Blog de Yoananda

Petit anti-manuel de la pensée unique, pour lire entre les lignes

Vers un monde (plus) "libre"


La recherche permanente du profit à court terme, maladie que nous devons au capital-libéralisme et aux marchés, nous empêche d’aller vers un monde plus libre, équitable et sûr. Non pas que le libéralisme ou les marchés soient "mauvais" par essence, mais c’est leur application à tous les domaines sans distinction qui l’est. Nous sommes malades de ne plus savoir rêver, de n’avoir plus de but si ce n’est avoir un peu plus que le voisin, une télé plus grande, un 4×4 plus gros, des seins plus ferme et plus hauts.

Pourtant, tout est la, à notre portée, si nous le voulions. En prenant comme modèle les "logiciels libre", je vais expliquer comment l’appliquer à d’autres domaines. (Dans cet article je vulgarise la notion de logiciel libre, je ne rentre pas dans les détails "techniques" et m’autorise certaines simplifications dans un but pédagogique).

Les logiciels libres sont basés sur 4 libertés fondamentales :

  • Liberté 0 : La liberté d’exécuter le programme — pour tous les usages ;
  • Liberté 1 : La liberté d’étudier le fonctionnement du programme — ce qui suppose l’accès au code source ;
  • Liberté 2 : La liberté de redistribuer des copies — ce qui comprend la liberté de donner ou de vendre des copies ;
  • Liberté 3 : La liberté d’améliorer le programme et de publier ses améliorations — ce qui suppose, là encore, l’accès au code source.

On pourrait résumer en : Liberté d’utilisation, de diffusion et de modification. Ce qui implique le partage, la transparence, et la gratuité. Concrètement, vous programmez un logiciel, et vous le "donnez" pour que les autres puissent l’améliorer ou l’utiliser à leur guise. Le gros problème c’est : mais si c’est gratuit, comment le programmeur gagne sa vie ? Et bien, dans la pratique (dans le monde réel) il gagne sa vie en vendant des "services" autour de son logiciel, dont il est l’expert. Par exemple : installer ou configurer le logiciel, faire de la formation, ou du conseil.

Il est vrai qu’au départ il y a un "investissement", un risque. Mais si la sauce prends, vous avez plusieurs bénéfices : les "autres" collaborent, gratuitement, à votre projet, ce qui lance une dynamique vertueuse qui réduit les coûts globaux. Non seulement ça fonctionne (si le projet est bon), mais ça fonctionne tellement bien que les logiciels libres sont en train de gagner leurs lettres de noblesses (à l’insu parfois des gens). Par exemple, ce blog, est hébergé gratuitement et publié sur internet par un logiciel libre (wordpress). Ce qui ne les empêche pas de gagner leur vie. Il existe différents modèles économiques. Aujourd’hui il existe des alternatives à presque tous les logiciels payants :

  • ubuntu qui remplace avantageusement windows. Qui est plus simple, plus efficace, et gratuit.
  • Firefox qui remplace Internet Explorer
  • VLC le meilleur lecteur de vidéo/MP3
  • OpenOffice qui devient LibreOffice qui remplace Word/Excel/PowerPoint/Visio
  • la liste est quasi infinie, quelque soit les besoins.

Les logiciels libres s’organisent généralement en "communautés" de manière organique (et non pas hiérarchique), sous la houlette d’un leader (Richard Stallman, Linus Torvalds, Dries Buytaert, …). Les gens contribuent collaborativement, gratuitement et surtout de leur propre initiative. C’est vraiment un autre économie, une autre manière de travailler, qui fonctionne tellement bien qu’elle menace l’industrie "privée" (par opposition à libre), au point que cette dernière en arrive à employer des moyens illégaux (ou bien détournant les lois) pour maintenir sa croissance.

Par exemple, microsoft pratique la vente liée, les marges arrières, et la corruption pour maintenir sa situation de monopole.

  • vente liée : il n’est pas possible (cela commence à changer depuis quelques temps) d’acheter un ordinateur sans windows, ou de se le faire rembourser si on n’en veut pas [j'ai réussi, et ca devient de plus en plus facile, mais la résistance à été longue et pénible]
  • le prix de l’ordinateur avec windows est inférieur au prix de l’ordinateur nu + une licence windows. Comment est-ce possible ? et bien en fait, microsoft compte sur le fait que 90% des gens vont s’abonner à un antivirus. Hors, il y a un anti-virus par défaut sur les PC. Pour être cet anti-virus, il faut payer une rétro-commission à Windows. C’est illégal (mais toléré) en France.
  • quand OpenOffice à menacé de détrôner MSOffice il y a eu tout une saga ou Microsoft à corrompu un organisme international pour ne pas perdre son leadership et surtout, sa vache à lait.

Dans la pratique la France verse environ 1 milliard de dollars à microsoft tous les ans… pour rien, puisqu’il existe la même chose en gratuit à coté, qui fait aussi bien, et souvent mieux. Dans l’absolu, je m’en fiche qu’une entreprise préfère payer pour avoir les produits de microsoft, mais la ou je ne suis pas d’accord, c’est quand on m’oblige moi a acheter à la Fnac, ou bien quand on impose aux étudiants d’avoir Microsoft, ce qui fait que plus tard, il seront habitués et donc captifs… et n’auront pas vraiment le choix. Le problème c’est que : qui dit gratuit, dit baisse de PIB, et baisse des recettes sur les impôts. Donc les politiques ne peuvent pas financer leurs campagnes électorales et leurs yatchs avec les logiciels libres.

Ceci n’empêche pas la poussée des logiciels libres et leur diffusion progressive. Bref, ça marche. Les logiciels libres ont de plus en plus de succès.

Le paradoxe entre logiciels libre et privés est tout de même "croustillant", puisque le fondement même de la liberté dans notre démocratie est la propriété privée ! Mais on a confondu propriété privée et propriété d’usage. Car sans limite la liberté ou la propriété n’amènent que leur contraire en définitive.

En s’inspirant de la même démarche, commencent à apparaître sur internet des embryons ou des bébés dans d’autres domaines.

  • Dans le domaine de la politique, l’e-democratie nous rapproche d’une vraie démocratie participative, transparente, citoyenne. Les partis politiques sont d’ailleurs en train de muter. Ce qui est très bon signe.
  • Dans le domaine de l’énergie, un travail remarquable se fait à la recherche de sources d'"énergie libre" : abondante, non polluante, décentralisée. Les énergies vertes sont actuellement récupérées par les lobbys capitalistes actuels qui ne veulent que des marchés captifs pour pouvoir imposer leurs prix. Mais il pourrait exister des vraies alternatives telles que le Thorium ou la Z-Machine (à la place des arlésiennes telles que la pile à hydrogène). Au lieu que ITER engouffre la majorité des crédits recherche pour rien.
  • La santé elle aussi se dirige vers une "santé libre" : médecine collaborative, basée sur la systémique, naturelle en premier lieu, autonomisante
  • La "finance libre" : coopérative, transparente, éco-responsable, telle que le NEF.
  • La liste n’est pas exhaustive, il y a les jardins collaboratifs, l’enseignement, la construction, auto-construction, le transport (co-voiturage), les monnaies libres (flattr, bitcoin), réseau social, production cinéma, vacances écolo, vacances alternatives, habitation

(ajour du 13/02/11) open source ecology :

Open Source Ecology est un mouvement dédié à l’élaboration conjointe de technologies reproductibles, open source et modernes pour des communautés villageoises résilientes. En utilisant tout à la fois la permaculture et les ateliers de conception numérique pour la satisfaction des besoins de base, selon une méthodologie open source favorisant la reproduction à bas coût de l’ensemble des opérations, nous souhaitons aider chaque personne qui le souhaite à dépasser le stade de la survie et à évoluer vers la liberté.

10 réponses à “Vers un monde (plus) "libre"

  1. Tyger décembre 8, 2010 à 9:56  

    Liberté d’utilisation, de diffusion et de modification. Ce qui implique le partage, la transparence, et la gratuité.

    Non, pas du tout d’accord ! La gratuité n’est pas du tout une implication dans ce cas : ce n’est qu’un choix libre. Il ne faut surtout plus faire l’amalgame entre libre et gratuit. L’argent n’a rien de diabolique. Le "tout gratuit" dans le meilleur des mondes est pour le moment une illusion dangereuse, qui va à l’encontre des courants naturels d’échanges du monde dualiste. L’intérêt des licences libres est d’éviter les abus et dominations du modèle économique actuel, pas d’empêcher les gens de pouvoir vivre de leur créativité.

    Comme le précisent les différentes versions des licences libres de type GPL (GNU Program Licence), je peux très bien vendre un logiciel libre, que j’aurais créé, et de la même façon, un logiciel libre que j’aurais modifié, du moment que je respecte à mon tour, dans ma nouvelle version du code, les 4 libertés fondamentales.

    licence GPL

    D’ailleurs de plus en plus de programmeurs en licences libres se tournent vers le système du "payer si vous aimez – merci". Personnellement, un très bon logiciel libre me donne souvent envie de faire un micro-paiement à l’auteur, avec grand plaisir.

    La musique pourrait aussi se tourner vers ce modèle sans intermédiaire.

    • yoananda décembre 12, 2010 à 7:18  

      Oui tout à fait, comme je l’ai expliqué en préambule, mon article se veut simplificateur dans un objectif pédagogique. Je ne souhaite pas, pour une introduction rentrer dans ce genre de subtilité.

  2. 110 décembre 8, 2010 à 11:41  

    Hello tout le monde
    Vive le libre!
    Je suis utilisateur d’Ubuntu depuis maintenant environs 6 mois et je l’aime beaucoup.
    Je n’y retrouve certes pas toutes mes marques précédemment acquises mais comme ma conscience se porte mieux dans cet environnement sain, je m’en accommode très bien!

    Pour le moment, j’utilise linux comme un windowsien, pas comme un linuxien.
    Y a moyen d’utiliser facilement ubuntu, juste quelques habitudes à prendre et un peu de volonté.
    Ca vient progressivement mais assez rapidement.
    Et j’imagine que progressivement, je vais muter en linuxien, à ma manière.

    J’ai eu une idée s’inspirant du libre il y a quelques mois… Voici:

    Et si…

    Et si on faisait comme avec linux et le libre en informatique.

    Par exemple, certains jeux sont re-fait pour linux par des personnes qui en rachètent les droits afin de rendre l’exploitation du jeu libre et ainsi le proposer gratuitement à tous.

    Il est possible de faire de même avec la finance, le "droit sur tout", les brevets sur la vie,…

    Il faut reprendre le système avec ses propres armes pour nous en libérer.

    Unissons nous et rachetons notre liberté.

    C’est toujours mieux que de payer les dettes consécutive à leurs escroqueries.

    En rachetant notre liberté, on mise sur un avenir.

    Tandis qu’en les laissant faire…

    Allez, et si…

    B.S 25/05/2010

    Bon c’est utopiste présenté comme ça mais le concept est à creuser je pense…

    Bizzz et portez vous bien.

  3. Pingback: Déboulonner Darwin « Blog de Yoananda

  4. Pingback: Epargner un million d’Euros « Blog de Yoananda

  5. Pingback: Signes d’espoirs « Blog de Yoananda

  6. Pingback: Mises à jour « Blog de Yoananda

  7. Pingback: J’me présente « Blog de Yoananda

  8. Pingback: Privé de propriété « Blog de Yoananda

  9. Pingback: Nouveaux usages, nouveau monde « Blog de Yoananda

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 163 autres abonnés

%d bloggers like this: