Blog de Yoananda

Petit anti-manuel de la pensée unique, pour lire entre les lignes

Archives de Tag: terrorisme

Spirale de la violence : Le monde se disloque-t-il ?


Depuis 2008 on assiste à une dégradation progressive de la situation géo-politique mondiale, on a l’impression d’être pris dans une spirale de la violence (avec une montée en crescendo qui abouti à la crise Palestinienne et Ukrainienne). Je me suis demandé si c’était le cas ou si c’était un effet d’exagération médiatique. Même si bien sûr la situation bancaire reste très précaire, après tout, l’économie continue de tourner comme en témoigne les 1000km de bouchons pour les vacanciers.

Je vous présente deux points de vues totalement opposés sur la situation mondiale. Je ne conclue pas, à vous de voir.

Tout va bien madame la marquise

  • Le monde se pacifie malgré tout (l’influence du terrorisme diminue), et semble-t-il, il y a de moins en moins de guerres :
  • Les homicides diminuent en France et partout dans les pays de l’OCDE, même après la crise de 2008, et ce en valeur absolue. D’où le fait que l’insécurité est qualifiée de sentiment parce que selon les chiffres, le pays est plus sûr.
  • Faim : 840 millions de personne (mais tendance longue est à la diminution), ça peut paraître beaucoup mais en proportion, il n’y en a jamais eu aussi peu.
  • faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire
  • les inégalités diminue, l’espérance de vie augmente, de même que la richesse selon Hans Rosling (ici pour une version avec sous titres, ici pour jouer vous même avec les graphes):

Comme vous pouvez le voir la situation globale semble s’améliorer pour à peu près tout le monde, même si certains sont en retards (l’Afrique notamment) par rapport à d’autres. Tout le monde finit par bénéficier du progrès et de ses bienfaits grâce à la mondialisation. Il ne faut pas oublier que même si les inégalités s’accroissent, ce n’est pas un jeu à somme nulle, et au final tout le monde s’enrichit (certains plus vite que d’autres).

Maintenant, passons à l’autre vision du monde, la vision "noire". A lire l’actualité de ces derniers mois on a vraiment l’impression que le monde s’enfonce dans une spirale de violence/chaos à tous les niveaux.

Winter’s coming

Maladie

  • Épidémie d’obésité : 400 millions d’obèses dans le monde (obèses, le surpoids est encore pire), 1,4 milliard en surpoids.
  • Épidémie de cancers : 1 personne sur 2 aura un cancer.
  • Si vous n’avez pas de cancer c’est probablement que vous avez des allergies : Épidémie d’allergies : 50% en France d’ici 2040.
  • 1/3 des français sous anti-dépresseurs alors qu’on était classé n°1 des pays enviables dans le monde il y a 10 ans à peine.
  • Au rythme ou vont les choses, nous serons infertiles en 2053, rien que ça. Mais pas de panique, l’immigration fraîche compensera.
  • Les résistances aux antibiotiques devient alarmante, si ça continue bientôt les opérations chirurgicales banales seront une vraie roulette russe
  • Espérance de vie en bonne santé diminue depuis 2007, les inégalités d’espérance de vie augmentent selon votre catégorie socio-professionnelle.

Environnement

  • disparition des abeilles (en cours)
  • disparition des lucioles (réalisé ? je n’ai pas trouvé de confirmation)
  • disparition du sable (réalisé)
  • Le stress hydrique va augmenter
  • terres arables en diminution

  • Réchauffement climatique : pour rappel +5° = la fin de la dernière ère glacière
  • Je ne sais pas quoi en penser mais la position officielle est :
    Turbulences aériennes accrues, épisodes polaires et caniculaires toujours plus extrêmes, vagues géantes dans les océans: les spécialistes mondiaux du climat ont brossé un tableau apocalyptique de la météo des prochaines décennies lors d’un congrès international qui s’est conclu jeudi à Montréal.
  • Sécheresse catastrophique aux USA, un signe de plus du réchauffement :
  • Piti bonus, photo de la tornade a Rodez dans l’Ardèche :
    Quand le ciel ruthénois ressemble à celui du Texas.
  • 6ème extinction massive de la vie sur terre en cours. L’homme fait disparaître de nombreuses espèces (dernière en date : le couguar).

Economie

(ce ne sont que quelques exemples qui se veulent parlant, la liste est quasi infinie)

  • Baisse de 80% des investissements étrangers en France
  • baisse de 2.9% du PIB américain, malgré le QE3
  • liste des pays soutenus par le FMI en Europe
  • banques zombies en Europe, nouvelles règles comptables pour tricher aux USA
  • L’économie est sous perfusion depuis 2008 : les banques centrales soutiennent les banques, le cours de l’OR est biaisé, les banques centrales achètent des actions, des obligations, les chiffres du chômage, inflation, PIB, dette sont trafiqués. La régulation est une farce, les paradis fiscaux et autres dark pools se portent à merveille.
  • Les BRICS créent leur propre FMI, fin du pétrodollar, et donc du dollar : dédollarisation en marche forcée (accords bilatéraux, méfiance après l’affaire Iran/Swift, BNP)
  • L’Or allemand gardé au US ne sera pas rapatrié
  • 18 signes que l’économie va très mal.

Géopolitique

  • Nouveau Califat : le barrage le plus dangereux du monde + le détroit d’Ormuz.
  • afrique sub-saharienne et islamisme, 6 pays touchés
  • Internet : la Russie veut rapatrier ses données, va construire ses propres puces électroniques, l’Iran construit son propre Internet, la Chine continue son isolement et interdit l’iPhone
  • Inversion de la logique partout (laffer généralisé) : l’immigration ne rapporte plus, la justice redevient un système de domination de classe avec passe droits, la médecine soigne les riches et entretient les pauvres dans la maladie chronique
  • La montée de la surveillance généralisée, big brother en pire : surveillance des communications, des paramètres vitaux, des émotions, déplacements, des maisons, mais aussi, de la biosphère (jardins par exemple, entre autre).

Quelques liens supplémentaires :

 

J’ai déjà critiqué les soit disant progrès de la médecine moderne. Je constate que les gens ont le réflexe programmé, dès qu’ils ont un bobo, d’aller demander une pilule magique à un médecin. Même les plus "bio" ou natures se précipitent sur des plantes.

Pour ma part, sauf cas extrême, je fais confiance à mon corps. Quand vous prenez un produit quelconque opur guérir, qu’est-ce qui vous dit que c’est ce produit qui vous a guéri et non pas votre corps qui se soigne tout seul ? et qu’est-ce qui vous garanti que vous n’aurez pas d’effet secondaire …

Tout un système s’est bâtit sur l’illusion de l’efficacité des ces pilules magiques. A la base, on retrouve pour étayer ce système 2 choses : la méthode scientifique (notamment le test en double aveugle) et quelques gros succès comme les antibiotiques, ou les vaccins.

Tout n’est pas forcément à jeter. Sans antibiotiques, on peut dire adieu a la chirurgie.

Bonus : tiré de l’excellent blog d’Olivier Berruyer, une bonne "prise de température" :

  • Même si depuis l’effondrement de Bretton Woods, le monde a déjà connu des crises bancaires et des faillites étatiques, la situation actuelle est unique (9), car jamais le monde financier et économique n’a été aussi interdépendant, jamais le niveau global de l’endettement n’a été aussi élevé, jamais le « shadow banking » n’a été aussi important (10), jamais les produits dérivés n’ont à ce point cimenté les institutions financières mondiales, jamais nos économies n’ont été aussi dépendantes du gaz, du pétrole et de l’électricité, jamais les décideurs économiques et financiers n’ont à ce point basé leur décision sur des modèles mathématiques inadaptés face à la multitude de variables qui entrent en jeu.
  • Aux États-Unis on observe une baisse constante du taux de participation de la population active sur le marché du travail, la bourse atteint des sommets principalement parce que des sociétés rachètent leurs propres actions (et certaines empruntent même massivement pour le faire) (11), les assurances anti-crash boursier deviennent de plus en plus chères (12), les classes moyennes désertent même les commerces « low cost » (13), 70% des Américains pensent que la crise n’est pas terminée ou que le pire est à venir (14), les ventes de Caterpillar qui représente bien l’économie réelle, sont constamment en baisse (15), la bulle des prêts étudiants n’en finit pas de gonfler (16), mis à part quelques niches il n’y a pas de reprise sérieuse de l’immobilier commercial ou pour particuliers (17) et même l’investissement pour le marché locatif qui a largement contribué à amortir la chute (18) montre des signes de faiblesse (eh oui, depuis 2008 les investisseurs savent qu’un Américain sans revenu ne peut pas payer son emprunt hypothécaire, mais ils découvrent maintenant qu’il est tout autant incapable de payer son loyer !) (18), le gouvernement américain ne montre aucun signe de sevrage de sa dépendance à la dette (19), la côte Est est frappée par une sècheresse catastrophique (20), étonnamment (!)  les prêts automobiles subprime qui ont contribué à donner une illusion de relance du marché automobile américain donnent des signes de faiblesse (21), la Fed qui doit se douter que l’avenir n’est pas aussi rose qu’elle veut le faire croire, s’apprête à imposer des restrictions sur les retraits d’argent de certains fonds obligataires (22), … etc.
  • En Chine, il y a principalement 6 domaines essentiels qui soulèvent de très grosses inquiétudes: la plus grande bulle de crédit au monde (23), la bulle immobilière astronomique qui aurait fait pâlir d’envie Dubaï, Londres (23a) et les États-Unis réunis (24), l’importance colossale du shadow banking avec toutes ses dérives, illustrées par exemple par le dernier scandale de la multiple réutilisation de stocks de matières premières pour garantir plusieurs prêts différents (25), la volonté de la Chine d’étendre sa zone d’influence maritime (26), l’état réel de l’économie chinoise qui est bien plus malade qu’il n’y paraît (28), le traficotage permanent des statistiques officielles (29), …etc.
  • La situation en Europe est probablement bien connue des lecteurs,  il est donc inutile de faire une longue liste de ce qui va mal. Allemagne (30), Italie (31), etc. la situation est fragile. J.Stark, ancien vice-président de la Banque Centrale allemande déclarait en mai dernier que le système économique actuel est une pure fiction (32) ! À titre d’exemple, citons simplement le récent dépeçage, suivi d’une nationalisation des « bons morceaux restants» de la première banque portugaise, le tout en un week-end (33). Les taux souverains sont ultra-bas pour le moment, il faut bien que la monnaie de banque centrale distribuée généreusement serve à quelque chose. En plus les titres souverains offrent bien des avantages: pas besoin de mettre de capital en réserve pour les conserver, ils sont souvent très liquides et représentent un très bon collatéral dans un monde financier qui subit une pénurie de collatéral. Fin octobre, la Banque Centrale Européenne (BCE) terminera son analyse de la qualité des actifs de 130 banques (34). Bien entendu cet exercice dépend grandement de la bonne volonté des banques auditées, mais il se murmure que cette fois, les résultats ne seront pas aussi roses …
    Les soldes des comptes Target 2 auprès de la BCE(35) (à ce niveau, ne devrait-on pas parler de chambre de compensation) témoignent de la méfiance dans le secteur interbancaire.
  • En Amérique du Sud, on peut se demander quel vont être l’impact et le risque de contagion lié au défaut de paiement de l’Argentine et de l’hyperinflation qui se développe ? (36)
  • Le statut du dollar comme monnaie de réserve mondiale est de plus en plus attaqué (37)
  • Ebola: un danger qui pourrait potentiellement devenir très grave  (38)
  • Au niveau mondial, les prix de la nourriture sont repartis à la hausse (39)
  • L’indice Baltic Dry (40) qui reflète le commerce maritime international ne cesse de baisser depuis le début de l’année

Anti-terrorisme : nous sommes tous des terroristes !


C’est en faisant des recherche sur la manipulation et les dynamiques de groupes que je suis tombé sur ce document de synthèse sur le terrorisme qui est très intéressant en soi et qui prolonge la question de la surveillance. Le décorticage est un peu long car il touche pas mal de sujets abordés sur ce blog. Vous pouvez sauter au résumé/conclusion pour aller plus vite.

Si nous sommes tous mis sous surveillance, c’est parce que nous sommes tous considérés comme des terroristes potentiels.

Pourquoi nous surveiller tous ?

C’est en réalité très simple à comprendre si on a quelques éléments de base. J’ai lu la plus grande partie de cette thèse de 2011 (c’est pour ça que l’article à été long à écrire) qui est une mine d’or : "THE VIOLENT ISLAMIC RADICALIZATION PROCESS:A FRAMEWORK FOR UNDERSTANDING"  fait le tour de la question aux USA et qui montre comment le DoD (département de la défense) et le Homeland sécurity (sécurité intérieure) voient la question. Plusieurs études du processus de radicalisation dans le terrorisme islamique (le plus important aujourd’hui) sont cités et analysées.

Bref, venons au fait. Il y a deux éléments cruciaux qu’on découvre dans ce rapport, l’un au début, l’autre à la fin.

En France, on nous parle de loups solitaires, de détraqués. Il n’en est rien, c’est l’exact inverse. Il n’y a pas de profil pathologique du terroriste. Ce peut être n’importe qui. (Même si les loups solitaires peuvent exister – mais c’est plus le cas dans les milieux facho/identitaires)

Fundamental attribution error (Ross, 1977; Shaw, 1986). Fundamental attribution error is the tendency of people to explain behavior in terms of internal, dispositional causes and to overlook or ignore situational factors (Bongar, Brown, Beutler, Breckenridge, &Zimbardo, 2007). This concept explains the reasoning or propensity for others to describe terrorists as pathological, socio-paths, or otherwise flawed, as terrorist behaviors appear to be far outside the realm of the norm. It is important to recognize that within the process of radicalization, very “normal” socio-psychological processes occur and social roles and structures interact with “ordinary psychological processes common to most people to disengage or diffuse their natural moral restraints” (Bandura, 1999).

Deuxième point :

Profiling terrorists on the basis of race, ethnicity and religion gives rise to valid civil liberties concerns. Behavioral profiling is a legitimate means for identifying interdiction opportunities within the radicalization process, and appropriately preserves the civil liberties of citizens.

Voila le pot-au-rose : impossible de pourchasser le terroriste au facies pour des raisons politiques. Raisons légitimes ceci dit, sinon ça reviendrait à déclarer la guerre au musulmans et ça serait très vite bien pire.

President Obama outlined the expected U.S. approach to countering violent Islamic radicalization in his speech in Cairo in June 2009. He clearly stated that America is not at war with Islam and that message should be carried clearly, not only by the government but by American Muslims as well. The speech characterized U.S. efforts to defend and protect the rights of American Muslims.

Ceci dit les attentats ne sont que la face émergée de l’iceberg, il y a toute une graduation dans cette violence endémique qui s’exprime au quotidien et que le peuple doit subir.

Donc, si je résume : il n’y a pas de profil type de terroriste, en dehors du fait qu’il soit principalement musulman d’origine africaine (j’insiste sur le principalement : c’est l’époque qui veut ça – sachant que le terrorisme est une réponse à nos ingérences BHLiennes répétées dans les autres pays – on est franchement pas mieux). Mais comme ce n’est politiquement pas correct (parler des origines communes des terroristes reviendrait à avouer qu’on a foutu la merde en Irak, Syrie, Palestine) on va s’attacher une main dans le dos et cibler les "comportements". Il faut donc surveiller tout le monde (même si le document ne le cautionne pas) :

This belief furthers the position that operating based on a demographic profile of terrorists requires observation of a very large population from which to hone into the small number of persons who may radicalize or become involved in terrorism.

Comment se fabrique un attentat ?

Le reste du papier est aussi intéressant et riche d’enseignements parce qu’il essaye de décortiquer la mécanique du passage à l’acte. Si on essaye de comprendre avec la pensée analytique, d’expliquer par la psychologie, on échoue. Il faut passer par … la systémique, le raisonnement "global", ainsi que les biais cognitifs auxquels j’essaye de sensibiliser souvent ce blog.

Ils introduisent la notion d’identité sociale. On nous a inculqué que nous sommes des "personnes" (rappel : ça découle des lumières qui nous débarrassé des superstitions pour définir l’homme comme un individu rationnel et conscient) mais ce n’est pas réaliste à la lumière de ce qu’on sait aujourd’hui :

An understanding of social identity theory within the context of radicalization and terrorism facilitates an unders tanding of the socio-psychological dynamics of individuals and groups as they radicalize. [...] Social identity theories describe a situation in which a person has not one, “personal self,” but rather several selves that correspond to widening circles of group membership. In the case of radicalization, groups of like-minded friends, religious study groups, or cultural communities all represent different social settings and social identities within those settings.

En réalité nous avons plusieurs sous-personnalités (les mémoires, les comportements, les émotions s’agrègent en nous par grappes qui forment une sous-personnalité), mais aussi des "personnalités de groupe" selon des cercles concentriques d’appartenance (en simplifié : famille, proche, tribu, pays, religion – mais on peut rajouter tout groupe idéologique, par exemple "les survivalistes" "les picquistes" "les gauchistes" "les antifa", etc…).

Another professor of psychiatry who has weighed in on the discourse regarding radicalization and terrorism is Dr. Jerrold M. Post, who concurs that no one terrorist mindset exists and that diverse motivations among terrorist causes and groups are present. Post contends that “rather than individual psychology, then, what emerges as the most powerful lens through which to understand terrorist behavior is that of group, organizational, and social psychology, with a particular emphasis on collective identity

Selon les chercheurs, la mondialisation perturbe notre identité sociale (celles des immigrés encore plus, mais le petit peuple tendance facho aussi) et nous cherchons à la stabiliser, ce qui renforce l’emprise des groupes sur nous. Hors, c’est dans la dynamique intra et inter-groupes qu’on va trouver l’explication de la radicalisation : tout simplement par un phénomène de mise en concurrence (pseudo-darwinien) qui joue sur une psychologie aussi bien "normale" que pathologique.

Il s’agit d’être plus religieux que le voisin, plus radical, plus engagé. L’enjeu est une question de contrôle des ressources ("resource mobilization theory" dans le texte) : en gros, comment obtenir le plus de changement dans la société avec le moins de moyens possibles ! Le passage à l’acte rapporte respect, excitation, héroïsme (et in fine des femmes, du pétrole, de l’argent, du pouvoir) :

Our work also suggests that, especially in the case of ‘‘homegrown’’ young men,violent radicalization is not necessarily, or wholly, a religious, intellectual, orrational decision. There is an emotional pull to radicalization. To join the battleagainst the power and authority of Western states is considered risky, exciting, her-oic, and taps into a counter-cultural and anti-establishment tradition exemplified bymany youth subcultures, both Muslim and non-Muslim. Further, in-group peerpressure and an internal code of honour can render violence, in certain social contexts, the most obvious route to accrue status, respect, and meaning.

Le fait de faire sauter les verrous moraux avant le passage à l’acte est une étape dans ce processus graduel :

  1. Tout le monde
  2. Les déçus, insatisfaits,
  3. Ceux qui brisent les chaines morales (la fin justifie les moyens)
  4. Le bien et le mal
  5. Passage à l’acte

C’est un phénomène émergeant de la dynamique sociale (cf la thermodynamique de l’évolution). Si on le compare avec une marmite qui chauffe : avec l’augmentation de l’entropie (la chaleur = le désordre social/économique), le terrorisme est une question de dissipation de l’énergie (tensions sociales), c’est le contexte (la marmite qui chauffe) qui pousse à la création de champions (les bulles et l’ébullition = actes terroristes).

Concrètement, il y a un processus qui pousse les gens à la radicalisation qui est décrit par la métaphore de l’escalier :

pathtoviolence

Je fais deux parenthèses à ce niveau :

  • le "jujitsu politics" (le manuel est en lien à la fin de l’article) qui consiste à utiliser l’oppression qu’on subit de la part des autorités pour faire avancer sa cause est exactement la ou en est en France en ce moment avec l’affaire Soral-Dieudonné. On peut donc deviner les étapes suivantes.
  • il faut bien comprendre qu’on est face à une machine à fabriquer du terrorisme. Éliminer un terroriste ne sert à rien. Ben Laden à très vite été remplacé par un, deux, 10 autres qui voulaient prendre sa place.

Autre point très important mis en avant dans ce rapport sur le chemin de la radicalisation : les liens avec l’étranger.

D’une part l’influence religieuse :

the model is religiously based and motivationally framed on the ideological premises of the Salafi Islamic religious sect, and focuses on socio-cultural permissive factors as those that most contribute to the process.
one important conclusion is that homegrown terrorists understanding of their religion was a relatively significant factor in their radicalization and implores more study. They concur that no single terrorist profile exists. The study underscored the importance of international connections to mobilization of HVEs. They concluded that prisons do not appear to be as important a factor in radicalization as some experts previously believed.
En gros, le Salafisme favorise le passage à l’acte plus que la prison. Mais les liens avec les réseaux armés étrangers est aussi très important :
Marc Sageman, who describes behavioral patterns in his book, Leaderless Jihad (Sageman, 2008), as radical messaging via the Internet, andsocialization with persons associated with the proliferation of the radical narrative, as well as travel to foreign countries where suspected Al Qaeda training camps may exist as some behavioral indicators that radicalization has occurred or is escalating
Aldo Stérone confirme et nous explique que si on peut recruter si facilement sur Internet, c’est bien parce qu’il y a une préparation en amont, familiale, culturelle, religieuse :

Ceci dit, entre parenthèse, c’est exactement, je dis bien exactement, pour cela que Vincent Peillon et d’autres promeuvent la théorie du genre et les ABCD de l’étatgalité :

il faut arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social

A l’inverse nous dans notre culture on glorifie la tolérance, le vivre-ensemble, l’égalité, le métissage à outrance (ce qui n’est pas mieux).

Rien n’est simple ;-)

Résumé

  • pas de profil pathologique du terroriste, tout le monde est concerné
  • c’est une phénomène émergeant de mise en concurrence qui produit des héros, des martyrs afin d’obtenir un changement sociétal
  • impossible de cibler selon des questions ethniques/religieuses pour des questions politiques
  • certains rouages essentiels sont à l’étranger (camps d’entraînement, idéologie permissive)
  • les politiciens se rabattent sur la théorie du loup solitaire parce que ce serait trop compliqué d’entrer dans les détails
  • il y a un terreau culturel et géopolitique au terrorisme (islam radical + interventionisme)

Conclusion

Les conséquences sont simples : selon la logique des services de protection, pour empêcher un terroriste il faut remonter la source du processus, ce qui signifie surveiller toutes les étapes, et toutes ramifications. Pour repérer un terroriste il faut surveiller en amont son groupe, ses amis, sa famille, ses sympathisants, sa communauté culturelle, ses maîtres à penser, ses voyages à l’étranger.

Au final il faut donc surveiller tous les idéologues, tous les circuits "hors système" (ce qui implique les hackers, les écolos, les anarchistes, les paramilitaires, les voyageurs, et les mafieux et j’en passe), et donc aussi le péquin moyen puisqu’il n’y a pas de profil type et qu’en plus, on ne peut pas cibler sur des questions ethnico-culturelles. Donc tout le monde doit être surveillé : sur le sol national, mais aussi et surtout étranger, puisque c’est la que se trouvent certains des rouages principaux.

L’anti-terrorisme justifie dont la surveillance massive, la militarisation de la physique sociale (=sociologie + big data). Ce qui a en plus l’avantage de pouvoir s’étendre aux mouvement protestataires, et à l’opposition politique. Pratique en période de bouleversement climatique et économique.

On voit aussi clairement dans ces rapports/études qu’il n’y a aucun, strictement aucun recul sur le système, aucune remise en cause. Que le terrorisme fasse 1000X moins de mort que l’interventionnisme américain ? Ben c’est le business quoi ! On va quand même pas cesser le business !!

Mais a l’inverse, le terrorisme apparaît comme un dommage collatéral de l’immigration ET de l’interventionnisme, avec une boucle de rétro-action positive (attention "positif" = qui se renforce avec le temps, donc = "cercle vicieux") : le terrorisme fait passer les peuples immigrés pour des barbares, et donc, pour s’en protéger, il faut les civiliser, et donc … intervenir !

Ça à l’air un peu simpliste formulé comme ça, mais justement, ce sont ces raisonnements simplistes (biais cognitifs) qui ont le plus d’emprise sur les masses (parce qu’elles n’ont pas le temps/envie de devenir des spécialistes du terrorisme), et donc, qui sont préférés par les politiciens : leur rôle étant simplement de les habiller avec des discours moralisateurs.

Conclusion de la conclusion

Surveiller tout le monde, non seulement est inefficace (c’est relativement facile de passer à travers les mailles du filet), mais en plus est inefficace (ça ne traite pas la racine du problème) et aussi inefficace (ça ne décourage même pas le passage à l’acte, au contraire ça le valorise). C’est triplement inefficace (au cas ou vous n’auriez pas compris ! lol)

Chacun joue son rôle dans cette partition collective. Personne n’a vraiment le choix. Les politiciens ne peuvent pas dire la vérité sans être responsable d’empirer la situation. Les terroristes sont pris dans un engrenage de violence. Les peuples sont pris dans un engrenage de passivité.

Pour vraiment solutionner cette question il faudrait revoir tout le système, stopper l’interventionnisme, et donc, remettre en cause le libéralisme qui le sous-tend, risquer la récession économique, affronter le chômage de masse, etc…

On est en train de s’enfermer nous même dans une cage rétrécissante avec comme effet de bord d’étouffer tout ce qui déborde du système. Au final, c’est tout ce qui est gratuit, innovant, "humain" qui se trouve en danger si on ne place aucune limite.

Pour finir il n’y a plus qu’a reboucler avec l’actualité :

L’Intérieur créé une nouvelle incrimination, celle d’entreprise terroriste individuelle. Etes-vous satisfaits?

On le demandait et je me félicite que Beauvau l’ait repris à son compte. Mais on regrette que l’article 5 soit trop restrictif et ne concerne que les faits les plus graves. L’incrimination ne se résumera qu’à l’acquisition de matériels et la préparation de l’engin explosif. On aurait voulu qu’il s’applique à l’ensemble du champ des infractions. Car avant de fabriquer un engin explosif, il y a toute une batterie de délits et un processus de radicalisation comme la consultation de sites sur Internet, le repérage de cibles… On ne prend pas assez en compte la diversité des actes.

Ben voyons … criminalisons la consultation de sites Internet, c’est sûr que la, on va gagner le combat contre le terrorisme.

La guerre civile en France ?


Correctif important : si guerre civile il doit y avoir, elle ne sera pas ethnique, mais plus probablement entre gauchistes et nationalistes. La question de l’Islam, de l’immigration, du libéralisme et des USA (accord transatlantique) en sont les enjeux. La possibilité de conflit ethnique existe bel et bien à terme, mais pas avant plusieurs années. La France est déchirée comme à l’époque de l’affaire Dreyfus. On sait on ça nous a mené. Nous devons tout faire pour éviter que la violence ne dégénère à nouveau. Et pour ça, il ne faut pas se voiler la face, ni dramatiser outre mesure.

2ème correctif : à la lumière des événements de Brives, je réalise que c’est encore plus compliqué. Car en France, seul les jeunes immigrés des banlieues ré-islamisés sont armés, ainsi que les militaires/gendarmes/policiers. Avec la création d’ISIS maintenant les islamistes sont entraînés et et disposent de bases arrières en Angleterre ou ailleurs en Europe. Les "nationalistes" à priori ont quelques armes de chasses, mais les "gauchistes" eux n’ont pas d’armes. Difficile donc que l’affrontement soit autre qu’idéologique entre ces deux derniers. Alors que l’affrontement cités-bunker / forces de l’ordre pourrait s’enflammer. Difficile d’imaginer un scénario dans ces conditions, mais en même temps, si la situation continue de pourrir, difficile de croire que le statut quo sera maintenu.

La crise s’amplifiant, y-a-t-il un risque de guerre civile en France ?

(récupéré aux infos du nain)

Pour l’instant, il ne se passe "rien" (un rien tout relatif) en Espagne, Italie, Portugal, Grèce, alors que ces pays sont des situations bien pire. Alors qu’en est-il pour la France ?

Commençons par les considérations générales.

D’abord, notre pays est marqué par l’esprit révolutionnaire de 1789, même s’il semble ne pas en rester pas grand chose dans notre mentalité. Notre pays est riche : la patrimoine des ménages s’élève a 11 000 milliards € fin 2011 avec des inégalités qui s’accroissent (ainsi que les tensions sociales).

Par contre l’état est ruiné à force de clientélisme et va chercher à s’approprier d’une manière ou d’une autre une partie de cette richesse. Ce qui risque d’être mal perçu quand "on" ne cesse de nier l’importance de la crise ! On voit bien que notre pays se refuse à l’austérité, mot qui fait peur aux dirigeants.

Le pays vieillit, donc, ça diminue les chances de troubles internes. Mais d’un autre coté, on voit que pour un sujet presque anodin comme le mariage gay, les gens peuvent descendre en masse dans la rue. Quand vous voyez une foule énervée entonner la marseillaise devant les CRS … et chanter le "sang impur", c’est quand même impressionnant.

Bref, passons aux choses sérieuses.

Il y a deux raisons potentielles. Commençons par une vielle rancœur franco-française qui pourrait n’être qu’un facteur secondaire, mais qui reste néanmoins un feu qui couve.

Chose nouvelle de mon point de vue (ça devait sûrement exister à la marge avant) : sur les forums de ci de là on peut voir que l’opposition droite/gauche (libéral capitalisme / socialisme) est de plus en plus violente. Je vois parfois des menaces ou des souhait de morts juste pour être d’un bord ou de l’autre.

Hors il se trouve qu’après la 2ème guerre mondiale Charles De Gaule a décidé de faire une grande amnistie générale afin d’éviter une guerre civile entre les anciens collabos et résistants qui se retrouvaient au gouvernement. De ce que j’en sais, la gauche était largement représentée au gouvernement de vichy et même si l’histoire a été oubliée, elle pourrait ressortir. Je ne suis pas spécialiste, mais j’ai lu textes rappelant ces choses.

Maintenant, la raison principale : le conflit ethnique.

La France dispose des 2 plus grandes communautés de juifs et musulmans d’Europe. Elles se détestent, notamment à cause du conflit Israëlo-Palestinien. D’ailleurs, Israël vient aujourd’hui même d’attaquer la Syrie : les tensions restent très forte dans cette région tout entière du fait de la présence de l’état juif.

Dieud0nné fait actuellement une tournée humoristique en France. Il faut savoir qu’il est persona non grata dans les médias depuis qu’il a fait un sketch critiquant Israël (les colons si ma mémoire est bonne).

Je ne vais pas rentrer ici dans les détails, mais le message qu’il véhicule est explosif et extrêmement bien accueilli par les banlieues. C’est pour ça que la plupart des maires des villes qu’il visite essayent de l’interdire au prétexte de trouble de l’ordre public. Sa tournée attire quand même les foules et se terminera fin mai. Dieud0nné et S0ral ont reçus des menaces de mort de part de certains membres de la communauté juive. La vidéo est trouvable sur le net, mais je ne met pas de lien direct. Je ne fais que décrire les tensions qui montent.

On a un cocktail vraiment explosif, sachant que le taux de chômage dans les banlieues est 2X celui du reste de la France, que le taux d’illettrisme, c’est la même chose, et qu’elles sont remplies d’armes, notamment de guerre. Il n’y a qu’a voir ce qui se passe à Marseille par exemple.

On a eu Merah, qui est perçu comme un héros dans les banlieues (la page facebook de ses supporter a été vite fermée).

Actuellement, des "français" partent faire le djihad au Mali et quand ils reviendront ils vont probablement former d’autres personnes aux techniques de guerre. Et en plus il y a les financements controversé du Qatar qui rajoutent un peu d’huile sur le feu.

En début d’année, Laurent Obertone à publié un livre "France Orange Mécanique" qui explique, chiffres à l’appui qu’il y a effectivement un problème d’intégration des immigrés, notamment musulmans, et de violence. Le ‘sentiment’ d’insécurité n’en est pas un, c’est une réalité. Ce livre à ouvert la porte au fameux "racisme anti-blanc". Mais ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il a ôté une sorte de verrou psychologique, les gaulois en ont marre de se faire cracher dessus dans la rue et agresser. Maintenant, ils ne s’en cachent plus, qu’on les traite de raciste ou pas. C’est un gros changement.

La montée du FN n’est que la partie visible de l’iceberg.

Nous avons en France un cocktail qui peut exploser à tout moment en réalité pour un prétexte ou un autre. Pour l’instant, la stratégie de l’état pour éviter l’embrasement des banlieues à été de fermer les yeux, sur les violences et incivilités, sur les revendications religieuses (voile, hallal, lieux de prières, …), les trafics de drogue, voire de baisser son froc en arrosant d’allocations (sécu, caf, rsa, 1 plan banlieue tous les 2 ou 3 ans depuis 40ans, dont un de 40 milliards €).

Les gaulois commencent à en avoir marre de payer à fond perdu sans aucune reconnaissance.

Il se peut très bien qu’Internet aussi ai changé la donne et mette en péril de vieux équilibres : jusque la, ces informations n’étaient pas beaucoup relayées par les médias complices. Mais aujourd’hui, il suffit qu’un blogueur se pose des questions pour que tout le monde puisse être au courant.

En tout cas, l’idée d’une guerre civile inter-ethnique en France n’est pas totalement absurde, au contraire, elle est même plausible dans le contexte de la crise qui attise les tensions dans tous les sens.

Quel scénario au juste ?

Si le gouvernement décide de faire passer le vote des étranger (pour l’instant, difficile de savoir ce que les girouettes du gouvernement vont faire à ce sujet, mais c’était l’une de leur promesses électorales), ça pourrait aggraver les tensions. De même une forte poussée du FN aux municipales de 2014 pourrait aussi être un facteur. D’ailleurs, il se pourrait que la gauche se décide à faire voter les étranger en prenant peur de la poussée du FN.

Autre facteur concomitant : l’Algérie. Sans être spécialiste de la Françafrique, nous avons deux axes de contagion. Le premier serait Marseille et le deuxième Elf et les financement occultes de l’UMPS. Avec le décès de Bouteflika le président de l’Algérie, et peut-être des élections anticipées et les USA en embuscade, et avec la Tunisie et tout le Maghreb en pleine ébullition. Si la France perds la main en Algérie, qui est un verrou essentiel du fait de son armée forte, il se peut que cela impacte ou approfondisse le bourbier Malien …

l’enjeu derrière l’Algérie, serait Marseille (le commerce Maroc/Algérie transitant via le port phocéen) pour nous (a minima, car je pense que le prix du gaz serait aussi impacté).

Je n’ai pas encore eu le temps de creuser, mais apparemment, sous De Gaule, il y a eu un arrangement avec les anciennes colonies : la France "aide" à la mise en place de dictateurs via Elf qui en retour obtiennent des ressources à bas prix et financent les campagnes des partis politiques principaux (UMPS). Il serait impossible d’être élu en dehors de ce système. Du coup, ça corrobore tout à fait les affaires Kaddhafi, et Takiedine. Cette histoire de Françafrique est clairement à creuser. C’est peut-être ce qui explique que les politiques soient si "gentil" avec l’Islam… il faut faire bonne figure. Je ne sais pas. L’immigration fait peut-être aussi partie de ce contrat tacite. A voir.

Après, comme dis Johnny, il suffira d’une étincelle. Donc il faut tout faire pour désamorcer cette bombe à retardement.

PS : la DCRI tire la sonnette d’alarme. "L’islamophère", comme ils disent, se radicalise, et il devient difficile de surveiller tous ceux (militaires français compris) qui partent combattre en Syrie et qui vont ramener la violence sur notre sol. Un commentaire sur le net dit que c’est ainsi qu’à début la décennie noire en Algérie. Peut-on déjà parler de guerre civile avec les 750 ZUS française ? Est-ce Merah n’aura finalement fait que marquer l’entrée dans une nouvelle ère (la radicalisation autonome) ? La situation va-t-elle restée larvée encore longtemps ?

La megahistoire de megaupload


Version courte :

MegaUpload allait proposer une offre légale (MegaBox) de téléchargement (y compris gratuits) de musique qui rémunérait les artistes (beaucoup mieux que les majors). Les majors menacés ont fait appel au FBI qui a prétexté la présence de vidéos Al Qaeda pour faire un raid chez Kim Dotcom et fermer le site sous couvert de loi anti-terroriste !

Version longue :

C’est suite à la publicité TV en décembre 2011 et au soutient d’artistes mondialement connus comme Snoop Dog que les majors ont pris peur et ont fait fermer le site très rapidement début 2012.

Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi Megauplaod a été fermé mais pas les autres sites de téléchargement "illégaux" ? (RapideShare, FileTube, etc…) ?

C’est parce que Kim Dotcom avait réussi à mettre au point un modèle commercial viable, combinant téléchargement gratuit, mais aussi comptes premium payants, etc… et redistribution des revenus aux artistes (en fonction du nombre de visionnage). Depuis le raid du FBI, tous les sites de téléchargement ont supprimé la redistribution de points (prélude à la redistribution monétaire).

Savoir se prémunir, quels sont les risques ?


Le survivalisme dans la pratique consiste à se préparer, individuellement, et parfois dans certains pays qui ont gardé cette culture (comme la Suisse) collectivement.

Les animaux se préparent pour l’hiver. Pour nous c’est un peu plus complexe. J’ai déjà largement parlé ici d’un possiblement effondrement sociétal. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut se préparer à la "fin du monde" (quoique ! lol). En "temps normal" (si tant es que cela existe) ce n’est de toute manière pas une mauvaise idée d’être conscient des risques qui nous entourent. Alors à fortiori dans notre époque troublée.

En me renseignant sur le nucléaire, j’ai réalisé qu’il y a tout un tas de risques qui nous entourent quotidiennement auxquels nous oublions de penser. Nous nous reposons sur l’état, les pompier, les gendarmes, les assurances,  pour assurer notre sécurité. Mais rien ne dit qu’ils seront la à temps. Et surtout, rien ne nous empêche de ne pas leur compliquer la tâche, voire même de les aider.

D’autant plus qu’aujourd’hui, tous les facteurs de risques sont exacerbés.

Concrètement, il ne me semble pas aberrant d’être un peu au courant de ce qui nous entoure. Dans notre société infantilisante, c’est même une sorte de retour au bon sens.

Avant de savoir comment se prémunir (la plupart du temps avec du bon sens) il faut déjà savoir contre quoi …

Quels sont les risques ?

  • Risque terroriste : (Au passage, l’actualité tombe à pic, il semblerait qu’un frère Merah puisse avoir été impliqué dans l’explosion d’AZF) Probablement le plus difficile à appréhender. Demande beaucoup d’effort pour un résultat incertain. De toute manière, en pourcentage, peu de personnes sont vraiment touchées, même si c’est très traumatisant.
  • Risque nucléaire : comme je l’ai expliqué précédent, nos centrales vieillissent, on ne sait pas les démanteler, et nous allons avoir de moins en moins de moyens pour le faire. Il y a la menace Stuxnet et terroriste (la vidéo explique les risques et les gestes à faire pour survivre en cas d’explosion). Voici un carte du risque nucléaire.
  • Risque électrique : en général il suffit de patienter. Cependant, la situation pourrait se compliquer dans un futur proche. Notre réseau est très vieux. Un électricien nous avertît que nous pourrions connaître des défaillances en cascade (à lire absolument). Orlov nous explique que les coupures de courant sont de plus en plus fréquentes et importantes. Ce qui  me semble inévitable avec l’arrivée du pic électrique.
  • Risque environnemental : selon les régions, nous pouvons être exposés aux inondations, coulées de boues, tremblement de terre, feu de forêt. Voici un carte des zones a risques en France. Avec le réchauffement et l’érosion des sols, ces risques augmentent d’année en année.
  • Risque industriel : peut-être un des plus sous-estimé, mais aussi des plus répandus. Sans compter que ce n’est peut-être pas une mauvaise idée d’être au courant si vous avez une usine pas loin, en amont de votre source d’eau par exemple. Il existe en France une base de donnée ou tout un chacun peut se renseigner pour savoir par quoi il est entouré et quels risques il encours.
  • Risque militaire :La Syrie a abattu un F4 Turc. Si la Turquie (l’ancienne Arménie est un territoire partagé entre la Syrie et la Turquie) décide d’entrer en guerre, elle entraîne l’OTAN d’un coté, et l’Iran, la Chine, la Russie et le Venezuela de l’autre (grosso modo). L’Iran pourrait facilement fermer le détroit d’Ormuz par ou transite 40% du pétrole mondial. Je vous laisse imager les dégâts.
  • Risque épidémique : les abus industriels d’une part, le retour de la pauvreté et la malnutrition d’autre part, la surmédicalisation nous exposent au retour des pandémies. Nous l’avons échappé belle à plusieurs reprises. L’abus d’antibiotiques les rends inefficaces sur le long terme. Nous avons des souches multi-résistantes qui apparaissent. Les affaire récurrentes d’épidémies animales (grippe aviaire, porcine, fièvre aphteuse, vache folle) pourraient finir par déboucher sur une mutation létale pour nous aussi.
  • Risque ethnico-culturel : malheureusement il existe aujourd’hui en France des zones ou l’état de droit n’a plus court. Certaines banlieues et certains quartiers sont hautement armés et hostiles. Je n’ai pas de carte sur le sujet (tabou), mais je pense que tout le monde est plus ou moins au courant. Si (comme je le pense) la crise s’amplifie, ces zones sensibles sont de vraies bombes à retardement. Les centre ville sont très exposés. Piero San Giorgio en parle, il dit que Paris, potentiellement, c’est le Rwanda. Pour l’instant la situation est maintenue a coup de subventions et de trique, mais demain ?
  • Risques domestiques : bien sûr, a ne pas négliger.

Ces risques ne sont pas mutuellement exclusifs. Au contraire. L’un pouvant déclencher l’autre (c’est souvent ce qui arrive, ils sont tous interdépendants).

Il me semble important de comprendre que nous vivons dans une société extrêmement fragile. A tout point de vue.

  • notre approvisionnent en nourriture est fait en flux tendu, il n’y a aucune réserve nulle part. En une journée les magasins seraient vide en cas de gros pépin. Nos terres sont "mortes" et les plantes n’y poussent que grâce aux engrais pétrolier. Sans eux la production s’effondrerait.
  • psychologiquement, notre environnement douillet et infantilisant ne nous prépare pas à ce genre de situation, bien au contraire. Il est difficile d’anticiper la réaction des gens, mais des paniques, crises hystériques, ou des chocs de sidération ne sont pas à exclure au niveau familial ou collectif. Presque 1/4 des français sont sous anti-dépresseur (peut être que l’action leur ferait du bien ?). Donc a priori nous sommes très fragile sur ce plan la aussi.
  • nos infrastructures et notre matériel est pour l’ensemble très fragile et à simplement du mal a résister au temps, alors en cas de situation difficile, n’en parlons pas ! Nos voitures toutes électroniques ne peuvent être guère malmenées.
  • nos institutions ne me semblent pas non plus en très bonne forme. Les fonctionnaires sont très malalaise. Le nombre de policier se réduit (proportionnellement) de jours en jours ainsi que la qualité du service rendu.
  • notre société contient beaucoup de personnes assistées a tous les niveau (médical, social, financier, psychologique, psychiatrique) qui dépendant du bon fonctionnement du système. C’est tout a fait normal de soulager la souffrance des gens et de les aider par solidarité, mais si la situation se dégrade, il faudra s’attendre a d’autant plus de drames cruels (ce que je n’espère pas)…

La société Russe par exemple était beaucoup plus résiliente que la notre. Dmitry Orlov fait une comparaison très avisée entre les USA et la Russie et montre a quel point nous ne sommes pas correctement préparés, et donc très fragiles. Ce qui augmente d’autant plus les chances de risques en cascade.

Merah a-t-il joué les infiltrés ?


Je suis loiiiiin d’être un spécialiste de la question Merah, je suis ça d’un œil au hasard des lectures et des reportages.

Ce qui m’a étonné en premier lieu, c’est la confusion autour du cas Merah. Il est parti à l’étranger, dans 2 pays en même temps parfois, il était riche, il était pauvre, il était sympa, il était agressif, il avait un arsenal venu d’on ne sait ou, son père veut faire un procès a l’état au lieu de cache sa honte, ce n’est pas le bon service qui est envoyé ‘exécuter’ Merah, les 50 ans des accords d’evian sur l’Algérie, etc…

Tout ça ne tient pas debout.

Mais pourquoi donc il aurait essayé de se faire engager par les militaire ? pourquoi ensuite avoir tué des militaires, arabes comme lui qui plus est …

Je me risque sans prétention  à une hypothèse, peut-être que  d’autres l’ont déjà mieux étayée ou réfutée (peut-être que tout le monde le sait déjà ? lol) :

Merah aurait joué les infiltrés, pour en fait se rapprocher sans risque des milieux terroristes puisque l’état était au courant et même le sponsorisait d’une certaine manière. Ce qui explique beaucoup d’incohérences apparentes.

Voila pourquoi il aurait contacté les bureaux militaires au départ. Voila pourquoi ce n’est pas le bon service qui a été envoyé pour l’abattre, voila pourquoi son père est furax, voila pourquoi il a pu faire tous ces "stages" si facilement. Il s’est joué très habilement des services de renseignement en prétendant être a leur service, mais en les surprenant totalement au final. L’affaire Merah se révélant dont être un honteux loupé (de plus) des services.

Certains remontent plus loin en pensent que Merah a été au contraire "piloté" mais je ne vois pas comment l’étayer objectivement.

Si vous voulez en savoir plus, je vous recommande fortement ce documentaire d’Arte très bien fait sur le sujet : http://documentaires.france5.fr/series/histoire-des-services-secrets-francais

Menaces terroristes, vraiment ?


Il parait qu’on est sous la menace. Sans blague. Même si je n’y crois pas trop parce que ça fait une diversion trop pratique. Même si je ne me sens pas plus menacé que quand je prends la voiture qui fait plus de 4 000 morts par an (les terroristes sont très loin de ce chiffre). Je me pose quand même une question : personne ne fait le lien avec le fait que la France à réintégré l’OTAN et envois des soldats supplémentaires en Afghanistan ? J’avais annoncé à l’époque qu’il ne faudrait pas qu’on s’étonne ensuite.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 162 autres abonnés

%d bloggers like this: