Blog de Yoananda

Petit anti-manuel de la pensée unique, pour lire entre les lignes

Archives de Tag: mutation

L’auto-évolution


Dans la lignée des idées qui servent à nous contrôler et nous maintenir dans la matrice, il en est une qui à une place de choix : la théorie de l’évolution de Darwin. Non ! Je ne vais pas sombrer dans le créationnisme et invoquer les foudres divines. Je vais rester purement scientifique.La théorie de l’évolution est loin de tout expliquer. Par exemple, elle n’explique pas comment un organe aussi complexe que l’oeil a pu apparaitre, car si on se limite aux mutations aléatoires, il faudrait qu’en plus elles soient coordonnées en grand nombre, ce qui est antinomique. La fameux chainon manquant fait aussi partie des problèmes de cette théorie.

Ce qui est remis en cause c’est la primauté de la sélection naturelle, qui est synonyme de compétition des espèces pour la survie. C’est l’un des mécanismes, c’est indéniable, mais il est loin d’être le seul. Premièrement la coévolution peut se faire en mode compétition (entre les parasites et leurs hôtes) ou coopération (dans les cas symbiotiques). C’est la première nuance de taille. C’est une bonne nouvelle : nous ne sommes pas tous en compétition permanente, nous coopérons aussi. Mais il y a mieux.

Si le Darwinisme à évolué en néo-darwinisme (pour intégrer les découvertes sur l’hérédité et l’ADN), il a été en compétition à ses débuts avec le Lamarckisme, qui a lui même à évolué en "néo-lamarckisme" (c’est amusant de faire de l’évolution sur les idées… surtout celles qui portent sur l’évolution elle même ! lol). Dans un article, Science et Avenir nous détaille de nombreuses découvertes qui remettent en cause le mécanisme de mutation aléatoires. Je vous les résume.

Le premier pilier Darwinien est la mutation aléatoire favorable. Hors trois biologistes1 ont observé que cinq espèces de plantes se sont adaptées pour pousser aux pieds de pylônes électriques dont la présence rend normalement le taux de zinc dans la terre mortelle pour elle. Ce qu’une mutation aléatoire ne saurait expliquer, car la même chose se reproduit aux pieds de chaque pylône. Les plantes se sont tout simplement adaptées individuellement à l’environnement.

De la même manière après la guerre, en Italie, les Américains2 avaient mis en place un programme d’éradication des moustiques à base de DDT. Mais, d’année en année, les insectes se montraient plus tenaces et, au bout de quatre ans, les doses de DDT avaient été augmentées plusieurs centaines de fois pour obtenir une éradication efficace. Les Américains ont constaté que les moustiques s’étaient naturellement dotés d’un gène muté leur permettant de sécréter une enzyme anti-DDT. Au niveau des bactéries le constat est encore plus frappant. Des expériences de « starvation » (privation alimentaire)3 ont montré que des bactéries étaient capables de muter pour s’auto-adapter en 4 à 5 jours à une nouvelle nourriture, au lieu de mourir.

Les scientifiques ont donc observé une mutation durant la vie de l’individu qui le rend plus adapté à son environnement.

Le deuxième pilier du Darwinisme est la non hérédité des caractères acquis qui découle de ce que l’on nomme la barrière germinale. C’est-à-dire que si un organisme mute durant sa vie, il ne pourra pas en faire profiter ses descendants car ses cellules sexuelles sont protégées du reste de l’organisme par une barrière étanche. Là encore les observations contredisent ce point.

Des rats venant de naître ont été exposés à des stéroïdes de synthèse4. Trois générations après cette exposition unique, les arrière-petits ratons en subissaient encore les effets physiologiques (leurs taux de récepteurs aux glucostéroïdes étaient très inférieurs à la moyenne de leur espèce).

Une équipe de biologistes5 s’est « amusée » à injecter de l’ADN dans l’abdomen de papillons (Bombyx). La molécule contenait un gène changeant la couleur des yeux habituellement rouges de la bestiole en noir. La descendance avait bel et bien les yeux noirs ; elle avait acquis le phénotype « oeil noir » sans le concours d’un quelconque virus ou vecteur de transgenèse6.

Ce qui nous fait déboucher sur une théorie balbutiante : l’auto-évolution qui intègre la transmission héréditaire des caractères acquis (chose impossible dans le Darwinisme originel). Bien sur,  "Les individus s’adaptent constamment aux changements, on le sait. Ceux qui ne le font pas sont éliminés…" mais ce n’est pas forcément le seul hasard qui décide sous la pression de la nécessité. Il y aurait une sorte de marge de manœuvre individuelle dans l’évolution.

Bien sûr, le débat peut s’étendre sur les capacités d’adaptation de la vie aux conditions "extrêmes" (voir la partie extremophiles ou l’annonce récente de la NASA). C’est tout un nouveau paradigme scientifique qui émerge, et qui ne concerne pas que la biologie ou l’exobiologie, mais aussi l’économie et/ou la sociologie (comme on le verra plus tard). Pour le moment on en est juste à observer le mécanisme, on n’en connaît ni les limites, ni les déclencheurs, ni si la conscience à un rôle à y jouer.

(Ajout 04/01/11) : la transmission de caractère acquis vient d’être prouvé, en l’occurence "la transmission de caractéristiques particulières, acquises par le père en réponse à son régime alimentaire, à sa descendance". C’est assez énorme.


1 Al-hiyaly, S. A., T. McNeilly, and A. D. Bradshaw. 1988. "The effects of zinc contamination from electricity pylons–evolution in a replicate situation". New Phytol. 110: 571-580

2 La symbiose : rôle dans la nutrition et la physiologie des insectes par Paul Nardon (86) de l’Insa de Lyon

3 Gérard Amzallag, de l’université Ben Gourion de Beer-Sheva, en Israël, auteur de « L’homme végétal »

4 « Effects of Perinatal and Puberal Steroid Imprinting in Sexual Behavior of Adult Rats » by György Csaba, cité dans le livre “Males, Females, and Behavior Toward Biological Understanding” de Lee Ellis , Linda Ebertz

5 “HEREDITARY CHANGE IN BOMBYX AFTER TREATMENT WITH DNA” SABURO NAWA, BUNG0 SAKAGUCHIZ, MASA-AKI YAMADA AND MITSUO TSUJITA National Institute of Genetics, Misima, Japan Received April 27, 1970

6 La transgénèse est une technique consistant à introduire un ou plusieurs gènes dans des cellules végétales ou animales menant à la transmission du gène introduit, ou transgène, aux générations successives. L’organisme transformé est appelé organisme génétiquement modifié (OGM), ou organisme transgénique.

La mutation des partis politiques


Les (certains) partis politiques ont entamés leur mutation en se tournant vers les technologies de réseau sociaux.
Concrètement, a moyen terme, l’impact sera l’abandon progressif des idéologies pré-fabriquées pour être remplacé par un vrai travail de synthèse collective.
La limite entre les partis va devenir plus flou a mesure que le travail d’investigation collective va se nourrir des efforts de chacun.

La blogosphère, les réseau sociaux, et les partis politiques sont en train de rentrer en symbiose.
Cela pourrait être annonciateur d’une vraie démocratie. Rien de moins que ça.

C’est une force de travail colossale qui risque fort de déstabiliser les partis anciens modèles pour plusieurs raisons :

  • la puissance brute de travail sera bien plus important que dans un parti "hiérarchisé top down" ou un gourou explique aux autres ce qu’ils doivent penser, faire, exécuter.
  • la force d’enthousiasme de ne plus être seulement spectateur ou exécutant, mais participant a part entière, acteur, petit ou grand, va décupler cette "puissance brute"
  • la triche va devenir beaucoup plus difficile
  • la réactivité face aux situations géopolitiques sera grandement accrue
  • chacun peut participer avec ses petits ou grand moyens (les besogneux, les génies intuitifs, les synthétiques, les analytiques, les rêveurs, les faignants et les bourreaux de travail, les passionnés, les sceptiques, les réticents, les leaders, les boulets)

même si l’embelli un peu le tableau car il restera toujours des luttes de pouvoirs et des magouilles les tendances sont la.
On peut faire un comparatif avec le monde open-source / propriétaire.
Il y a une chose de sûre : quand on a goutté au libre, on veut pas revenir en arrière.
Donc ca risque de prendre quelques années, mais une profonde mutation est en cours.
Internet change tout, comme l’imprimerie l’a fait avant.
Pour le coup, ces changements sont initiés par des poignées de fous, et des millions de personnes suivent le pas quelques années plus tard. Mais a la base, il n’y a pas grand monde.
C’est peut-être pas la révolution "je retourne a la campagne" que certains souhaitent, mais au moins celle la, elle fonctionne, et elle va (on vit déjà les prémices) changer les choses.

En parallèle, vient d’être publié le code source de Diaspora le premier réseau social open source décentralisé. Espérons qu’il fera concurrence a fessebook.

PS : les partis qui ont entamé cette mutation sont le PS et surtout le PCF (ceux la je suis au courant … il y en a peut-être d’autres).

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 142 autres abonnés

%d bloggers like this: