour de fatigue, ou par dépit. Être un crevard, c’est surtout un comportement (et non pas une personne) qui s’exprime plus ou moins selon les situations. Mais pour simplifier, je vais faire comme si c’était une personne.

Pour le besoin de la démonstration, admettons qu’il y a 10 crevards, et le reste des 90 de mecs normaux.  Dans la mesure ou les crevard ne sont pas ultra-minoritaires, le raisonnement reste inchangé.

Le crevard essaye de chopper tout ce qui bouge. On sait jamais, sur un malentendu …

Le mec normal lui, va chercher à construire une relation avec une fille qui lui plaît. Il négligera les autres filles s’il en trouve une a son goût, contrairement au crevard qui va tenter sa chance avec un maximum de personnes. Dans la pratique, un mec normal va probablement en draguer 3 ou 4 en même temps, mais ce serait toujours 10 ou 100X moins que les crevards. C’est les proportions qui comptent.

Donc concrètement comment ça se passe ? Une fille, en moyenne va être sollicitée par un mec normal (qui se concentre sur une fille qui lui plaît) et par … les 10 crevards qui traînent sur le site dans l’espoir de …

Donc, la nana, de son point de vue, il y a 1 mec normal pour 10 crevard. Elle en déduit logiquement, d’après son expérience, qu’il y a 10X plus de crevard que de mecs normaux.

Et la, il se passe deux choses :

1/ la nana devient méfiante (et chiante). Parce que forcément le crevard essaye de se faire passer pour un prince. Il n’est pas non plus débile à ce point. Donc la nana doit faire le tri, et tester, comme elle peut, les mecs qui sont en face, histoire de ne pas tomber amoureuse du premier baratineur venu. « Non sérieux s’abstenir ».

2/ Mais, comme elle est quand même énormément sollicitée, elle finit par se dire qu’elle doit être une nana exceptionnelle, une princesse. Du coup, la nana passable se transforme en greluche qui se prends pour une princesse et qui se la pète parce qu’elle n’a qu’a claquer des doigts pour mettre un mec dans son lit.

Du coup, les mecs normaux, pas trop cave, un peu exaspérés de ne tomber que sur des greluches, finissent par « ne pas vouloir se prendre la tête ». La frustration aidant, à force, le mec normal peut se transformer en crevard à son tour. Si le crapaud se transforme en prince dans les contes, c’est plutôt l’inverse dans la réalité : il est rare de tomber sur une personne qui fasse ressortir le meilleurs de nous même.

Les vrais princes et princesses sont noyés dans la masse des imitateurs, et finissent par se casser ailleurs. Des sites comme « adopteunmec » tentent de limiter les dégâts en laissant l’initiative à la femme ou attractiveworld qui se fait par cooptation.

Même si ce que je raconte est outrancier, caricatural, et « amalgamatoire », le phénomène existe bel et bien sur les sites de rencontre (tels que meetic par exemple). Difficile d’en évaluer la proportion exacte, mais, je pense que beaucoup de personnes en souffrent, autant les femmes que les hommes, sans en réaliser la cause précise : le pouvoir des 10 crevards qui, en étant beaucoup plus actifs que les autres, donnent l’impression qu’ils sont majoritaires.

Demandez aux filles ce qu’elles en pensent ;-)

Et bien, voyez vous, je pense que ce phénomène de loupe, l’effet crevard, n’est pas réservé aux sites de rencontres. Les « trolls », même s’ils sont moins nombreux, sont plus actifs. Pourquoi ? parce que c’est 100X plus facile d’insulter quelqu’un ou de se moquer, ou de répéter la même litanie d’arguments débiles appris par cœur, que de déployer un argumentaire étayé et d’essayer de dialoguer. Du coup, même s’ils sont 10X moins nombreux, ils sont 10X plus « puissants » que les gens normaux.

Et ils pourrissent tout. Les débats politiques, les débats scientifiques, l’ambiance dans les rues (incivilités), etc…

C’est probablement une sorte d’effet lié aux masses. L’humain est peut-être fait pour avoir des relations avec des groupes restreints, des gens qu’ils connaît vraiment, avec qui il a bâtit une relation de confiance dans le temps. Au delà d’un certain seuil, ça se détériore.

Allez expliquer ça à Attali, aux sans-frontiéristes et aux gauchistes qui pensent que le surmoi est tout puissant et qu’il plie le « ça » a sa volonté.

Chronique : surpopulation, immigration, blackout, pic pétrolier, Italie


Surpopulation, don’t panic !

Très bonne vidéo de Hans Rosling sur la question de la population.

On devrait la faire voir :

  • aux anti capitalistes, pour qu’ils comprennent pourquoi toute la planète se convertit à notre mode de vie
  • aux gauchistes, pour qu’ils comprennent que si nous nous appauvrissons en occident, c’est pour que d’autres puissent s’enrichir un peu

Le capitalisme est victime de son succès. Théoriquement dans un monde parfait équitable de bisounours, on pourrait vivre à 11 milliards. A priori on pourra avoir les ressources pour nourrir tout le monde.

Par contre, les courbes de Hans ne reflètent pas les récents changements économique. Tout à bascule depuis 2008 et les effets commencent à se faire vraiment sentir.

Mais cela signifierait une grosse perte de niveau de vie pour les occidentaux.

De plus, il faut bien comprendre qu’on a déjà atteint les limites il y a un bon moment.

Un exemple parmi tant d’autre :

Permalien de l'image intégrée

On voit bien que progressivement, disons pour fixer une limite symbolique à 1989, on n’extrait plus « toujours plus de poissons » des mers, et qu’on compense par la pisciculture ! Pour l’instant ça fait le job, mais même ça, ça finira par atteindre ses limites. On compensera peut-être par les insectes (vous aurez remarqué comment « on » commence à préparer nos esprits à l’idée), mais, même si on ne sait pas précisément ou est la limite, et même si on peut la repousser plus ou moins, on est en train de l’atteindre.

Immigration

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs…

Blackouts électriques

Risque d’épidémie de coupures électriques majeures, notamment cet hiver (avis à ceux qui se chauffent exclusivement à l’électrique) :

The paper published this September in Routledge’s Journal of Urban Technology points out that 50 major power outages have afflicted 26 countries in the last decade alone, driven by rapid population growth in concentrated urban areas and a rampant “addiction” to high-consumption lifestyles dependent on electric appliances.

Study authors Hugh Byrd and Prof Steve Matthewman of Auckland University, a sociologist of disaster risk, argue that this escalating demand is occurring precisely “as our resources become constrained due to the depletion of fossil fuel, a lack of renewable energy sources, peak oil and climate change.”

[...]

But as this year’s UN World Water Development Report pointed out, the era of global fresh water scarcity is already here, with 20 percent of all aquifers having been overexploited. By mid-century, 2.3 billion people will be living in regions of severe water stress, which in turn will undermine the capacity to generate energy through traditional means.

Although fracking for gas is more efficient than coal in terms of water use, it is still deeply problematic, say critics.

[...]

the World Bank forecasts that by 2030, a smaller proportion of the world’s population will have access to electricity than do now.

[...]

“Blackouts during the last ten years in Europe and Northern America have demonstrated an increasing likelihood of supra-regional blackouts with accompanying large economic losses,” Allianz observ​ed. “Large-scale, supra-regional blackouts are increasingly a realistic scenario.”

[...]

Surveying the impacts of past blackouts in the US, China, Canada, Italy, Africa, and many other regions, they show that blackouts can lead to state-rationing of electricity, massive economic losses, the breakdown of manufacturing, food supply shortages, degradation of water purification and waste facilities, and increases in crime rates and civil unrest. Yet they are not fatalistic about the inevitability of such an increasingly dark future.

Pas de fatalité la dedans, et, peut-être que la France sera protégée par ses centrales. Mais la transition au renouvelables, la demande accrue (clim + voiture électriques notamment + chauffage), la vieillissement des infrastructures (ou le manque d’investissement si vous voulez) augmentent le risque.

Par contre, c’est un signe de plus qu’on touche les limites.

Pic pétrolier

Super article (page 12) d’un financier, très mesuré, mais qui parle sans fard du pic pétrolier et de ses conséquences sur l’économie.

Rien de nouveau, mais une belle synthèse. J’aime beaucoup le passage sur les batteries, ou il dit que c’est à force de bricoler qu’ils sont parvenus à faire charger la batteries en 2 min, alors même que ça « défie » les lois de la physique-chimie connues jusque la.

Un petit complément sur les ressources critiques qui commencent à être surveillées de près et sur le pari de Simons très connu des cornucopistes semble-t-il.

Je laisse la conclusion à James Galbraith (un économistes connu) :

“There is no reason to believe that the democratic decision made by the living in the face of their present needs and desires will be the decision that would maximize the chance of long-term system survival. The unpleasant conclusion is that it is possible for a society to choose economic collapse.”

Sapir : L’Italie risque de sortir de l’Euro

Sans relance de l’Allemagne, d’ici mai prochain l’Italie devra sortir de l’Euro.

Ouch.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 194 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :