Blog de Yoananda

Petit anti-manuel de la pensée unique, pour lire entre les lignes

La dette pour les nuls


A l’heure ou la dette fait couler beaucoup d’encre, il me semble primordial de bien comprendre ce qu’elle représente. C’est un post très important pour ceux qui veulent comprendre l’économie, puisque, aujourd’hui, presque tout est basé sur la dette, c’est devenu la monnaie principale. A moins que vous ne payiez tout en liquide, vous utilisez de la dette tous les jours avec votre carte de crédit … la carte de crédit ou le chéquier SONT de la dette. Ce qu’il y a dans votre compte courant EST de la dette. Dette que vous pouvez convertir a tout moment (dans le compte courant) en argent liquide, mais dette tout de même. Quand quelqu’un emprunte à une banque, il va utiliser cet argent comme moyen de paiement, qui sera reversé sur un compte ailleurs et qui se transformera en salaire à un autre moment … J’insiste la dessus, puisque 95% de la masse monétaire actuelle est de la dette. (chiffre a vérifier, mais c’est un ordre d’idée). Cette dette est émise en grande partie par les états … (d’ou les fameux ratio dette/PIB qu’on nous montre partout).

Dis très simplement, c’est un outil. Un outil c’est neutre, on peut utiliser un marteau pour enfoncer un clou et construire une maison ou taper sur le crâne de quelqu’un pour l’assassiner. Une voiture, on peut l’utiliser pour se rendre au travail, pour faire des courses entre djeun’s le soir sur le périph, pour renverser une petite vielle qui met 2 heures à traverser le passage clouté. La voiture est un outil neutre. La dette, c’est pareil.

Si la dette vous gène, alors payez en liquide ou en OR ou en nature.

La dette est un monnaie … alors déjà, pourquoi utilises-t-on de la monnaie ?

Pourquoi ne fais-t-on pas simplement du troc ? Et bien, si je veux échanger ma maison de 100 000€ contre 3 sacs de riz (50€), une voiture (9 000€), un séjour aux Baléares (950 €), et une rente de 10 000€ par an pendant 9 ans (90 000€), soit, 100 000€ contre 100 000€, avec le troc, ça risque d’être difficile. Donc pour ça, on utilise un moyen comptable.  A une époque c’était les coquillages, à une autre les pièces d’Or et d’argent, puis sont venus les chèques, et maintenant cartes de crédits. La argent finalement c’est "ce qu’on à dans notre porte monnaie" (sonnant et trébuchant), la monnaie étant "tout moyen de paiement" (plus ou moins liquide).

La dette … c’est une manière de créer de la monnaie (Imprimer des billet en est une autre, frapper des pièces d’OR une autre, les tickets resto ou chèques vacances encore une autre, etc…, chacune ayant ses propriétés propres). C’est une forme de monnaie temporaire (alors que d’autres sont permanentes).

Le principe de la dette

La problème de la dette, c’est qu’elle connotée … dette = pas bien dans l’esprit de la plupart des gens.

Mais reprenons au début. On a un échange à faire. J’ai des patates, et vous des carottes, et plutôt que le troc ou l’OR, on va utiliser de la dette (excusez mon manque d’imagination) :

  • J’ai 6kg et patates, et je veux échanger 3Kg de mes patates avec 3Kg de tes carottes (toi qui en a 6Kg aussi) de sorte qu’on ai tous les 2 au final 3Kg de patates et 3Kg de carottes chacun pour manger.
  • Je vais faire un emprunt à la banque : elle me donne 100€ que je dois lui rembourser dans 10 jours. Pas de soucis. J’ai donc 100€ en billet + une dette de 100€ + 6Kg de patates.
  • Je viens te voir, je te file les 100€, j’achète tes 3Kg carottes. J’ai maintenant : 3Kg de carottes, 3Kg de patates en trop en plus des 3Kg que je garde pour moi, et une dette de 100€.
  • Maintenant, avec tes 100€ tu m’achètes a ton tour mes 3Kg de patates en trop. J’ai donc à nouveau 100€, j’ai toujours une dette de 100€, j’ai 3Kg de carottes, mais je n’ai plus que 3Kg de patates. Toi tu as 3Kg de carottes et 3Kg de patates.
  • Je n’ai plus qu’a rendre les 100€ à la banque, et le tour est joué.

La dette ce n’est rien de plus, et rien de mois que cela : de l’argent temporaire. Mais déjà, on peut voir plusieurs problèmes potentiels :

  • rien ne m’oblige a rembourser ma dette. Je pourrais tout aussi bien garder l’argent ou m’enfuir avec.
  • le banquier lui aussi doit manger. Il faut bien qu’il aie un salaire pour son "travail" (travail qui consiste a gérer le risque pour l’essentiel aujourd’hui).

Le collatéral

Pour le premier problème, c’est simple, on a inventé le "collatéral", c’est à dire, que pour obtenir un prêt de la banque vous laissez un dépôt de garantie. Accessoirement, on a aussi inventé la police et l’état de droit pour s’assurer que vous allez rembourser. Donc vous allez laisser votre bêche en garantie … en "collatéral". C’est exactement ce qui passe en cas de prêt hypothécaire, on met votre future maison en collatéral. La BCE a aussi du collatéral face à ses émissions de billet, etc… Mais le collatéral est de plus ou moins bonne qualité. Si vous avez refourgué votre bêche rafistolée sur le point de rendre l’âme, c’est pas pareil que si vous avez mis en gage votre dernière bêche super résistante qui résiste à une explosion nucléaire…

Le collatéral est si important qu’il est à la base de tout le capitalisme. Les pays ou les gens ne peuvent pas mettre en garantie leur maison (parce qu’ils n’ont pas de papier prouvant que c’est chez eux, et que l’état ne garanti pas le droit autour de ces papiers) ne parviennent pas à faire décoller leur économie. C’est le facteur principal qui explique le succès ou non du capitalisme dans un pays.

L’intérêt

Le deuxième problème est un peu plus difficile à saisir, mais très simple en réalité. Ça s’appelle dans le jargon officiel le "droit de seigneuriage". Mais faisons simple (de toute manière le principe est le même) : le banquier réclame un taux d’intérêt, il réclame de l’argent pour le service qu’il rends (=faire des échanges que le troc ne permet pas). Le problème, c’est comment rembourser 110€ (100+10% d’intérêt) alors qu’on n’en à que 100€ à disposition grâce à notre emprunt ? … On peut le payer l’Euro qu’on lui doit en OR s’il accepte, ou bien avec des patates, ou bien de l’argent liquide si on en a épargné par ailleurs. Ce sont les "extincteurs de la dette" (ou chambre de compensation adhoc). Si vous donnez votre OR au banquier, vous pourrez le récupérer plus tard en vendant vos patates plus cher.

Mais si on n’a que de la dette comme argent (imaginons que ce soit la seule monnaie légale, et … croyez moi, c’est bien l’objectif des banquiers que ça le devienne) il faut emprunter de nouveau (c"est ce qu’on appelle faire rouler la dette). C’est vraiment ce qui se passe dans la pratique (puisque l’état réemprunte pour payer ses anciennes dettes) mais ce n’est pas un problème sur le principe: qu’on lui verse un intérêt avec lequel il achètera l’année suivante un partie de notre production ou qu’on lui donne de l’or ou des patates directement, c’est pareil.

S’il faut emprunter de plus en plus …Il suffira alors d’augmenter les prix l’année suivante des patates pour payer en plus des intérêts.  Quelle différence entre payer son Kg de patate 10€ ou 100€ ? du moment qu’on échange toujours 1Kg chacun ? aucun ! Si les prix augmentent, on appelle ça l’inflation, et tant que les salaires eux aussi augmente, pas de problème. Mais au moins, un partie de la récolte pourra être achetée par le banquier, qui lui aussi doit manger (dans notre système économique ultra simplifié).

Reprenons l’exemple précédent, en ajoutant les intérêts cette fois. Par soucis de simplicité, je prends 100% de taux d’intérêts sur 10 jours. Cette fois la banquier mange, avec la même récolte au départ de 6Kg chacun de carottes+patates, donc on aura au final 2Kg (et non pas 3) de patates+carottes pour notre plat.

  • J’ai 6kg et patates, et je veux échanger 3Kg de mes patates avec 3Kg de tes carottes (toi qui en a 6Kg aussi) de sorte qu’on ai tous les 2 au final 3Kg de patates et 3Kg de carottes chacun pour manger.
  • Je vais faire un emprunt à la banque : elle me donne 100€ que je dois lui rembourser dans 10 jours avec 100€ d’intérêts. Pas de soucis. J’ai donc 100€ en billet + une dette de 200€ + 6Kg de patates. Tu empruntes aussi 100€ remboursable sous 10 jours avec 100€ d’intérêts en plus. Donc tu as 100€ en billets + une dette de 200€ + 6Kg de carottes. Et la banque s’octroie d’ors et déjà ses 100+100€ d’intérêts (comme une sorte de salaire).
  • Je viens te voir, je te file les 100€, j’achète tes 2Kg carottes. J’ai maintenant : 2Kg de carottes, 4Kg de patates en trop en plus des 2Kg que je garde pour moi, et une dette de 200€.
  • Maintenant, avec tes 100€ empruntés tu m’achètes a ton tour mes 2Kg de patates en trop. J’ai donc à nouveau 100€, j’ai toujours une dette de 200€, j’ai 2Kg de carottes, mais je n’ai plus que 4Kg de patates (dont 2Kg réservées pour moi). Toi tu as 4Kg de carottes et 2Kg de patates.
  • Le banquier nous achètes avec ses 100+100€ d’intérêts qu’ils s’est auto versés 2Kg de carottes à toi et 2Kg de patates à moi. Et nous du coup on a tous les 200€ en billets.
  • Je n’ai plus qu’a rendre les 200€ à la banque, tu fais pareil, et le tour est joué.

Comme on peut le voir, les intérêts dus n’entraînent pas de cycle infernal de la dette non remboursable. Quand la banque crée la monnaie pour notre emprunt elle crée la monnaie pour les intérêts aussi et les met en circulation. Par contre, on voit que les prix ont changés, 100€ pour 2Kg au lieu de 3Kg … c’est une sorte d’inflation, mais vu que le prix est arbitraire…

Voici un tableau (j’espère plus simple à lire) pour expliquer les comptes : P = patate, C = Carottes, A = Argent liquide, D = Dette, RD = reconnaissance de dette. (j’ai réduit les montants à 10 au lieu de 100 a cause de la mise en page de WordPress qui ne passe pas)

Action PP (Producteur de Patates) PC (Producteur de Carottes) B (Banquier)

P (Kg) C (Kg) A € D € P (Kg) C (Kg) A € D € P (Kg) C (Kg) A € RD €
PP et PC cultivent 6 0 0 0 0 6 0 0 0 0 0 0
PP emprunte 10€ avec 100% d’intérêts 6 0 10 20 0 6 0 0 0 0 10 20
PC emprunte 10€ avec 100% d’intérêts 6 0 10 20 0 6 10 20 0 0 20 40
PP achètes 2Kg de C à 10€ 6 2 0 20 0 4 20 20 0 0 20 40
PC achètes 2Kg de P à 10€ 4 2 10 20 2 4 10 20 0 0 20 40
B achètes 2Kg de P et C à 10€ 2 2 20 20 2 2 20 20 2 2 0 40
PP rembourse 10+10€ 2 2 0 0 2 2 20 20 2 2 0 20
PC rembourse 10+10€ 2 2 0 0 2 2 0 0 2 2 0 0

tout ça pour démystifier la dette ! Ca me semble très important de savoir de quoi on parle au juste. La dette est une monnaie, temporaire, un moyen d’échange, sans vice intégré. Au contraire même, c’est très astucieux. [Je n'ai pas intégré les collatéraux dans l'exemple]

Les problèmes

Le vrai problème, c’est de combien de temps disposes-t-on pour rembourser (ou réemprunter) et combien et si le banquier nous fait confiance, quelle est la part réelle prélevée par le banquier sur l’économie, et comment est régulée l’inflation et les salaires, quelle sont les valeurs des collatéraux. Ce genre de choses. Il faut que l’augmentation de la dette suive l’augmentation des collatéraux (et donc a l’échelle d’un pays du PIB – car pour un état, le collatéral ce sont ses impôts).

Si votre récolte de patate est mauvaise, et que vous aviez négocié 20% avec la banquier … il aura 20% d’une mauvaise récolte, mais si vous aviez négocié 600gr et qu’au lieu des 2Kg prévu vous n’en ayez que 1Kg … ce n’est plus 30% mais 60% que vous lui devez. Il y a une part de risque, de confiance, que le banquier est censé gérer, avec vous !!!

Les problèmes ne viennent pas de l’outil en lui même, mais de ce qu’on en fait. Le problème c’est que c’est un outil "non linéaire"… et ça, c’est difficile à maîtriser. C’est comme si vous aviez une tronçonneuse dont la vitesse varie en fonction de la force dont vous appuyez, elle peut vous sauter des mains si vous n’être pas très minutieux, mais elle est ultra performante. Ou disons plutôt une F1… si vous ne savez pas piloter, vous raterez à coup sûr le premier virage. La dette c’est la F1 des monnaies. elle permet une économie très dynamique et florissante, beaucoup plus qu’avec l’argent liquide ou l’OR. Mais la moindre erreur de pilotage, ou la moindre aspérité sur la piste, et c’est le vol plané assuré.

On dispose d’outils pour réguler la dette et l’inflation : les taux directeurs de la BCE, les marchés, les critères de maastricht, les taux de change flottants, les impôts, les niches fiscales, etc… A chaque fois les outils qu’on a rajouté reviennent à booster  notre F1 au kérosène ou parfois l’inverse, d’avoir un pneu rempli de plomb … Au final nous sommes en train de conduire un attelage très étrange.

Les vrais problèmes sont de savoir ce qu’on fait des collatéraux pourris qui inondent les banques (et même la banque centrale). Les vrais problèmes sont de savoir comment combiner l’argent dette avec les autres monnaies, etc… Les vrais problèmes c’est que les outils complexes permettent à certaines personnes d’en manipuler d’autres, et dans le cas de l’argent, de le faire à grande échelle (cf la titrisation) C’est sur ces problèmes que penchent les économistes. Et ce ne sont pas des problèmes triviaux. Il n’y a pas de solution magique. D’autant que si un économiste peut très bien trouver une idée pour réguler la dette, il ne peut pas forcer les gens comprendre son idée et à l’appliquer. Moins les gens comprendront, plus on aura de système centralisé, et plus on aura de difficultés à réguler la dette ! Au point qu’il devient logique de s’en débarrasser … Mais après, il ne faudra pas se plaindre de rouler en 2CV (Et rouler en 2V ça veut dire concrètement : chômage élevé ou pouvoir d’achat réduit, ou le genre de choses qu’on voit dans les pays pauvres en somme, beaucoup moins de confort…).

Car nous sommes en guerre permanente. La finance est un outil dans cette guerre. Mais un outils qui est en train de se retourner contre nous si nous ne parvenons pas à le maîtriser (collectivement).

Epilogue

Il y aurait beaucoup plus à dire sur la dette, la règle de 72, l’effet de levier, les taux en baisse, l’emprunt au court terme pour rembourser les emprunts long terme, la confiance (monnaie fiduciaire, fidus = confiance), la gestion du risque, sa répartition, la spéculation, les trappes à liquidité, la vitesse de circulation monétaire, maastricht, l’usure, les aspect psychologiques et sociologiques de la dette … car tout ça découle de la dette … Mais on dépasse le cadre de ce post qui essaye de se limiter à des situations simples. C’est de la micro-économie.

About these ads

13 réponses à “La dette pour les nuls

  1. Pingback: Polémique : la loi Roschild-Pompidou de 1973 « Blog de Yoananda

  2. gidmoz janvier 5, 2012 à 11:00  

    @yoananda
    1. Le mot "dette" signifie ici "reconnaissance de dette", ou encore "créance sur un débiteur". Ce débiteur est la banque qui a émis cette reconnaissance de dette. Chaque unité monétaire est une reconnaissance de dette d’une banque.
    Une reconnaissance de dette se vend, s’achète comme une marchandise. Une reconnaissance de dette est donc un bien économique qui a une valeur.

    2. Un possesseur d’or venait avec un lingot d’or et le "seigneur", le souverain frappait avec cet or des pièces de monnaie à l’effigie du souverain. Grâce à la frappe de cette effigie, cette pièce de monnaie était plus facile à reconnaitre comme était de l’or authentique. Le cout de cette opération était autour de 5% de la valeur et s’appelait le "seigneuriage". Ce n’était pas un droit, c’était plutôt un coût. Chacun pouvait faire soi-même des pièces d’or non frappées. Mais alors, chacun devait vérifier que la pièce était "sonnante et trébuchante". Après avoir cogné la pièce, on l’approchait de son oreille pour écouter la vibration de la pièce. Si le son(sonnante) émis était bon, la pièce était bien en or. Puis avec le trébuchet(trébuchante), balance, on en vérifiait le poids.

    3. Il n’est pas légitime, amha, de nommer "seigneuriage" la création de monnaie-papier par l’État. Les circonstances sont très différentes.

    4. Vous posez la question "comment rembourser 11€ (10+10% d’intérêt) alors qu’on n’en à que 10€ à disposition grâce à notre emprunt ? ". C’est la paradoxe des intérêts manquants. J’ai démontré comment et pourquoi ces intérêts manquant ne manquent pas. http://gidmoz.wordpress.com/2011/04/01/refutation-des-interets-manquants/
    En effet, la banque dépense les 10 euros d’intérêts dès le moment ou l’emprunteur les doit. Ainsi ces 10 euros circulent dans l’économie. Ils ne manquent donc pas. L’inflation n’a rien à voir avec ces intérêts manquants qui ne manquent pas.

    • yoananda janvier 5, 2012 à 11:43  

      @gidmoz
      génial !!! merci pour ces compléments.

      1/ donc en fait, c’est une (quasi) monnaie ;-), non ? la seule différence c’est dans sa liquidité plus ou moins variable.

      2/ oui, exact, comme expliqué dans un des liens que j’ai fourni.

      3/ je suis d’accord, mais visiblement c’est "assimilé à"

      4/ trop fort !!!! Je n’y avais pas pensé. C’est vraiment génial. Beaucoup plus simple et élégant comme explication (et manière de faire).

  3. gidmoz janvier 6, 2012 à 12:28  

    @yoananda
    La monnaie est , par nature, une dette de la banque au bénéfice du possesseur du billet de banque, ou de l’unité monétaire sur un compte bancaire.

    Pour comprendre la monnaie actuelle, il est nécessaire de comprendre la nature de la monnaie-papier du 19e siècle. Chaque billet de banque, et chaque unité de compte à vue, était une promesse commerciale de verser un gramme d’or. La valeur d’un billet de banque provenait du seul fait qu’il était une promesse et que le promettant, la banque, était connu comme étant fiable.
    Donc la monnaie était, par nature, une dette de la banque, une créance sur la banque. Un billet était une créance à très court terme sur la banque.

    Aujourdhui, la nature de la monnaie est un peu complexe à exposer. Mais le principe reste le même. Chaque billet de banque, chaque unité monétaire est une certaine obligation de la banque qui a émis ce billet ou cette unité monétaire.

    • yoananda janvier 6, 2012 à 2:14  

      J’ai revu l’exemple de la dette avec intérêt pour l’expliquer de manière didactique a des non initiés, avec des mots de tous les jours.

      Sinon de ce que j’en ai compris la nature de la monnaie aujourd’hui est lié a la crédibilité de l’ensemble "états+banques centrales".
      L’état dans sa capacité a lever l’impôt (et donc a maintenir la stabilité politique).
      Le système banque centrale dans leur capacité a gérer la masse monétaire (et donc réguler l’inflation et accessoirement, comme c’est le cas aux USA mais pas en Europe, diminuer le chômage).

      En fait, ce sont exactement les mêmes problèmes qu’il y a 4 ou 5000 ans avec les coquillages

      J’ai regardé votre blog, c’est une mine d’or :-)

      Concernant la monnaie, je voulais faire une remarque : habituellement on la considère comme un scalaire, alors qu’en fait on devrait plutôt la voir comme un vecteur a 3 ou 4 dimensions :

      • sa valeur "faciale"
      • sa liquidité
      • sa durée de vie

      Je ne suis pas certain s’il faut rajouter ou pas la vitesse de circulation … qui dépends de sa liquidité, mais je n’arrive pas bien à décider si c’est la même chose ou pas.

  4. gidmoz janvier 6, 2012 à 4:05  

    @yoananda
    Je vous remercie de vos remarques agréables.

    La monnaie du 19e siècle était une obligation de la banque de verser 1 gramme d’or. La nature juridique de la monnaie était ainsi une obligation juridique de la banque émettrice de verser un gramme d’or.

    La monnaie du 21e siècle est une obligation de la banque émettrice. La monnaie est une monnaie monopolistique étatique. Cette une obligation consiste en ce que l’Etat fait en sorte que la monnaie conserve sa valeur. L’Etat utilise certaines contraintes légales pour donner de la valeur à la monnaie étatique.

    Une obligation a une valeur de vente, et s’échange comme une marchandise. Le bon modèle est de dire que la monnaie est un bien économique ordinaire. La référence aux mathématiques ne me semble pas pertinente.

    • yoananda janvier 6, 2012 à 5:38  

      Pourquoi ? la monnaie est juste un "chiffre" pour vous ? ou bien parce qu’elle est plus un concept humain "subjectif" ?
      Mais j’avoue que je n’ai pas compris le "rejet" Autrichien des notions comme PIB, et autre … ce qui est relié puisque pour "vous" (dans cette école) la notion de vitesse de circulation monétaire ne doit pas non plus avoir de sens (et donc la liquidité aussi) … etc…

  5. gidmoz janvier 6, 2012 à 7:47  

    @yoananda
    Je ne sais pas ce que disent les autres économistes autrichiens. Je suis en désaccord avec les économistes autrichiens qui interdisent les réserves fractionnaires. J’ai suivi l’enseignement de l’économiste François Guillaumat, un excellent théoricien de l’Ecole Autrichienne. Il est très proche des thèses de Rothbard.

    Pour moi, la monnaie est un bien économique qui se vend, qui s’achète, qui s’échange. Rien ne justifie qu’il soit géré par l’Etat. Le free banking est donc la seule manière d’envisager rationnellement la monnaie. Le monopole monétaire est aussi absurde que le serait le monopole des boulangeries. On s’habitue à l’absurde sans le voir.

    Je ne partage pas le rejet de certains "autrichiens" des représentations graphiques des processus de la science économique. Ces représentations graphiques décrivent, de manière imagée, des processus économiques. Mieux qu’un discours. Mais à condition de ne pas en faire des "fonctions" mathématiques. Cela n’aurait aucun sens, aucune réalité.

    Aucun "autrichien" ne rejette le PIB ni les statistiques. Du moins à ma connaissance. Mais ils refusent d’ajouter l’utilité de monsieur A et l’utilité de Monsieur B pour calculer une somme qui serait l’utilité résultant de deux individus. Or les économistes non-autrichiens ont tendance à oublier qu’on ne peut pas ajouter deux utilités de deux personnes distinctes.

  6. Pingback: Base Autonome Durable « Blog de Yoananda

  7. Pingback: A qui profite la dette ? « Blog de Yoananda

  8. Pingback: Résumé du blog Juillet 2012 « Blog de Yoananda

  9. Pingback: Résumé du blog mai 2013 | Blog de Yoananda

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 142 autres abonnés

%d bloggers like this: