Blog de Yoananda

Petit anti-manuel de la pensée unique, pour lire entre les lignes

Le système économique pervertit-il tout ?


Oui. Par nature. Autant qu’il le peut, dans les limites « admises ». Pourquoi ? parce que c’est de la qu’il tire ses plus gros profits. Pour faire des ventes massives et profitables il faut soit tricher sur la qualité du produit, soit exploiter les bas instinct du client. Ce coté avilissant n’a rien de nouveau en soi. Ce qui est nouveau par contre, c’est que l’équilibre de la planète est menacée ainsi que les contre-parties qui rendent le système acceptable (l’état providence, la redistribution des richesses, la liberté relative des démocraties), de même que les garde-fous qui restreignaient ses méfaits. :

  • force de frappe décuplée par les outils informatique
  • boucle « vertueuse » : plus d’argent = plus d’avocats + lobbying et donc lois plus favorable, et donc plus d’argent … atteignant un seuil critique
  • le pic pétrole : avec de l’énergie abondante, on pouvait gaspiller, mais maintenant la tendance s’est inversée
  • les pollutions en général atteignent un seuil critique de soutenabilité environnementale : l’exploitation atteint les limites supportables pour la planète (pic halieutique, 6ème extinction massive, réchauffement climatique)
  • le pic santé : de même que pour le reste, notre propre santé (collective) à commencé a se dégrader. La toxicité de l’environnement est devenu tellement importante que non seulement, elle fait régresser notre espérance de vie en bonne santé, mais en plus, elle va plus vite que les compensations qu’on trouve avec la médecine (en admettant que ca soit une solution pérenne de ne jamais s’occuper des causes et de seulement masquer les conséquences)
  • dernier et non des moindres (un futur article y sera consacré) : notre société atteint le seuil technologique lui permettant de modifier sa propre nature (courant transhumaniste). C’est un moment décisif de l’histoire qu’on ne peut se permettre de négocier avec la seule recherche de profit en tête.

Les outils utilisés pour se protéger des conséquences de la corruption sont de plus en plus sophistiqués et efficaces :

  • notion de personne morale (cf le fabuleux documentaire « the corporation« ), seule l’entreprise est condamnée et pas le personnel grâce à la responsabilité limité. De plus, les seules punitions sont des amendes, facilement répercutable sur le coût du produit. Il faudrait aller beaucoup plus loin.
  • extra-territorialité, jouer des vides juridiques internationaux : résider dans un pays tout en commettant des crimes dans un autre et ne pas être poursuivi
  • être trop gros pour être mis en faillite et être sauvé par l’état
  • externalités (déporter les problèmes chez les autres ou dans le temps, les cacher le plus possible – par exemple, le coût de la pollution n’est jamais compté dans les coût des produits, )
  • tendance au « monopole » de fait (malgré les lois anti-trust) que ce soit en éliminant la concurrence, ou par entente entre les différents acteurs, ce qui leur donne une force politique indiscutable
  • tricher (asymétrie de l’information) sur la qualité, les coûts de production, l’impact sur la santé, la composition
  • la « science » de l’évasion fiscale qui fait que les plus grosses entreprises ne payent pour ainsi dire aucun impôt (et sont souvent exonérées en parties des charges sociales)

Comment voulez vous lutter ? Même avec des associations de consommateurs on est loin du compte avec des politiciens complices (qui financent ainsi leurs campagnes). Voila pourquoi les scandales se multiplient et sont voués à s’accroître indéfiniment tant que nous n’y faisons rien. Récapitulatif des grands domaines « pervertis » (ayant atteint des seuils critiques) déjà abordés :

  • éducation elle est laissée a l’abandon pour pousser les gens vers les écoles privées
  • transport : voiture il s’agit de jouer sur la soif de liberté, et sur un symbole de statut social pour nous vendre des produits dont nous n’avons pas besoin
  • habitation : maison ici c’est l’angoisse face à la vieillesse et la recherche de sécurité long terme, de même que le désir de transmettre à sa descendance qui est exploitée afin de fabriquer de la bulle immobilière a crédit qui gonfle le PIB
  • alimentation : la qualité de nos aliments s’est non seulement dégradée, mais en plus elle est porteuse de nombreux « polluants » qui mettent en péril notre santé au long terme (et surtout perturbent la croissance de nos enfants qui seront des adultes « abimés »)
  • (ajout 27/11/10) élevage industriel : nitrates, invasion d’algues vertes en Bretagne, grippe porcine, vache folle, grippe aviaire , poule à la dioxine
  • santé : la médecine ne remplis plus son rôle et devient une usine à fric, l’espérance de vie diminue de nos jours
  • information : journal télévisé ce n’est plus qu’un outil de propagande assez grossier une fois qu’on à compris les ficelles
  • soins : les médicaments sont plus inefficaces qu’on pourrait le croire
  • vous pouvez rajouter : le système judiciaire devenu perméable  aux classes sociales, les hôpitaux, la police en cours de privatisation, les banques boostées à l’argent public, les marges arrières de supermarchés, l’obsolescence programmée des objets, le suremballage, etc…

J’ai listé environ 250 problèmes graves dans un fichier à part, dont la liste serait fastidieuse à énumérer. Entre scandales financiers, sanitaires, écologiques, politiques, scientifiques, on se rends comptes qu’il s’agit bien d’un problème structurel et pas d’un accident de parcours.
Pour moi le constat des problèmes remonte invariablement au système économique : la recherche exacerbée du profit. Cela induit :

  • tout devient monnayable dans notre société marchande (cf les multiples traités commerciaux – cf les petites annonces de vente de sa virginité)
  • on remplace l’homme par des machines plus productives (cause structurelle du chômage)
  • exploitation outrancière (des ressources, des hommes, des idées)
  • rationalisation (on évacue tout le coté émotionnel de l’homme, ce qui provoque une technocratie)
  • manipulation hypnotique des foules via le techniques marketing héritées de la propagande hitlérienne

Voila pourquoi le travail devient de plus en plus aliénant. Et c’est le coeur de notre système social qui est concerné via l’économie de marché capitaliste libérale. Attention, je ne suis pas contre, ni l’économie de marché, ni le libéralisme, ni le capitalisme. Bien au contraire. Mais il y a 2 choses qui me semble fondamentales :

  • ils ne devraient pas être censé régir tous les domaines : sinon on passe a un gouvernement censitaire (on vote en fonction de son poids économique), et on a bien vu les problèmes que posent la spéculation sur les produits alimentaires … !!!
  • ils ne sont pas adaptés à tous les contexte : dans un monde ou le pétrole est abondant, la finance est parfaite pour gérer le risque et la croissance, mais dans un monde en repli, elle est totalement inadaptée pour gérer le partage équitable et la solidarité

Donc en gros, le capitalisme devrait pouvoir cohabiter avec la démocratie (et même le communisme qui est le mode de fonctionnement le plus adapté a certaines échelles), et d’autres formes d’organisations. Et aussi, selon les problèmes technologiques ou environnementaux il devrait ou non être utilisé. C’est idiot de demander au capitalisme de résoudre les problèmes écologiques. On sait ce que ça conne, les CFC sont remplacés par pire, le parabene est remplacé par les nano-particules (dans les cosmétiques), etc… Ce n’est pas son rôle. Il devrait rester confiné aux nouvelles technologies et domaines connexes mais pas s’infiltrer dans le reste de la sphère économique.

Si l’on devait dater (approximativement) le moment ou les problèmes sont devenus préoccupants et ou notre société s’est mise à régresser, tout (la dette qui entame son explose, peak oil per capita, la courbe de répartition des richesses qui s’inverse, etc..) pointe vers les années 70/80. En fait, l’un des événements « fondateurs » c’est la décision de Nixon en 1971 de mettre fin à la convertibilité du dollar en or. En devenant une monnaie totalement virtuelle (et mondiale) cela à permis l’essor fantastique du monde de la finance (via les politiques libérales de Reagan et Tatcher notamment) et donc, la recherche du profit. Ensuite, en 1999, la fin du Class Steagal Act (abrogation de la séparation des banques de dépôt et de finance) à permis une financiarisation exponentielle et la fabrication de bulles a répétitions.

Quelque soit le problème, le lobby pharmaceutique qui nous empoisonne, les guerres du pétrole, le contrôle d’internet, etc… on en revient toujours au même. La recherche du profit. Quelques exemples de lois ou traités en faveur des multinationales (qui pourraient avoir l’air presque anodin, mais je vous garanti qu’ils ne sont pas dans l’intérêt du peuple – c’est juste pour faire encore plus de business) :

Pour faire simple : les multi-nationales font la guerre aux peuples. Au sens littéral, corruption, espionnage, empoisonnement, meurtre.

Il existe des solutions. Avant tout, c’est de notre ressort de devenir consommateur responsable et de mettre la pression aux politiques. D’autre part, a moyen terme il va falloir inventer un nouveau système économique. Le modèle des communautés Open Source (coopération, partage, inspiration) est un bon exemple des solutions qui marchent actuellement. Sans vouloir jouer les Cassandre, le temps presse. Et ce n’est pas la génération « facebook, iPhone, PS3″ qui va nous aider. Ni les jeûnes paumés dans les banlieues qui retournent au moyen age.

Ajout du 23/11/10 : Paul Jorion explique comment certaines pratiques illégales comme le délit d’initiés parviennent à devenir endémiques et s’imposer malgré tout puisqu’il s’agit d’une course au profit dans laquelle tous les coups sont permis et ou chacun entraine l’autre un peu plus loin à cause de la concurrence.

Points clés

  • pour faire du profit, il faut tricher, sinon ce sera le voisin qui le fera à notre place
  • l’ampleur est telle que tous les domaines de la vie sont affecté
  • l’ampleur est telle que l’écosystème est menacé
  • le phénomène s’est gravement accéléré dans les années 70
  • actuellement de nombreuses lois sont votés pour aller encore plus loin dans cette folie
  • les multinationales sont hors de contrôle (même politique)
About these ads

33 réponses à “Le système économique pervertit-il tout ?

  1. Catarineta novembre 9, 2010 à 10:46

    L’homme pervertit il le système économique ?

  2. yoananda novembre 9, 2010 à 10:48

    Ou l’inverse ! Je ne sais ! Ce qui compte, selon moi, c’est de savoir dire « NON » a un moment donné.

  3. Catarineta novembre 9, 2010 à 11:17

    A qui le dis tu ! Et cela suffit-il ?

    L’homme est perverti par ses désirs, ce besoin de combler le vide en lui. De là est née la configuration des êtres en « trou noir » pour que nous soyons les témoins d’une société configurée en trou noir. Tout est aspiré, c’est l’implosion, la dépression, la crise…

    Un exemple :

    Il a transformé l’outil de la société : l’entreprise. C’est l’outil car il permet à l’homme de se réaliser par le travail, de mettre au service des autres par la satisfaction des besoins, et de faire circuler l’énergie de l’économie, les richesses (l’argent, pour nos sociétés).
    Il l’a transformé à l’image de lui même : empêcher l’autre d’être en sachant mieux que lui ce qui est bon pour lui – avilissement par le travail (la gangrène a largement atteint l’éducation, qui sait mieux que les élèves ce qui est bon pour eux).
    Créer de nouveaux besoins et surfer sur la vague de nos propres manques et nos désirs en souhaitant accumuler plus de richesses (mercantilisme).
    Rétention de l’énergie : accumuler les richesses pour ne satisfaire que certains éléments, jugés supérieurs aux autres. Et les autres, bah ils crèvent la dalle… normal.

    Impérialisme.
    C’est dans l’homme tout ça.
    L’homme se sent supérieur, ne peut concevoir que Tout est égal, un et il est fondamentalement, depuis plusieurs siècles, au service de lui même et des ses illusions, peurs, distorsions.

    Et l’homme d’aujourd’hui est dans l’ignorance des conséquences que tu décris très bien dans ton blog.

  4. Vincent Verschoore novembre 9, 2010 à 2:16

    Salut Yoananda,
    Au-delà de la pure faillibilité humaine, je pense que nous vivons une période où la structure étatique et institutionnelle à été pervertie par une mafia de l’argent qui abolit le plus possible les contre-pouvoirs et utilise la force publique pour défendre ses propres intérêts.

  5. Pingback: La société Orwellienne se met en place « Blog de Yoananda

  6. Pingback: Petit arret a la station service « Blog de Yoananda

  7. Pingback: L’internet libre se meurt « Blog de Yoananda

  8. Pingback: La logique Eurpéene morbide arrive bientôt à son terme « Blog de Yoananda

  9. Pingback: La logique Européene morbide arrive bientôt à son terme « Blog de Yoananda

  10. Pingback: La logique Européene morbide arrive bientôt à son terme « Blog de Yoananda

  11. Pingback: Synchronicité, un bug de la matrice « Blog de Yoananda

  12. Pingback: Résumé du blog novembre 2010 « Blog de Yoananda

  13. Pingback: OVNI : vers la divulgation ? « Blog de Yoananda

  14. Pingback: Sarkozy n’est pas notre président « Blog de Yoananda

  15. Pingback: Scandales sur scandales « Blog de Yoananda

  16. Pingback: Je m’en fiche qu’on me fiche ! « Blog de Yoananda

  17. Pingback: Espagne : le ton monte d’un cran en Europe « Blog de Yoananda

  18. Cassiopée décembre 12, 2010 à 3:07

    C’est une bonne analyse de la situation des dérives du commerce influant sur le Vivant.

    Je rajouterai un point critique qui est aussi très grave. Ce sont les ogm. Déjà la production génétique en elle-même est sujette à de nombreuses contestations, avec des dérives sur des plantes ou des agriculteurs (voir Le monde selon Mosanto).

    Mais ce n’est pas tout. Les exigences économiques ou l’envie de rentabilité font que des manquements sur les produits de consommation existent. Ainsi, le produit initial créé peut changer en fonction d’un besoin de rentabilité (pour se maintenir sur les marchés), d’une mauvaise gestion des éléments de fabrication interne ou encore d’un commerce parallèle (directement ou pas).

    Il s’agit dans ce cas de génétique, qui ont le sait peut se répercuter en mutant le Vivant (en général). Les mutations génétiques sont difficilement contrôlable et réparable (aussi héréditairement), surtout quand des millions d’hectares sont consacrés chaque années à cet investissement.

  19. Pingback: Transhumanisme + Capitalisme = danger ! « Blog de Yoananda

  20. Pingback: Wikileaks change la donne « Blog de Yoananda

  21. Pingback: Infowar, la guerre de l’information « Blog de Yoananda

  22. M.H. janvier 7, 2011 à 1:14

    Il y a tellement de contre-vérités (monopole, externalité, information asymétrique, etc.) que je ne vais pas tout critiquer point par point, ce serait trop long. Je réagis juste à ceci :
    « Ensuite, en 1999, la fin du Class Steagal Act (abrogation de la séparation des banques de dépôt et de finance) à permis une financiarisation exponentielle et la fabrication de bulles a répétitions. »

    En vérité, c’est le genre d’affirmations que tiennent ce qui ne savent manifestement pas de quoi ils parlent. Un article Peter J. Wallison : http://www.aei.org/article/28701

    The repeal of portions of the Glass-Steagall Act in 1999 — often cited by people who know nothing about that law — has no relevance whatsoever to the financial crisis, with one major exception: it permitted banks to be affiliated with firms that underwrite securities, and thus allowed Bank of America Corp. to acquire Merrill Lynch & Co. and JPMorgan Chase & Co. to buy Bear Stearns Cos. Both transactions saved the government the costs of a rescue and spared the market substantial additional turmoil.

    None of the investment banks that got into financial trouble, specifically Bear Stearns, Merrill Lynch, Lehman Brothers Holdings Inc., Morgan Stanley and Goldman Sachs Group Inc., were affiliated with commercial banks, and none were affected in any way by the repeal of Glass-Steagall.

  23. Pingback: La crise est-elle une conspiration ? « Blog de Yoananda

  24. Pingback: Les aberrations de l’impôt en France « Blog de Yoananda

  25. Pingback: Synthèse sur la santé : pourrissement de la médecine « Blog de Yoananda

  26. Pingback: Note de conjoncture « Blog de Yoananda

  27. Pingback: Une crise pas comme les autres « Blog de Yoananda

  28. Pingback: Résumé du blog juin 2011 « Blog de Yoananda

  29. Pingback: Notre démocratie est en train de disparaître « Blog de Yoananda

  30. Pingback: Archive Edito 2010 « Blog de Yoananda

  31. Pingback: Revue : Edward Bernays, propaganda « Blog de Yoananda

  32. Pingback: Résumé du blog mai 2013 | Blog de Yoananda

  33. Pingback: Conspiration : libéralisme, communisme, nationalisme, s’opposent en apparence pour un même résultat final | Blog de Yoananda

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 198 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :